incroyable

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher
Voir aussi : Incroyable

Français[modifier]

Étymologie[modifier]

(Date à préciser) Du préfixe privatif « in- », et de l’adjectif « croyable ».
Issu du latin incrēdĭbĭlis (« incroyable »).

Adjectif [modifier]

Singulier Pluriel
Masculin
et féminin
incroyable incroyables
\ɛ̃.kʁwa.jabl\

incroyable \ɛ̃.kʁwa.jabl\ masculin et féminin identiques

  1. Qui ne peut être cru, ou qui est difficile à croire. — Note : Il se dit surtout des choses.
    • L’effondrement, bien qu’il se produisît de toutes parts, demeurait inimaginable, incroyable. (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, p. 394 de l’éd. de 1921)
    • Cet auteur rapporte des faits incroyables.
    • Il est incroyable combien cet homme-là fait de choses.
  2. (Par hyperbole) Qui est excessif, extraordinaire, qui passe la croyance.
    • Une incroyable activité.
    • Une joie incroyable.
    • Un plaisir incroyable.
    • Des douleurs, des maux, des peines incroyables.
  3. (Familier) Qui est étrange, ridicule.
    • Cet homme est incroyable avec ses prétentions.

Synonymes[modifier]

→ voir étrange (3)

Antonymes[modifier]

Dérivés[modifier]

Traductions[modifier]

Nom commun [modifier]

Singulier Pluriel
Masculin
et féminin
incroyable incroyables
\ɛ̃.kʁwa.jabl\

incroyable \ɛ̃.kʁwa.jabl\ masculin et féminin identiques

  1. Définition manquante ou à compléter. (Ajouter)
    • Les incroyables et les muscadins, qui furent les élégants et les raffinés de la jeune génération, étaient arrivés à défigurer la parole, en imitant une sorte de gazouillement d’oiseau. Les femmes agrémentaient cette espèce de gamme susurrante, avec des soupirs, des intermittences dans la voix, des demi-sourires et des roulements d’yeux languissants. Les hommes, qui affectaient de prendre, en parlant, les poses les plus nonchalantes, émaillaient leurs discours de paole d’honneu et de je vous zu-e. (Paul Lacroix, Directoire, Consulat et Empire : mœurs et usages, lettres, sciences et arts, France, 1795–1815, Librairie de Firmin-Didot et Cie, Paris, 1885, deuxième édition)

Voir aussi[modifier]

Références[modifier]