caqueter

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier | modifier le wikitexte]

Étymologie[modifier | modifier le wikitexte]

Dans Les cent nouvelles nouvelles (1462). Origine probable à partir de l'onomatopée en kak, imitant les rumeurs d’une basse-cour.

Verbe[modifier | modifier le wikitexte]

caqueter /ka.kə.te/ ou /kak.te/ intransitif (ou transitif) 1er groupe (conjugaison)

  1. Glousser avant de pondre, en parlant de la poule.
    • En même temps, les moutons bêlent, les chevaux hennissent, les vaches beuglent, les pigeons roucoulent, les porcs grouinent, et les poules suivies des coqs s'envolent en caquetant. (Marie Alexandre-Dumas, Madame Benoit, Paris, Michel Lévy, 1869, p.7)
  2. (Par extension) (Familier) Babiller indiscrètement.
    • En caquetant, chacun sut bientôt que les fonds nécessaires au réméré de Vilquin avaient été fournis par Dumay. (Honoré de Balzac, Modeste Mignon, 1844)
    • Les marchandes de volailles, accroupies côte à côte, caquetaient sans répit à ses côtés. (Out-el-Kouloub, Zariffa, dans « Trois contes de l’Amour et de la Mort », 1940)
    • En quittant la villa, il avait évité le salon où caquetaient les amies de sa mère, de sorte qu’il n’avait pas dit au revoir à celle-ci. (Georges Simenon, La Disparition d’Odile, Le Club français du livre, Paris, 1971, ch. 2, p. 47)
  3. (Par extension) Dire et médire de cette façon.

Variantes[modifier | modifier le wikitexte]

Dérivés[modifier | modifier le wikitexte]

Traductions[modifier | modifier le wikitexte]

Anagrammes[modifier | modifier le wikitexte]

Références[modifier | modifier le wikitexte]