échasse

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

(XIIe siècle) Fait eschace[1] (« bâton ») en ancien français, de l’ancien bas vieux-francique *skakkja[2], provenant du germanique *skakan ; apparenté à l’anglais to shake[2] (« secouer »), au hollandais schaats[3] (« patin »).

Nom commun [modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
échasse échasses
\e.ʃas\
Danse traditionnelle sur échasses (1).
Une échasse (3) sur l’eau.

échasse \e.ʃas\ féminin

  1. Long bâton avec une espèce d’étrier attaché, ou un fourchon du bois même, dans lequel on met les pieds, soit pour paraître plus grand, soit pour marcher dans les terrains sablonneux ou marécageux, ou parmi les hautes herbes.
    • Au-dessus de la foule, et les dépassant de la totalité du corps, s'élevaient les échassiers, ces nomades des Landes qui parcourent les bruyères ou franchissent les marais montés sur leurs échasses, et atteignent, avec leurs gigantesques enjambées, les cavaliers les mieux montés. — (Annuaire historique universel, ou Histoire politique pour 1857, publié par Thoisnier Desplaces, Paris : chez Lagny frères, 1861, page 209)
    • — Il y a donc des géants dans ce pays-ci ?
      — Oui, quand ils sont montés sur des échasses.
      Et il m’expliqua comment les Landais, pour traverser leurs terres sablonneuses ou marécageuses et ne pas enfoncer dedans jusqu’aux hanches, se servaient de deux longs bâtons garnis d’un étrier, auxquels ils attachaient leurs pieds.
      — (Hector Malot, Sans famille, Dentu E., 1887, pages 1-347)
    • Être monté sur des échasses, avoir l’esprit guindé, parler d’une manière emphatique et employer de grands mots, affecter de grands airs hautains pour se faire remarquer.
  2. (Par analogie) Patte de certains oiseaux.
    • Tout au haut de l’église, une cigogne, debout sur son échasse, ses ailes noires repliées au-dessus de sa queue blanche, le grand bec roux incliné d’un air mélancolique, faisait l’admiration de toute la ville. Le mâle tourbillonnait autour et cherchait à se poser sur la roue, où pendaient encore quelques brins de paille.— (Erckmann-Chatrian, L’Ami Fritz, Hachette, ‪1864‬, page 117)
    1. (Familier) Jambes d’une personne de grande taille.
      • Un grand échalas monté sur des échasses avec une calvitie galopante qui grignote son front luisant comme une boule de billard. — (Pascal Descos, Firmin Levhieu, La balade des gens nerveux, Éditions Créer, ‪2015‬, page 10)
  3. (Par métonymie) (Ornithologie) Oiseau de l’ordre des Échassiers, ayant un bec et des pattes longs et fins, et vivant au bord de l’eau.
    • Les oiseaux qui ont des pattes démesurément longues (échasse, avocette) déambulent avec difficulté ; de même les aquatiques (plongeons) qui ont les pattes fort courtes et placées très en arrière. — (Maurice Boubier, L'oiseau et son milieu, 1922)
  4. (Botanique) Racine-échasse.
    • Les petites racines des plantules de l’Iriartea , nous montrent des structures qui sont comme des états de transition entre la racine mince dont le cylindre central est régulier , et l’énorme racine-échasse étudiée au début. — (Archives de l'Institut de botanique, Volumes 5 à 6, ‪Université de Liège‬, ‪1914‬, page 19)

Dérivés[modifier le wikicode]

Traductions[modifier le wikicode]

Forme de verbe [modifier le wikicode]

Voir la conjugaison du verbe écher
Subjonctif Présent
Imparfait que j’échasse

échasse \e.ʃas\

  1. Première personne du singulier de l’imparfait du subjonctif de écher.

Prononciation[modifier le wikicode]

Anagrammes[modifier le wikicode]

Voir aussi[modifier le wikicode]

  • échasse sur l’encyclopédie Wikipédia Wikipedia-logo-v2.svg

Références[modifier le wikicode]

  1. Frédéric GodefroyDictionnaire de l’ancienne langue française et de tous ses dialectes du IXe au XVe siècle, édition de F. Vieweg, Paris, 1881–1902 → consulter cet ouvrage (eschace)
  2. a et b « échasse », dans TLFi, Le Trésor de la langue française informatisé, 1971–1994 → consulter cet ouvrage
  3. « échasse », dans Émile LittréDictionnaire de la langue française, 1872–1877 → consulter cet ouvrage