gnose

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier | modifier le wikicode]

Étymologie[modifier | modifier le wikicode]

(1697) Du grec ancien γνῶσις, gnôsis (« connaissance ») → voir gnome et notion.

Nom commun[modifier | modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
gnose gnoses
/gnoz/

gnose /gnoz/ féminin

  1. (Histoire des religions) Doctrine affirmant que la connaissance de Dieu est intuitive, et qu'elle est le résultat d'une révélation intérieure. Doctrine dualiste pour laquelle le monde sensible est dominé par des puissances mauvaises.
    • Le salut par la gnose. (Renan, à propos des Valentiniens)
    • On a voulu introduire une fausse gnose à la place de la véritable. (Jacques-Bénigne Bossuet, Nouv. myst. 2.)
    • A la recherche désintéressée du vrai, à la contemplation de l'harmonie du monde, à la science (épistimé), se substitue la gnose, la révélation de mystères transcendants à la raison humaine. (Louis Rougier, Histoire d'une faillite philosophique: la Scolastique, 1966)
  2. (Histoire) (Religion) Doctrine des hérétiques qui prétendaient que les êtres spirituels sortis du sein de Dieu doivent y retourner.
  3. (Histoire) (Religion) Doctrine des gnostiques, qui accordait un sens purement spirituel à l’Écriture. Référence nécessaire
  4. (Histoire) (Religion) Nom donné par mépris aux quiétistes réunis autour de Madame Guyon et de Fénelon, ainsi qu'à leur interprétation de la religion.
    • Cette duchesse de Mortemart était, après la duchesse de Béthune, la grande âme de la gnose, et la mieux aimée de l'archevêque de Cambrai, qui de son diocèse gouvernait toutes ces consciences. (Saint-Simon, Mémoires, VIII, 5, éd. Chéruel, 1856)
    • M. de Chevreuse, malgré son abjuration de Port-Royal où il avait été élevé, n'était pas si outré que son beau-frère. C'était un composé fort bizarre à cet égard. Non moins abandonné à Mme Guyon, à M. de Cambrai surtout, et à toute sa gnose, il avait retenu de son éducation une aversion parfaite des jésuites (…). (Saint-Simon, Mémoires, IX, 14, éd. Chéruel, 1856)
  5. (Occultisme) (Ésotérisme) Connaissance suprême du mystère du monde promise aux (seuls) initiés.
    • La gnose alchimiste.

Synonymes[modifier | modifier le wikicode]

Apparentés étymologiques[modifier | modifier le wikicode]

Traductions[modifier | modifier le wikicode]

Anagrammes[modifier | modifier le wikicode]

Voir aussi[modifier | modifier le wikicode]

Références[modifier | modifier le wikicode]