dessécher

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

(XIIe siècle)[1] Dérivé de sécher avec le préfixe dé-[1].

Verbe [modifier le wikicode]

dessécher \de.se.ʃe\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison) (pronominal : se dessécher)

  1. Rendre sec.
    • Le vent, la chaleur a desséché les feuilles de cet arbre.
    • Dessécher des plantes pour les conserver dans un herbier.
    • Sa peau se dessèche.
    • Un arbre qui se dessèche et meurt.
  2. Mettre à sec.
    • Dessécher les fossés d’une ville.
    • Dessécher un étang.
    • Ces marais se dessèchent en partie durant l’été.
  3. (Par extension) Exténuer, amaigrir, consumer.
    • Un corps que les veilles et les travaux ont desséché.
    • Son corps se dessèche.
  4. (Figuré) Rendre sec, peu fourni.
    • Dessécher l’esprit, l’imagination, ôter à l’esprit, à l’imagination leur agrément.
    • Dessécher le cœur, le rendre sec, froid, insensible.
    • Cette triste expérience lui a desséché le cœur.
  5. (Pronominal) Devenir sec.
    • Ce lac est peu considérable , et se dessèche au mois d'août tellement qu'il n'a pas, en long et en large, plus de 80 sagènes (160 mètres). — (De T., « Documents minéralogiques et statistiques sur la Géorgie », dans Bulletin des sciences naturelles et de géologie, sous la direction du Baron de Férussac, tome 15, Paris, au bureau central du bulletin & chez Levrault, Paris, Strasbourg & Londres : chez MM. Treutel et Wurtz, 1828, p. 85)
    • Il paraît que ce désert était autrefois occupé par un vaste bassin central. Il s’est desséché comme se desséchera la Caspienne, et cette évaporation s’explique par l’énergique concentration des rayons solaires […]. — (Jules Verne, Claudius Bombarnac, ch. VI, J. Hetzel et Cie, Paris, 1892)
    • Dans les terres noires (tirs), les résultats sont moins aléatoires. […]. En été, elles se dessèchent et se crevassent, et les premières pluies de l'automne font couler dans les fentes les couches superficielles délayées, exposant ainsi des terrains toujours nouveaux à la surface. — (Frédéric Weisgerber, Trois mois de campagne au Maroc : étude géographique de la région parcourue, Paris : Ernest Leroux, 1904, p. 220)
  6. (Pronominal) Désirer quelque chose avec impatience, au point d’en maigrir.

Dérivés[modifier le wikicode]

Apparentés étymologiques[modifier le wikicode]

Traductions[modifier le wikicode]

Prononciation[modifier le wikicode]

Références[modifier le wikicode]