arcade

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Voir aussi : Arcade

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

(1562) De l’italien arcata, dérivé de arco (« arc »), ou peut-être de l’ancien occitan arcada, « arche ».

Nom commun [modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
arcade arcades
\aʁ.kad\

arcade \aʁ.kad\ féminin

Une arcade.
L’arcade dentaire supérieure de l’homme (Homo sapiens L.).
  1. (Architecture) Ensemble composé d’un arc et des montants qui le soutiennent.
    • À ce cri, un officier […] s’avança jusqu’à l’arcade du jardin, reconnut la jeune personne un moment cachée […] — (Honoré de Balzac, La Femme de trente ans, Paris, 1832)
    • Agadem, qu'il ne faut pas confondre avec Agadès, capitale de l'Aïr, est un ancien fortin abandonné, du type classique à cour intérieure, avec bâtiments donnant sur le puits et arcades en forme de cloître ; le fort est en ruine, […]. — (Roger Frison-Roche, Mission Ténéré, Paris : éd. Arthaud, 1960)
  2. (Serrurerie) Partie haute des barreaux des balcons ou des rampes ayant la forme d’un demi-cercle ou d’une ogive, ce qui leur fait donner le nom de rampes ou balcons à arcade.
  3. (Architecture) (Par métonymie) Portique composé d’arcades.
    • Les arcades du Palais-Royal.
  4. (Anatomie) Partie courbée en arc.
    • L’arcade temporale.
  5. (En particulier) (Par ellipse) Arcade sourcilière
    • La beauté de son front prophétique provenait surtout de la coupe extrêmement pure des deux arcades sous lesquelles brillait son œil noir, qui semblaient taillées dans l’albâtre, et dont les lignes, par un attrait assez rare, se trouvaient d’un parallélisme parfait en se rejoignant à la naissance du nez. — (Honoré de Balzac, Louis Lambert, 1832)
    • C’était un homme de belle prestance, blond, l’œil profondément enfoncé sous l’arcade, le nez camard, les pointes de la moustache relevées à angle droit, et de longues mains blanches. — (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, page 146 de l’édition de 1921)
  6. (Populaire) Lieu public où l’on peut jouer à des jeux (anciennement mécaniques, de nos jours vidéo).
    • De fait, le genre de jeu à défilement vertical constitue aujourd'hui encore une tradition vivante de l’arcade, au Japon en particulier, avec les jeux de shoot them up, dont le principe consiste à diriger un vaisseau tout en évitant une multitude toujours croissante d'ennemis et de projectiles. — (Mathieu Triclot, Philosophie des jeux vidéo, Paris : éd. Zones, 2011, éd. La Découverte, 2017)

Dérivés[modifier le wikicode]

Apparentés étymologiques[modifier le wikicode]

Traductions[modifier le wikicode]

Prononciation[modifier le wikicode]

Références[modifier le wikicode]

Voir aussi[modifier le wikicode]

Anglais[modifier le wikicode]

Wiktionary small.svg

Étymologie[modifier le wikicode]

(1725) Du français. 1862 pour le sens de lieu d’amusement public.

Nom commun [modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
arcade
\ɑː(ɹ)ˈkeɪd\
arcades
\ɑː(ɹ)ˈkeɪdz\

arcade \ɑːɹˈkeɪd\ ou \ɑːˈkeɪd\

  1. (Architecture) Arcade.
  2. (Populaire) Arcade, lieu public où l’on peut jouer à des jeux (anciennement mécaniques, de nos jours vidéo).

Prononciation[modifier le wikicode]