culbuter

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier | modifier le wikitexte]

Étymologie[modifier | modifier le wikitexte]

(xvie siècle), cullebuter. Composé du moyen français culer, « frapper au cul », et de buter.

Verbe[modifier | modifier le wikitexte]

culbuter /kyl.by.te/ intransitif 1er groupe (conjugaison)

  1. Faire une culbute, tomber de soi-même.
    • En ce moment, les chiens se jetèrent de côté, le traîneau fut culbuté et le couple précipité dans la neige. (Jules Verne, Le Pays des fourrures -1873)
    • De temps en temps, un des glisseurs perdait bien l’équilibre, culbutait et tous ceux qui suivaient prenaient la bûche derrière lui, roulant l’un sur l’autre parmi la neige fine qui vous glaçait les doigts et vous fichait l’onglée. (Louis Pergaud, Deux Veinards, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
    • […], il bondit sur le coffre et, au risque de culbuter, il détacha le grappin de son cabillot, puis courut au guiderope et fit de même. (H.G. Wells, La Guerre dans les Airs, 1908 - Traduit par Henry-D. Davray & B. Kozakiewicz, page 109, Mercure de France, 1921)
  2. (Transitif) Faire tomber quelqu’un ou quelque chose, renverser.
    • […], car il était aisé à la garnison de garder les bords de l’Aude, au moyen de la grande barbacane (…) qui permettait de faire des sorties avec des forces imposantes et de culbuter les assiégeants dans le fleuve. (Eugène Viollet-le-Duc, La Cité de Carcassonne, 1888)
  3. (Transitif) (Vulgaire) Faire l’amour, posséder sexuellement.

Traductions[modifier | modifier le wikitexte]

Références[modifier | modifier le wikitexte]