supplice

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

(1480)[1] Du latin supplicium (« agenouillement forcé et coups qui s’ensuivent »).

Nom commun [modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
supplice supplices
\sy.plis\

supplice \sy.plis\ masculin

  1. Peine corporelle ordonnée par un tribunal.
    • Dans les premiers âges historiques, on ne voit pas seulement les maîtres frapper et fouetter leurs esclaves ; les rois eux-mêmes administrent le supplice de la bastonnade. — (La bastonnade et la flagellation légales, dans le Le Magasin pittoresque, 1854, vol.8, p.54)
    • Une autre voiture à deux roues, […], était là aussi un peu à l’écart. Cette voiture était destinée, […], à recevoir le corps après le supplice et à le porter au cimetière. — (Ivan Tourgueniev, L’Exécution de Troppmann, avril 1870, traduction française de Isaac Pavlovsky, publiée dans ses Souvenirs sur Tourguéneff, Savine, 1887)
  2. Souffrances cruelles infligées aux vaincus, à des prisonniers de guerre, à des opposants.
    • Les juifs refusèrent d’abjurer leur Dieu. On les soumit à la flagellation et à maints autres supplices. Mais aucun ne céda. — (Léon Berman, Histoire des Juifs de France des origines à nos jours, 1937)
    • La guerre qui différait des violences animales développa une cruauté dont les animaux sont incapables. En particulier le combat, souvent suivi du massacre des adversaires, préludait banalement au supplice des prisonniers. Cette cruauté est l’aspect spécifiquement humain de la guerre. — (Georges Bataille, L’Érotisme, 1957)
    • Je le trouvai vivement ému par la nouvelle d'une interpellation à la Chambre des Communes au sujet des tortures qu'il aurait fait infliger à un ancien pacha de Meknès, El-Hadj Ben Aïssa et à sa femme Lalla Batoul, qui auraient succombé à leur supplice. — (Frédéric Weisgerber, Au seuil du Maroc Moderne, Institut des Hautes Études Marocaines, Rabat : Les éditions de la porte, 1947, p. 238)
  3. (Par extension) Douleur physique ou souffrance morale prolongée.
    • Quoi qu’il en fût, ma naissance fut pénible. Je déchirai ma mère si cruellement que le contact de son mari lui devint un supplice. — (Jean Rogissart, Hurtebise aux griottes, L’Amitié par le livre, Blainville-sur-Mer, 1954, p. 24)
    • La goutte est un supplice, un supplice cruel.
    • (Par hyperbole)J’ai une migraine violente, je suis au supplice.
    • Ne vous voyant pas revenir, j’étais au supplice.
    • Témoin de son embarras, j’étais au supplice.
    • Je suis au supplice quand il faut que je l’écoute.
    • Avec ses discours fastidieux, il me met au supplice.
  4. (Figuré) Peine, affliction, inquiétude qui persiste.
    • Les jours qui suivirent furent pour la malheureuse fillette, qui découvrait à la fois l’amour et la souffrance, un supplice de tous les instants. — (Out-el-Kouloub, Zaheira, dans "Trois contes de l’Amour et de la Mort", 1940)

Synonymes[modifier le wikicode]

Dérivés[modifier le wikicode]

Traductions[modifier le wikicode]

Voir aussi[modifier le wikicode]

  • supplice sur l’encyclopédie Wikipédia Wikipedia-logo-v2.svg

Références[modifier le wikicode]

Latin[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

De supplex, supplicis et -e.

Adverbe [modifier le wikicode]

supplice \Prononciation ?\

  1. En suppliant.

Synonymes[modifier le wikicode]

Références[modifier le wikicode]