tourment

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier]

Étymologie[modifier]

Du latin tormentum.

Nom commun[modifier]

Singulier Pluriel
tourment tourments
\tuʁ.mɑ̃\
Les tourments (3) de la jalousie.
Bronzino, L’Allégorie du triomphe de Vénus, 1540-1545 (détail).

tourment \tuʁ.mɑ̃\ masculin

  1. Supplice, torture.
    • Outre ces tourments ordinaires, on voit dans les procédures faites contre les Templiers qu’ils en subirent de plus cruels encore. En quelques pays, on leur arrachait les dents ; en d’autres, on leur faisait calciner les pieds ; ailleurs, en leur suspendant des poids à différentes parties du corps, on ne craignait pas de rendre la torture même impudique. (François-Juste-Marie Raynouard, Les Templiers, J.-N. Barba, 1823, p. xxix)
  2. Violente douleur corporelle.
    • Depuis lors, ce prince, en proie à une fièvre brûlante et aux tourments de la goutte, qu’il supportait avec une grande patience, et désillusionné par l’âge et par de cruelles expériences des choses d’ici-bas, ne s’occupa plus que de ses devoirs de chrétien. (Victor Du Hamel, Histoire d’Espagne, A. Mame, Tours, 1855, p. 163)
  3. (Figuré) Grande peine morale, grand souci.
    • Quand je pouvais me plaindre en l’amoureux tourment,
      Donnant air à la flamme en ma poitrine enclose,
      Je vivais trop heureux ; las ! maintenant je n’ose
      Alléger ma douleur d’un soupir seulement.
      (Philippe Desportes, Quand je pouvais me plaindre en l’amoureux tourment dans Les Amours d’Hippolyte 1573)
    • La crainte, l’espoir, la jalousie, la joie, la fureur semblent concourir toutes à la fois ou tour à tour pour rendre plus cruel le tourment de ces infortunés. (Joseph Grasset, Demi-fous et demi-responsables, F. Alcan, 1907, p. 68)
    • Aujourd’hui je ne peux poursuivre mon œuvre qu’à la condition de travailler en sécurité, sans le tourment quotidien de la subsistance pour moi et les miens. (Léon Bloy, Au seuil de l'Apocalypse, Mercure de France, 1916, p. 25)

Traductions[modifier]

Prononciation[modifier]

Voir aussi[modifier]

Références[modifier]