sécher

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Voir aussi : secher

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

Du latin siccare (« rendre sec »).

Verbe [modifier le wikicode]

sécher \se.ʃe\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison) (pronominal : se sécher)

  1. Rendre sec.
    • […] on vient d’inaugurer un séchoir artificiel : c’est un four à chaleur modérée, où l’on dispose les poissons sur des lattes ; au bout de trois jours ils sont séchés à point. — (Jules Leclercq, La Terre de glace, Féroë, Islande, les geysers, le mont Hékla, E. Plon & Cie, Paris, 1883, page 32)
    • Les deux moines qui entraient en charge pour leur semaine de service commençaient par l’abbé : le plus ancien (selon le rang monastique) lavait les pieds et le plus jeune les séchait. — (Terryl Nancy Kinder, L’Europe cistercienne, Zodiaque, 1998, page 135)
    • Elle se soumit avec un abandon lascif aux mains expertes des deux jeunes femmes qui la lavèrent, la séchèrent et lui brossèrent les cheveux […] — (Isabelle Loredan, Les Noces de la Saint-Jean, Harlequin, 2013)
    • En octobre 1854, la boulangère de Méobecq qui, comme c'était l'usage, avait fait sécher du chanvre dans son four avant de le broyer et de le filer, met le feu à la boulangerie : […]. — (Daniel Bernard, Berry d'antan : Scènes de la vie quotidienne, éd. Royer : chroniques d’antan, 2015, § 1-4)
  2. (Sens figuré) Faire cesser l’affliction, en parlant des larmes ou des pleurs.
    • Sèche tes pleurs, Serena, sèche tes pleurs & cours annoncer à ta mère la délivrance de Sophronie. — (Louis-Sébastien Mercier, Olinde et Sophronie, drame héroïque , acte 1, scène IV , 1770)
    • Il n’y eût pas une âme qui sympathisât avec celle d’Athanase ; pas une femme, pas un ami ne vinrent à lui pour sécher ses larmes, il les jeta dans la Sarthe. — (Honoré de Balzac, La Vieille Fille, Hauman, Cattoir & Cie, Bruxelles, 1837, page 177)
    • À cette pensée désolante je séchais mes larmes, je reprenais ma tâche en maudissant ma faiblesse, en me disant que mon enfant ressentirait peut-être la réaction de mes chagrins […] — (Eugène Sue, « Thérèse Dunoyer », dans la Revue de Paris, volume 5, 1842, page 165)
  3. Mettre à sec.
    • Ce général des Assyriens, ne pouvant sécher un ruisseau qui fournissait abondamment de l’eau à cette ville, ordonna qu’on le fit répandre sur des lieux sablonneux pour en faire perdre les eaux et pour faire périr de soif les assiégés. — (Louis de Grenade, Traité d’oraison et considérations sur les principaux mystères, vol. 2, traduit par l’abbé Peyronnet, Fr. Guyot, Lyon, 1843, page 96)
  4. (Familier) Boire et vider complètement un verre ou une bouteille.
    • Pour toute réponse, le père sécha son Picon et piocha une nouvelle bière dans la glacière. — (Nicolas Mathieu, Leurs enfants après eux, Actes Sud, 2018, page 36)
    • Il se défendrait mieux, il convient, s'il n'aimait pas tant la dive. Je vous ai dit, déjà trois guindals... il est peut-être dix heures, et à midi il aura séché son premier litre. — (Alphonse Boudard, L’Hôpital: Une hostobiographie, 1972, page 43)
  5. (Éducation) Ne pas aller en cours ou à l’école quand cela est obligatoire. Note : On ne peut pas parler de sécher un cours facultatif : on se contente de ne pas y aller.
    • Pourtant, peu d’étudiants séchaient ce cours, et à cela n’étaient que les deux raisons innées de la condition humaine : les filles étaient sérieuses et les garçons, alléchés par les formes avantageuses de leur jeune enseignante, se découvraient soudain intérêt pour les choses de l’esprit. — (Stephen Lear, Le Furet, Books on Demand, Paris, 2011, page 138)
    • Nos lycéens séchaient les cours pour se retrouver dans des bouis-bouis où ils s’essayaient aux jurons employés par leurs parents, la langue brûlée par le café sucré. — (Nick Dybek, La mer les emportera, Presses de la Cité, 2014)
  6. (Par extension) Ne pas venir à un endroit où l’on était attendu.
  7. (Chimie) Procéder au séchage d’une solution.
    • Les desséchants rencontrés en chimie organique sont des sels anhydres. Ils doivent être inertes chimiquement et absorber l’eau rapidement et efficacement sans se dissoudre dans le milieu organique à sécher. — (Anne-Sophie Bernard, ‎Sylvain Clède & ‎Matthieu Émond, Techniques expérimentales en Chimie : Réussir les T. P. aux concours, Dunod, 2014, 2e éd., page 105)
  8. (Musculation) Perdre du gras pour rendre les muscles plus apparents.
    • Le mercredi, vous pouvez ajouter une petite séance si vous voulez sécher et/ou [sic] améliorer votre sangle abdominale et/ou [sic] exercer le cou et les mollets. — (Olivier Lafay, Méthode de musculation : 110 exercices sans matériel, Éditions Amphora, 2004, page 111)
    • Il s’agit d’un régime souvent utilisé dans le cadre de la musculation pour « sécher », c’est-à-dire perdre de la masse grasse au profit de la masse maigre. — (Vanessa Gouyot, Régimes, chapitre 11, Delachaux & Niestlé, 2014)
  9. (Familier) Mettre une raclée.
    • Du tranchant de la main droite, il atteignit le Kurde à la base du nez, faisant suivre un direct appuyé au menton et termina en empoignant par les revers de son blouson pour le sécher d'un magistral coup de boule en pleine face. — (Paul Vence, Le guêpier kurde, édité par Gérard de Villiers, Paris : Presses de la Cité, 1989)
    • Combien de fois, alors que j'avais le dessous, que mon adversaire me croyait calmé, me suis-je jeté sur ses jambes pour le mordre ou me suis-je relevé pour le « sécher » d'un coup bas qui ne pardonne pas chez les hommes ? — (Gabriel Di Domenico, Le têtard vous salue bien ! Mémoires d'un pirate marseillais, Louviers : Éditions L'Ancre de Marine, 2003, p. 23)
  10. (Par extension) (Familier) Assommer ou accabler.
    • Tout d'abord, sa visite m'avait complétement pris au dépourvu. La surprise m’avait séché en plein vol, tétanisé jusque dans mes facultés d'indignation. — (Laurent Potelle, Les yeux au ciel, Presses de Valmy, 1999)
  11. (Familier) Tuer.
    • L’oncle Jules m’annonça, avec une fierté joviale, qu’il l’avait « séché sur place » avec une charge de chevrotines dans la nuque. — (Marcel Pagnol, Le temps des secrets, 1960, Le Livre de Poche, page 115)

