ovation

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

(Siècle à préciser) Du latin ovatio.

Nom commun [modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
ovation ovations
\ɔ.va.sjɔ̃\

ovation \ɔ.va.sjɔ̃\ féminin

  1. (Antiquité romaine) Sorte de triomphe, où le triomphateur entrait dans la ville à pied ou à cheval et sacrifiait une brebis ; à la différence du grand triomphe, où le triomphateur était sur un char et sacrifiait un taureau.
  2. (Par extension) Acclamations, des marques bruyantes d’enthousiasme qui accueillent un orateur ou tout autre personnage auquel on rend honneur, que l’on fête.
    • Hier les ovations des mineurs du Nord, aujourd'hui les acclamations des cultivateurs du Midi et des citoyens d'une ville, grande par son passé, …. — (Joseph Caillaux; Discours de Montpellier, dans "Ma doctrine" -1926)
    • Nous avons décrit ces ovations des congrès, prolongées un quart d'heure entier et dont on se demande comment elles finissent? Car quelqu'un doit cesser le premier de battre des mains en cadence et quel est celui qui se le permet dans cet environnement de servilité? — (Victor Serge, Portrait de Staline -1940)
    • Les chanteurs sont supérieurs à ceux du même ordre entendus à Paris. La salle, bondée, les encourage par des ovations. — (Ludovic Naudeau, La France se regarde : le Problème de la natalité, Librairie Hachette, Paris, 1931)
    • Seul, Delcassé s'est rendu à l’Étoile en auto ouverte. Il espérait une ovation, mais la foule resta muette. Elle exprimait à son insu l’impopularité de cette guerre, et ses appréhensions. — (Michel Corday, L'envers de la guerre : journal inédit 1914-1916, Flammarion, 1932, p.131)

Traductions[modifier le wikicode]

Prononciation[modifier le wikicode]

  • France (Lyon) : écouter « ovation »

Références[modifier le wikicode]