conservatoire

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher
Voir aussi : Conservatoire

Français[modifier]

Étymologie[modifier]

(1370) Du latin conservatorius (adjectif) et conservatorium (nom). Le sens d’« école de musique » est le calque de l’italien conservatorio qui désigne dès le seizième siècle des écoles de musique à Naples, Venise et Palerme.

Adjectif[modifier]

Singulier Pluriel
Masculin
et féminin
conservatoire conservatoires
\kɔ̃.sɛʁ.va.twaʁ\

conservatoire \kɔ̃.sɛʁ.va.twaʁ\ masculin et féminin identiques

  1. (Droit) Qui a pour but de conserver.
    • Leur premier soin, après l’acte conservatoire du prince royal & de la royauté, fut de rappeler au ministère leurs créatures, Servan, Clavière & Rolland. (Maximilien de Robespierre, Discours contre Brissot & les girondins, 10 avril 1793)
    • Une opposition, un scellé sont des actes conservatoires.
    • Prendre des mesures conservatoires.

Apparentés étymologiques[modifier]

Traductions[modifier]

Nom commun[modifier]

Singulier Pluriel
conservatoire conservatoires
\kɔ̃.sɛʁ.va.twaʁ\

conservatoire \kɔ̃.sɛʁ.va.twaʁ\ masculin

  1. Lieu destiné à conserver quelque chose.
    • Au XIXe siècle, l’atelier est une sorte d’institut de voyous, le conservatoire de la blague, formant l’artiste aux mœurs crapuleuses du cabot et aux haines du socialisme. (Edmond et Jules de Goncourt, Journal, 1859, p. 579)
    • Les professions qui comportent l’usage constant de la parole ou de l’écriture sont des conservatoires tenaces de clichés. (Remy de Gourmont, Esthétique de la langue française, 1899, p. 309)
      • Mont de Piété, crédit municipal de la ville de Paris.
      • Il vaut mieux vider un beurrier que d’emplir un conservatoire. On peut dévaliser un banquier, mais ne rien mettre au Mont-de-Piété. (Hogier-Grison (pseudonyme de F. Hogier et Georges Grison), Les Hommes de proie, Le Monde où l’on vole, 1887, p. 296)
    1. Lieu ou conserver les meubles, mobilier.
      • Ne laissez pas la tournante au conservatoire de cambuse ni à la lourde : Ne laissez pas la clef à vos meubles, aux armoires. (Léon Paillet, Voleurs et volés, 1855, p. 91)
    2. Lieu destiné à conserver des végétaux pendant l’hiver, serre.
  2. Établissement public qui assure le maintien des traditions, des savoirs, des savoir-faire et à en promouvoir l’enseignement.
    • Il voudrait que fût fondé un conservatoire de danse castiza, pour maintenir les traditions de la pure danse andalouse, inculquer à la jeunesse le mépris des danses de dancing, et bien marquer que l’Espagne revendique officiellement comme une de ses richesses l’art flamenco. (Henry de Montherlant, La Petite Infante de Castille, 1929, p. 669)
    • Le Conservatoire des arts et métiers : « dépôt de machines, modèles, outils, dessins, descriptions et livres dans tous les genres d’arts et métiers », où devra être déposé « l’original des instruments et machines inventés ou perfectionnés ».
    1. École de musique.
      • Le Conservatoire de musique : Établissement d’enseignement supérieur des Beaux-arts consacré à la musique sous toutes ses formes.
      • Vingt-cinq ans, musicienne, premier prix de piano au conservatoire : elle se nommait Cécile Fleury. (Romain Rolland, Jean-Christophe, Les Amies, 1910, p. 1132)
      • Il est à peine besoin de dire que le Conservatoire national de Paris, les écoles nationales de province et les Conservatoires municipaux ne sauraient suffire à enseigner, en France, la musique et le chant, d’autant que leur but est très particulier : former des professionnels. (L’Enseignement en France, t. 2, 1950, p. 7)

Variantes[modifier]

Traductions[modifier]

Voir aussi[modifier]

Références[modifier]