feignant

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier | modifier le wikicode]

Étymologie[modifier | modifier le wikicode]

Participe présent de « feindre », qui prit le sens spécialisé de « celui qui fait semblant de mettre du cœur au travail », puis par proximité phonétique et sémantique avec « fainéant » a pris son sens actuel  [1].

Adjectif[modifier | modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
Masculin feignant
\fɛ.ɲɑ̃\
ou \fe.ɲɑ̃\
feignants
\fɛ.ɲɑ̃\
ou \fe.ɲɑ̃\
Féminin feignante
\fɛ.ɲɑ̃t\
ou \fe.ɲɑ̃t\
feignantes
\fɛ.ɲɑ̃t\
ou \fe.ɲɑ̃t\

feignant \fɛ.ɲɑ̃\ ou \fe.ɲɑ̃\ masculin

  1. (Populaire) Fainéant, paresseux.

Variantes orthographiques[modifier | modifier le wikicode]

Synonymes[modifier | modifier le wikicode]

  • Aide sur le thésaurus feignant figure dans le recueil de vocabulaire en français ayant pour thème : paresseux.

Antonymes[modifier | modifier le wikicode]

Apparentés étymologiques[modifier | modifier le wikicode]

Nom commun[modifier | modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
Masculin feignant
\fɛ.ɲɑ̃\
ou \fe.ɲɑ̃\
feignants
\fɛ.ɲɑ̃\
ou \fe.ɲɑ̃\
Féminin feignante
\fɛ.ɲɑ̃t\
ou \fe.ɲɑ̃t\
feignantes
\fɛ.ɲɑ̃t\
ou \fe.ɲɑ̃t\

feignant \fɛ.ɲɑ̃\ ou \fe.ɲɑ̃\ masculin

  1. Paresseux.
    • Il avait l’air de laisser la fille se taper tout le boulot, n’y allant que d’un petit coup de pédales par-ci, par-là, le feignant. (Pierre Pelot, Bienvenu les canpeurs, in : Fluide glacial no 446, août 2013, p. 30a)

Variantes orthographiques[modifier | modifier le wikicode]

Synonymes[modifier | modifier le wikicode]

Antonymes[modifier | modifier le wikicode]

Forme de verbe[modifier | modifier le wikicode]

Conjugaison du verbe feindre
Participe Présent feignant
Passé

feignant \fɛ.ɲɑ̃\ ou \fe.ɲɑ̃\

  1. Participe présent du verbe feindre.

Prononciation[modifier | modifier le wikicode]

Paronymes[modifier | modifier le wikicode]

Références[modifier | modifier le wikicode]

[1] : Auguste Scheler, Dictionnaire d’étymologie française, 1862 → consulter cet ouvrage