auberge

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier]

Étymologie[modifier]

Du moyen français alberge, de l’ancien occitan alberga, altération de l’ancien bas vieux-francique *heriberga (« loge des soldats, caserne »). Apparenté au néerlandais herberge), à l’allemand Herberge, à l’anglais harbour (« havre, darce »).

Nom commun [modifier]

Singulier Pluriel
auberge auberges
\o.bɛʁʒ\

auberge \o.bɛʁʒ\ féminin

  1. Maison où on trouve un repas et un lit pour dormir en payant.
    • Ou bien, j’aborde dans un des petits ports de la côte, à Meschers, à Talmont, à Saint-Seurin, et je vais m’attabler au fond d’une auberge, devant un quignon de pain, un morceau de fromage et une bouteille de l’honnête vin blanc du pays. — (Pierre-Henri Simon, Les Raisins verts, 1950)
    • […], puis sous prétexte de prendre conseil, se dirigea vers l’auberge où il fit venir une première chopine suivie de plusieurs autres. — (Louis Pergaud, Joséphine est enceinte, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
    • Voilà, se dit le gentilhomme, une auberge qui s’annonce bien, et l’hôte qui la tient doit être, sur mon âme, un ingénieux compère. — (Alexandre Dumas, La Reine Margot, 1845, vol. I, ch. IV)
    • Il n'est point pressé de conquérir les sommets. Si le temps menace, il n'attend pas l’averse, il redescend à l’auberge où il se met à la chotte. — (La Semaine littéraire, 1908, vol.16, p.254)
  2. (Argot) Prison (car on y est nourri et logé).

Dérivés[modifier]

Vocabulaire apparenté par le sens[modifier]

  • Aide sur le thésaurus auberge figure dans le recueil de vocabulaire en français ayant pour thème : lit.

Traductions[modifier]

Prononciation[modifier]

Voir aussi[modifier]

Références[modifier]