convoiter

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

(XIIe siècle) Fait, en ancien français coveitier, convetier, convoitier ; du latin cupio (« désirer ») devenu *cupitare en bas latin (c’est une règle assez générale dans le passage du latin au français que les locuteurs romans ont utilisé le fréquentatif des verbes latins, construit sur le supin des verbes → voir habiter, bouger et exploiter). On peut [1] imaginer un passage par le substantif cupiditas « sous l’influence de termes abstraits tels que anxietas, medietas.
Pour l’évolution phonétique du \p\ latin vers un \v\ en français → voir cuve.

Verbe [modifier le wikicode]

convoiter \kɔ̃.vwa.te\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Désirer avidement ce qu’un autre possède.
    • Le 19 octobre 1852, le prince Louis-Napoléon, encore président de la République, mais convoitant ardemment l’hérédité impériale, avait dit dans un discours […]. — (Émile de Girardin, en préface de Le dossier de la Guerre de 1870 - 23 septembre 1877)
    • Peut-être donnerait-elle au Maître un garçon. Eh bien! tant mieux! la fortune, du moins, n’irait pas aux neveux et aux cousins du Cheikh qui la convoitaient déjà. — (Out-el-Kouloub, Zaheira, dans "Trois contes de l’Amour et de la Mort", 1940)
    • Faites une France très forte, et nul n’osera jamais convoiter ses colonies. Laissez la France se débiliter davantage et son empire colonial, d’une manière ou d’une autre, s’écroulera. — (Ludovic Naudeau, La France se regarde : le Problème de la natalité, Librairie Hachette, Paris, 1931)
    • C’est ainsi que, dans l’Antiquité, les riches vallées du Nil et de l’Euphrate (Mésopotamie) furent toujours convoitées par des hordes conquérantes. — (Panayiotis Jerasimof Vatikiotis, L’Islam et l’État, 1987, traduction d’Odette Guitard, 1992, p.163)
    • Elle saisit le feuillage d’une façon très-singulière, faisant sortir pour cet effet une langue longue, rugueuse, très-étroite et noire, en l’entortillant autour de l’objet qu’elle convoîte. — (Étienne Geoffroy Saint-Hilaire, Quelques Considérations sur la Girafe, 1827)

Synonymes[modifier le wikicode]

Dérivés[modifier le wikicode]

Proverbes et phrases toutes faites[modifier le wikicode]

Traductions[modifier le wikicode]

Prononciation[modifier le wikicode]

Références[modifier le wikicode]