fournaise

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

De fornaise (vers 1130), féminin de l’ancien français fornaiz, du latin fornax, fornacis, augmentatif de furnus, (« four »).

Nom commun [modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
fournaise fournaises
\fuʁ.nɛz\

fournaise \fuʁ.nɛz\ féminin

  1. Grand four brûle un feu violent.
    • Pendant que l’un d’eux battait le briquet et faisait de la lumière, l’autre étala le charbon sur le gril rouillé […] et commença de faire jouer le soufflet jusqu’à ce que le combustible fût devenu une fournaise rougeâtre. — (Walter Scott, Ivanhoé, traduit de l’anglais par Alexandre Dumas, 1820)
  2. (Canada) Calorifère, chaudière (appareil fabricant de la vapeur d’eau).
  3. (Par extension) Grand feu ou incendie qui consume tout.
    • C'est pourtant du sein de cette fournaise, d'où la salamandre elle-même ne sortirait que calcinée, que le lendemain d’héroïques pompiers de Rouen et d’Orléans ont eu le courage et le bonheur d’arracher le double du grand livre de l’État, dont l'autre exemplaire avait, dit-on, péri la veille dans l’incendie du ministère des finances. — (Annales religieuses et littéraires de la ville et du diocèse d'Orléans, vol. 11, n° 10 du 3 juin 1871, Orléans : chez l'abbé Gélot & à l'imprimerie d'Ernest Colas, page 159)
    • Les bourreaux se précipitèrent sur eux et les jetèrent à nouveau dans la fournaise. — (Léon Berman, Histoire des Juifs de France des origines à nos jours, 1937)
    • La partie basse de New York ne fut bientôt plus qu’une fournaise d’où nul n’avait chance d’échapper. — (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, page 243 de l’éd. de 1921)
  4. (Par hyperbole) (Familier) Endroit où il fait très chaud.
    • Zanetta frissonna. Quelque chose d'ancien, de subtilement vivant se composait et se décomposait dans cette végétation au rythme ralenti par la fournaise de l'été. — (Jacques-Pierre Amette, Un été chez Voltaire, Éditions Albin Michel, 2009)
    • Après avoir traversé une chambre fraîche et sombre meublée de deux charpoy et préservée de la fournaise caniculaire par la taille minuscule des fenêtres, ils pénétrèrent dans une deuxième pièce, plus lumineuse, où se trouvaient deux lits […]. — (Alison McQueen, La promesse d'un ciel étoilé, traduit de l'anglais par Isabelle Chapman, Paris : Éditions France loisirs, 2015, Presses de la Cité, 2017)
    • Comment pouvez-vous tenir dans cette fournaise ? - Cette chambre est une vraie fournaise.
  5. (Figuré) Zone de combat.
    • Quatre classes d’individus bien distinctes s’agitent dans cette fournaise politique : les nobles ou gros, le clergé, la bourgeoisie, les paysans ou métayers. — (Alexandre Dumas, La Vendée après le 29 juillet, La Revue des Deux Mondes, tome 1, 1831)
    • Bitche n’est plus qu’une vaste fournaise : le sifflement des obus, les craquements de l’incendie, l’effondrement des maisons, […], toutes les terreurs, tous les fracas emplissent l'air. — (Général Ambert, Récits militaires : L’invasion (1870), page 431, Bloud & Barral, 1883)
    • L’édifice entier de la civilisation se lézardait, croulait et s’anéantissait dans la fournaise de la guerre. — (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, page 405 de l’éd. de 1921)
    • J'ai vu certes ces foules paisibles soulevées par la voix d'un prophète et s'en allant fondre à sa suite dans la fournaise du combat. — (Antoine de Saint-Exupéry, Citadelle (1948), CXXXVII)

Dérivés[modifier le wikicode]

Traductions[modifier le wikicode]

Prononciation[modifier le wikicode]

Anagrammes[modifier le wikicode]

Références[modifier le wikicode]

Voir aussi[modifier le wikicode]