défourailler

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier | modifier le wikitexte]

Étymologie[modifier | modifier le wikitexte]

De dé- et fourailler.

Verbe[modifier | modifier le wikitexte]

défourailler /de.fu.ʁa.je/ transitif 1er groupe (conjugaison)

  1. (Argot) (Vieilli) Sortir de prison.
    • Ma largue part pour Versailles,
      Lirlonfa malurette,
      Aux pieds d’Sa Majesté,
      Lirlonfa maluré ;
      Elle lui fonce un babillard ;
      Pour m’faire défourailler,
      tirlonfa maluré.
      Pour m’faire défourailler, […].

      (Victor Hugo, Le dernier jour d’un condamné, 1837)
  2. (Populaire) Dégainer, sortir et utiliser une arme à feu, ôter du fourreau une arme blanche.
    • Maujeux. — Vous ne croyez pas que je vais vous laisser défourailler en ville ?
      Hermann. — On ne défouraillera pas, mon colonel. Tout se passera à l’amiable.

      (Vladimir Volkoff, Les humeurs de la mer : la leçon d’anatomie, 1980)
    • — La psychologie, y’en a qu’une : défourailler le premier. (dialogue de Michel Audiard, Les tontons flingueurs, film de Georges Lautner (1963)).
    • Tu ne l’ignores pas, Bézuquet, depuis que tu as lu ton premier Agaga Christie : quand on vient de défourailler, il subsiste des molécules de poudre sur les doigts. (San-Antonio, Trempe ton pain dans la soupe, S-A 173, Fleuve Noir, 1999).
  3. (Vulgaire) Avoir des relations sexuelles.
    • Je l’ai défouraillée jusqu’au petit matin.
  4. (Populaire) À la forme participe passé, il désigne l’état d’une personne ayant consommé une quantité notoire de stupéfiants. Référence nécessaire
    • — Bonjour Monsieur Tartuffe, vous avez les yeux bien rouges, vous m’avez l’air complètement défouraillé, si je puis me permettre.

Dérivés[modifier | modifier le wikitexte]