brelan

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier | modifier le wikitexte]

Étymologie[modifier | modifier le wikitexte]

(Vers 1165) L’ancien français brelenc [1] a le sens de « table de jeu » ; (Vers 1500) berlant prend le sens de « jeu de hasard » ; (Avant 1615) un brelan est un « jeu de cartes » ; (1690) il prend le sens restreint de « trois cartes semblables ».
Du vieux haut allemand bretling (« planchette »), diminutif de bret (« planche », « table de jeu » → voir Brett en allemand), l’argot allemand a Brettling au sens de « table » et Brettspiel signifie « jeu de plateau », l’italien berlengo (« table à manger » → voir berlingot) et l’espagnol berlinga (« jeu de hasard ») sont apparentés à l’ancien français berlanc. Voyez bredouille.

Nom commun[modifier | modifier le wikitexte]

Singulier Pluriel
brelan brelans
/bʁǝ.lɑ̃/

brelan /bʁǝ.lɑ̃/ masculin

  1. (Cartes à jouer) Jeu de cartes où l’on ne donne que trois cartes à chaque joueur.
    • Jouer au brelan. — Caver au brelan.
  2. (Par extension) Trois cartes semblables détenues par un joueur dans certains jeux de cartes.
    • Si deux joueurs abattent un brelan, celui de la valeur la plus haute l'emporte. Celui toutefois, qui a la chance d'obtenir un brelan de Valets, dénommé le favori, l'emporte sur tous les autres brelans, même ceux des As, des Rois ou des Dames. (Frans Gerver, Le guide Marabout de Tous les Jeux de Cartes, Verviers : Gérard & C°, 1966, p.89)
  3. (Vieilli) Lieu où l’on joue habituellement, table à jeu.
    • La charge du Roi des Ribauds devient très lucrative, « tant à cause des amendes criminelles que des redevances qu'il prélevait sur les brelans, les tavernes et les filles publiques ». (Henry Buisson, La Police, son histoire, 1949)
    • Je ne m'étonne pas qu'il y ait des brelans publics, comme autant de pièges tendus à l'avarice des hommes, comme des gouffres où l'argent des particuliers tombe et se précipite sans retour. (Jean de La Bruyère, Des biens de fortune, dans Les Caractères)
    • Tenir brelan, donner à jouer chez soi.

Dérivés[modifier | modifier le wikitexte]

Expressions[modifier | modifier le wikitexte]

Apparentés étymologiques[modifier | modifier le wikitexte]

Traductions[modifier | modifier le wikitexte]

Anagrammes[modifier | modifier le wikitexte]

Voir aussi[modifier | modifier le wikitexte]

Références[modifier | modifier le wikitexte]