cruellement

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier]

Étymologie[modifier]

Dérivé de cruel, par son féminin cruelle, avec le suffixe -ment. L’ancien adverbe était cruelment, régulièrement formé, et crueusement, irrégulièrement formé.

Adverbe [modifier]

cruellement \kʁy.ɛl.mɑ̃\

  1. D’une manière cruelle, avec cruauté.
    • Il le fait mourir cruellement.
    • Cruellement docile aux leçons de ton maître. — (Voltaire, Fanat. III, 8.)
  2. D’une façon douloureuse.
    • Son pied gauche, dont l'orteil rongeait la chaussette dix fois raccommodée, déchiquetant les mailles et creusant sa trouée, le faisait souffrir cruellement. — (Victor Méric, Les Compagnons de l’Escopette, Éditions de l’Épi, Paris, 1930, p. 9)
    • Quoi qu'il en fût, ma naissance fut pénible. Je déchirai ma mère si cruellement que le contact de son mari lui devint un supplice. — (Jean Rogissart, Hurtebise aux griottes, L’Amitié par le livre, Blainville-sur-Mer, 1954, p. 24)
    • Cruellement blessé, mais trop fier pour me plaindre. — (Voltaire, Zaïre, IV, 2.)
    • Cruellement trompé, je t’ai trompé toi-même. — (Voltaire, Tancr. V, 6.)
    • La marmotte a les quatre dents de devant assez longues et assez fortes pour blesser cruellement. — (Georges Louis Leclerc, Marmotte.)
    • Enfin on atteignit Gjatz avec la nuit ; mais cette première journée d’hiver avait été cruellement remplie ; l’aspect du champ de bataille, de ces deux hôpitaux abandonnés, cette multitude de caissons livrés aux flammes, ces Russes fusillés […] (Sophie de Ségur, Historique de Nap. IX, 8.)
  3. (Familier) Cruellement laid, très laid.
    • Chamillart se trouva d’autant plus flatté [de la demande de la Feuillade] que sa fille était cruellement vilaine. — (Louis de Rouvroy, 99, 56.)
    • L'esprit y est toujours naturel et exempt de ce jargon ridicule, à la fois puéril et barbare, dont plusieurs de nos pièces modernes sont si cruellement infectées. — (Jean le Rond D’Alembert, Éloges, Boissi.)
    • Sa gloire, cruellement obscurcie par la fin de son règne, au moins si on en juge par les événements. — (Jean le Rond D’Alembert, Éloges, Card. d’Est.)

Synonymes[modifier]

Apparentés étymologiques[modifier]

Traductions[modifier]

Références[modifier]