approprier

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

(XIIIe siècle) Du latin appropriare.

Verbe [modifier le wikicode]

approprier \a.pʁɔ.pʁi.je\ transitif 1er groupe (conjugaison) (pronominal : s’approprier)

  1. Adapter, rendre propre à une destination.
    • C'est à l'idéologie, à cette ténébreuse métaphysique qui, en recherchant avec subtilité les causes premières , veut sur ses bases fonder la législation des peuples, au lieu d’approprier les lois à la connaissance du cœur humain et aux leçons de l'histoire, qu'il faut attribuer tous les malheurs qu'a éprouvés notre belle France. — (Procès du général Malet, dans Causes célèbres du XIXe siècle: rédigées par une société d'avocats et de publicistes, Paris : H. Langlois fils & Cie, 1827 & Paris : P. Pourrat frères et Bazouge-Pigoreau, 1834, vol.2, p.70)
  2. (Pronominal) Faire de quelque chose sa propriété, même de façon illégitime.
    • S’approprier un héritage, l’ouvrage d’un autre.
    • C’est pourquoi les hommes ont toujours tenté de s’approprier ce pouvoir féminin [d’enfanter] par une union attitrée avec une ou plusieurs femmes. — (Sylviane Agacinski, Le progressisme ne peut pas tout justifier, entretien dans Le Point n° 2380, 12 avril 2018, p. 127)
    • S’approprier une pensée, Se la rendre propre par la manière de l’exprimer, de la placer, de la faire valoir.

Dérivés[modifier le wikicode]

Traductions[modifier le wikicode]

Références[modifier le wikicode]