trafiquer

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier]

Étymologie[modifier]

(1441) Apparaît avec la graphie traffiguer et le sens de « faire un commerce lointain », de l’italien trafficare ou du vénitien traffegare.

Verbe [modifier]

trafiquer \tʁa.fi.ke\ intransitif 1er groupe (conjugaison)

  1. Faire trafic.
    • C’est un chrétien, et, d’après la loi de Moïse, nous ne devons trafiquer avec l’étranger et les gentils que pour les profits de notre commerce. — (Walter Scott, Ivanhoé, traduit de l’anglais par Alexandre Dumas, 1820)
  2. (Figuré) Tirer de certaines choses un profit illicite, malhonnête, honteux.
    • Trafiquer de son honneur, de son crédit.
    • Il sait maint secret dont il se glorifie effrontément d’avoir trafiqué. — (Eugène Sue, Les Mystères de Paris, 1843)

trafiquer transitif

  1. (Vieilli) Faire le trafic de quelque chose. On dit plutôt maintenant négocier pour éviter le sens péjoratif qu’a pris trafiquer.
    • Trafiquer une lettre de change, des billets sur la place.
    • C’était toute sa tactique, la griser d’attentions galantes et trafiquer de ses désirs, exploiter sa fièvre. — (Émile Zola, Au Bonheur des Dames, 1883)
  2. Modifier quelque chose dans un but illicite.
    • Quelqu’un avait dû trafiquer une balle de tennis en la bourrant de plomb.

Traductions[modifier]

Homophones[modifier]

Références[modifier]