approprier

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

(XIIIe siècle) Du latin appropriare.

Verbe [modifier le wikicode]

approprier \a.pʁɔ.pʁi.je\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison) (pronominal : s’approprier)

  1. Adapter, rendre propre à une destination.
    • C'est à l'idéologie, à cette ténébreuse métaphysique qui, en recherchant avec subtilité les causes premières , veut sur ses bases fonder la législation des peuples, au lieu d’approprier les lois à la connaissance du cœur humain et aux leçons de l'histoire, qu'il faut attribuer tous les malheurs qu'a éprouvés notre belle France. — (Procès du général Malet, dans Causes célèbres du XIXe siècle: rédigées par une société d'avocats et de publicistes, Paris : H. Langlois fils & Cie, 1827 & Paris : P. Pourrat frères et Bazouge-Pigoreau, 1834, vol.2, p.70)
    • Chaque nom a sa destinée... Les parents, lorsqu’ils baptisent un garçon, sentent inconsciemment par qui celui-ci sera plus tard aimé. Ils approprient en conséquence son nom aux lèvres de femme qui le prononceront. — (Germaine Acremant, Ces dames aux chapeaux verts, Plon, 1922, collection Le Livre de Poche, page 370.)
  2. (Philosophie) demeurer ensemble, destinés à être ensemble, ajointé
    • Le ciel et la terre, les divins et les mortels sont appropriés ou s'approprient réciproquement dans la mesure où aucun d'entre eux ne va sans les autres, dans la mesure où, pour parler de manière grecque, chacun reçoit son « être » de celui des autres auxquels il est ainsi (confié) — (Didier Franck, Heidegger et le Christianisme : L'explication silencieuse, Paris, PUF, coll. « Epiméthée », 2004, p75)
  3. (Pronominal) Faire de quelque chose sa propriété, même de façon illégitime.
    • S’approprier un héritage, l’ouvrage d’un autre.
    • C’est pourquoi les hommes ont toujours tenté de s’approprier ce pouvoir féminin [d’enfanter] par une union attitrée avec une ou plusieurs femmes. — (Sylviane Agacinski, Le progressisme ne peut pas tout justifier, entretien dans Le Point n° 2380, 12 avril 2018, p. 127)
    • S’approprier une pensée, Se la rendre propre par la manière de l’exprimer, de la placer, de la faire valoir.

Dérivés[modifier le wikicode]

Traductions[modifier le wikicode]

Prononciation[modifier le wikicode]

  • France (Lyon) : écouter « approprier »

Références[modifier le wikicode]