amnistier

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

(1795) Dénominal de amnistie.

Verbe [modifier le wikicode]

amnistier \am.nis.tje\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. (Droit) Accorder une amnistie, gracier.
    • Mais qu'un ministre eût jamais osé défendre à la justice d'exécuter ses jugements, qu'un ministre de l'intérieur amnistiât des condamnés, c'était un fait inouï. Nous ne savons pas si M. de Marcère, en s'arrogeant un tel droit, s'est aperçu que, par cet ordre même, il autorisait à rentrer en France 3,312 contumaces dont 175 auraient pu encourir la peine de mort : […]. — (Auguste Boucher, « Quinzaine politique », le 10 novembre 1878, dans Le Correspondant, tome 113 de la collection (tome 77 de la nouvelle série), Paris, 1878, p. 559)
    • La grande concession qu’on nous fait, c’est de ne pas amnistier Dreyfus. — (Georges Clemenceau, Injustice militaire, 1902)
    • On était dans l’embarras
      Alors on l’condamna
      Et puis on l’amnistia
      — (Boris Vian, La Java des bombes atomiques, 1955)
  2. Excuser ; pardonner ; oublier ; passer l’éponge.
    • …car la chose que les écoliers amnistient le moins facilement, c'est la soupe du pensionnat. Aucune de leurs colères n'est plus opiniâtre que celle-là, ils oublient les pensums, ils oublient les retenues, ils pardonnent même aux pions de l'établissement : ils ne pardonnent jamais à la soupe. C'est une haine qui ne s'éteint qu'à la sortie ; et encore ! — (L. Reybaud, Jérôme Paturot, 1842, p. 414)
    • Dans quatre ou cinq circonstances, il a payé les impositions d'une veuve et donné quelque argent à des enfants abandonnés. Il n'en fallait pas plus pour que quelques esprits grossiers ou superficiels l’amnistiassent des innombrables forfaits qu'il avait commis. — (Philibert Audebrand, Schinderhannes et les bandits du Rhin, Paris : chez E. Jung - Treuttel, Collection Hetzel, 1863, p. 260)
    • […] je pense que quelque tare originelle atteint d'un ensemble toute l'humanité, de sorte que même les meilleurs sont tarés, voués au mal, à la perdition, et que l'homme ne saurait s'en tirer sans je ne sais quel divin secours qui le lave de cette souillure première et l’amnistie. — (A. Gide, Thésée, 1946, p. 1452)

Dérivés[modifier le wikicode]

Traductions[modifier le wikicode]

Homophones[modifier le wikicode]

Prononciation[modifier le wikicode]

Anagrammes[modifier le wikicode]

Références[modifier le wikicode]