sécher

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher
Voir aussi : secher

Français[modifier]

Étymologie[modifier]

Du latin siccare (« rendre sec »).

Verbe [modifier]

sécher \se.ʃe\ transitif 1er groupe (conjugaison) (pronominal : se sécher)

  1. Rendre sec.
    • […], on vient d'inaugurer un séchoir artificiel : c'est un four à chaleur modérée, où l'on dispose les poissons sur des lattes; au bout de trois jours ils sont séchés à point. — (Jules Leclercq, La Terre de glace, Féroë, Islande, les geysers, le mont Hékla, Paris : E. Plon & Cie, 1883, p.32)
    • Les deux moines qui entraient en charge pour leur semaine de service commençaient par l'abbé : le plus ancien (selon le rang monastique) lavait les pieds et le plus jeune les séchait. — (Terryl Nancy Kinder, L’Europe cistercienne, Zodiaque, 1998, p.135)
    • Elle se soumit avec un abandon lascif aux mains expertes des deux jeunes femmes qui la lavèrent, la séchèrent et lui brossèrent les cheveux, […]. — (Isabelle Loredan, Les noces de la Saint-Jean, Harlequin, 2013)
  2. (Figuré) Faire cesser l’affliction, en parlant des larmes ou des pleurs.
    • Sèche tes pleurs, Serena, sèche tes pleurs & cours annoncer à ta mère la délivrance de Sophronie. — (Louis-Sébastien Mercier, Olinde et Sophronie, drame héroïque , acte 1, scène IV , 1770)
    • Il n'y eût pas une âme qui sympathisât avec celle d'Athanase ; pas une femme, pas un ami ne vinrent à lui pour sécher ses larmes , il les jeta dans la Sarthe. — (Honoré de Balzac, La vieille fille, Bruxelles : Hauman, Cattoir & Cie, 1837, p.177)
    • A cette pensée désolante je séchais mes larmes, je reprenais ma tâche en maudissant ma faiblesse, en me disant que mon enfant ressentirait peut-être la réaction de mes chagrins; […]. — (Eugène Sue, Thérèse Dunoyer, dans la Revue de Paris, 1842, vol.5, p.165)
  3. Mettre à sec.
    • Ce général des Assyriens, ne pouvant sécher un ruisseau qui fournissait abondamment de l'eau à cette ville , ordonna qu'on le fit répandre sur des lieux sablonneux pour en faire perdre les eaux et pour faire périr de soif les assiégés. — (Louis de Grenade, Traité d'oraison et considérations sur les principaux mystères, traduit par l'abbé Peyronnet, Lyon : Fr. Guyot, 1843, vol.2, p.96)
  4. (Éducation) Ne pas aller en cours ou à l’école quand cela est obligatoire. Note : On ne peut pas parler de sécher un cours facultatif : on se contente de ne pas y aller.
    • Pourtant, peu d'étudiants séchaient ce cours, et à cela n'étaient que les deux raisons innées de la condition humaine : les filles étaient sérieuses et les garçons, alléchés par les formes avantageuses de leur jeune enseignante, se découvraient soudain intérêt pour les choses de l'esprit. — (Stephen Lear, Le Furet, Paris : Books on Demand, 2011, p.138)
    • Nos lycéens séchaient les cours pour se retrouver dans des bouis-bouis où ils s'essayaient aux jurons employés par leurs parents, la langue brûlée par le café sucré. — (Nick Dybek, La mer les emportera, Presses de la Cité, 2014)
  5. (Chimie) Procéder au séchage d’une solution.
    • Les desséchants rencontrés en chimie organique sont des sels anhydres. Ils doivent être inertes chimiquement et absorber l'eau rapidement et efficacement sans se dissoudre dans le milieu organique à sécher. — (Anne-Sophie Bernard, ‎Sylvain Clède & ‎Matthieu Emond, Techniques expérimentales en Chimie : Réussir les T.P. aux concours, 2e éd., Dunod, 2014, p.105)
  6. (Musculation) Perdre du gras pour rendre les muscles plus apparents.
    • Le mercredi, vous pouvez ajouter une petite séance si vous voulez sécher et/ou améliorer votre sangle abdominale et/ou exercer le cou et les mollets. — (Olivier Lafay, Méthode de musculation: 110 exercices sans matériel, Éditions Amphora, 2004, p.111)
    • Il s'agit d'un régime souvent utilisé dans le cadre de la musculation pour « sécher », c'est-à-dire perdre de la masse grasse au profit de la masse maigre. — (Vanessa Gouyot, Régimes, Delachaux & Niestlé, 2014, chap.11)
  7. (Familier) Mettre une raclée.
    • Il s’est fait sécher par le videur du bar en essayant d’entrer par la force.
  8. (Par extension) (Familier)
    • Cet alcool m’a complètement séché.