sécher \se.ʃe\ intransitif

  1. Devenir sec.
    • Le sable ne produit qu'un effet physique : il divise les particules de chaux et empêche la matière de prendre trop de retrait en séchant, ce qui entraînerait des fendillements. — (Edmond Nivoit, Notions élémentaires sur l’industrie dans le département des Ardennes, E. Jolly, Charleville, 1869, page 48)
    • […] ; on donne un coup de rouleau de gélatine pour obtenir une planéité parfaite, on laisse sécher et on collodionne avec un collodion à 3 % légèrement riciné […]. — (Agenda Lumière 1930, Paris : Société Lumière & librairie Gauthier-Villars, page 248)
    • Mon attention a été attirée par un pantalon de velours côtelé, assez usagé, et qui séchait sur un fil de fer à proximité de la porte de la cuisine, ou plus précisément en face de cette porte. — (Jean-Charles Deniau & ‎Madeleine Sultan, Dominici, c'était une affaire de famille, L' Archipel, 2004)
    • Les pièces de bois, séparées les unes des autres par des taquets pour favoriser la circulation de l'air, séchaient tranquillement pendant un an ou deux. Yolaine Goulet, — (‎André Illan, Paroles d'un ouvrier agricole, Éditions Cheminements, 2000, page 126)
    • Pour faire sécher le foin, l'herbe coupée est étendue puis retournée dans la journée avant d'être ramassée en andains le soir venu. — (Sébastien Lay, Maitrise, non-maîtrise de l'herbage : approche ethnologique des savoirs, dans Prés et pâtures dans l'Europe occidentale, Presses Universitaires du Mirail, 2008, page 231)
  2. (Par plaisanterie) (Vieilli) Ne pas trouver à se marier, en parlant d’une fille.
    • Il me confia un jour qu'il me préférait alors à Mlle Henrion, cette vieille fille triste comme un bonnet de nuit et qui séchait sur pied. — (Michel Jeury, La soie et la montagne, volume 2 :La vallée de la soie, Robert Laffont, 2011, chapitre 2)
  3. (Sens figuré) Ne pas trouver une réponse, une solution.
    • La seule notion de fraternité qui m’intéressait était celle à laquelle j’avais parfois recours lorsque je séchais sur un devoir. A ce moment, un grand frère ne m’aurait pas déplu. — (Jean Bouvier-Cavoret, Qui sont-elles ?, Éditions JMJBC, 2007, page 98)
    • Elle séchait sur son devoir de grammaire. Elle disait qu’elle ne se souvenait plus de la règle des participes. Passés. Les présents ne s’accordent pas. — (Annie Saumont, Koman sa sécri émé, Julliard, Paris, 2005, Robert Laffont/bouquins/segher, 2011)
    • Pendant sa campagne, il a séché devant des journalistes qui l’avaient piégé en lui demandant quel était le taux de chômage en Australie et le taux directeur de la banque centrale. "C’est le genre de choses que les Premiers ministres doivent savoir", s’était délecté Scott Morrison. — (franceinfo avec AFP, Australie : cinq choses à savoir sur le futur Premier ministre Anthony Albanese, qui veut rompre avec l'ère conservatrice sur France Info, FRANCE TELEVISIONS. Mis en ligne le 21 mai 2022)
  4. (Sens figuré) (Désuet) Se consumer d’ennui, de tristesse ou être en proie à une vive impatience.
    • On a vu à Copenhague des Lapons regreter leurs montagnes de glace , & sécher de langueur & de chagrin , de ce qu'on leur refusoit la permission d'y retourner. — (Samuel Freiherr von Pufendorf & Antoine-Augustin Bruzen de La Martinière, Introduction a l'histoire générale et politique de l'univers, Amsterdam : Zacharie Chatelain, 1745, volume 6, page V)
    • Oh ! je sais, my love, pourquoi vous êtes venue à la gare. Votre femme de chambre vous a trahie. Elle m’a dit que vous attendiez une robe rose qui ne venait pas, et que vous en séchiez d’impatience. — (Anatole France, Le Lys rouge, 1894, réédition Le Livre de Poche, page 243)

Synonymes[modifier le wikicode]

sécher les cours :

Apparentés étymologiques[modifier le wikicode]

Dérivés[modifier le wikicode]

Traductions[modifier le wikicode]

Prononciation[modifier le wikicode]

Références[modifier le wikicode]