sécher \se.ʃe\ intransitif

  1. Devenir sec.
    • Le sable ne produit qu'un effet physique : il divise les particules de chaux et empêche la matière de prendre trop de retrait en séchant, ce qui entraînerait des fendillements. — (Edmond Nivoit, Notions élémentaires sur l'industrie dans le département des Ardennes, Charleville : E. Jolly, 1869, p.48)
    • […] ; on donne un coup de rouleau de gélatine pour obtenir une planéité parfaite, on laisse sécher et on collodionne avec un collodion à 3 % légèrement riciné […]. — (Agenda Lumière 1930, Paris : Société Lumière & librairie Gauthier-Villars, p.248)
    • Mon attention a été attirée par un pantalon de velours côtelé, assez usagé, et qui séchait sur un fil de fer à proximité de la porte de la cuisine, ou plus précisément en face de cette porte. — (Jean-Charles Deniau & ‎Madeleine Sultan, Dominici, c'était une affaire de famille, L' Archipel, 2004)
    • Les pièces de bois, séparées les unes des autres par des taquets pour favoriser la circulation de l'air, séchaient tranquillement pendant un an ou deux. Yolaine Goulet, — (‎André Illan, Paroles d'un ouvrier agricole, Éditions Cheminements, 2000, p.126)
    • Pour faire sécher le foin, l'herbe coupée est étendue puis retournée dans la journée avant d'être ramassée en andains le soir venu. — (Sébastien Lay, Maitrise, non-maîtrise de l'herbage : approche ethnologique des savoirs, dans Prés et pâtures dans l'Europe occidentale, Presses Universitaires du Mirail, 2008, p.231)
  2. (Par plaisanterie) (Vieilli) Ne pas trouver à se marier, en parlant d’une fille.
    • Il me confia un jour qu'il me préférait alors à Mlle Henrion, cette vieille fille triste comme un bonnet de nuit et qui séchait sur pied. — (Michel Jeury, La soie et la montagne, vol.2 :La vallée de la soie, Robert Laffont, 2011, chap.2)
  3. (Figuré) (Désuet) Se consumer d’ennui, de tristesse ou être en proie à une vive impatience.
    • On a vu à Copenhague des Lapons regreter leurs montagnes de glace , & sécher de langueur & de chagrin , de ce qu'on leur refusoit la permission d'y retourner. — (Samuel Freiherr von Pufendorf & Antoine-Augustin Bruzen de La Martinière, Introduction a l'histoire générale et politique de l'univers, Amsterdam : Zacharie Chatelain, 1745, vol.6, p.V)
  4. Ne pas trouver la solution.
    • Elle séchait sur son devoir de grammaire. Elle disait qu'elle ne se souvenait plus de la règle des participes. Passés. Les présents ne s'accordent pas. — (Annie Saumont, Koman sa sécri émé, Paris : Julliard, 2005, Robert Laffont/bouquins/segher, 2011)
    • La seule notion de fraternité qui m'intéressait était celle à laquelle j'avais parfois recours lorsque je séchais sur un devoir. A ce moment, un grand frère ne m'aurait pas déplu. — (Jean Bouvier-Cavoret, Qui sont-elles ?, Éditions JMJBC, 2007, p.98)

Synonymes[modifier]

sécher les cours

→ voir faire l’école buissonnière

→ voir foxer (Québec)

Traductions[modifier]

Traductions à trier[modifier]

Prononciation[modifier]

Références[modifier]