perdrix

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

Du latin perdīcem, accusatif de perdix, avec un deuxième r par assimilation.

Nom commun [modifier le wikicode]

Singulier et pluriel
perdrix
\pɛʁ.dʁi\

perdrix \pɛʁ.dʁi\ féminin

Une perdrix bartavelle.
Une perdrix rouge.
Une perdrix choukar.
Des perdrix gambra.
Une perdrix grise.
Au Canada français, où on ne rencontre aucune "vraie" perdrix à l'état indigène, le nom de perdrix réfère partout à la gélinotte huppée (illustration d'un mâle en pleine démonstration de pariade).
  1. (Ornithologie) (Spécifiquement) Nom normalisé réservé à six genres de gallinacés de petite taille, de la sous-famille des perdicinés (e.g. cailles, francolins, lagopèdes, etc.) et au sein de la famille des phasianidés, vivant en Europe, en Asie ou en Afrique du Nord, dont les genres les mieux connus sont Perdix (incluant la perdrix grise) et Alectoris (qui inclut la perdrix rouge, la perdrix bartavelle, la perdrix choukar, etc.).
    • C’étaient des volatiles appartenant à l’espèce des perdrix, et auxquels les dénominations zoologiques ne manquent pas. — (Jules Verne, Le Pays des fourrures, J. Hetzel et Cie, Paris, 1873)
    • Car la région que nous traversons est assez giboyeuse, et les grands nemrods de la m'halla, […], qui ont emmené des meutes de lévriers et des faucons chasseurs, font des hécatombes de lièvres, de perdrix, de poules de Carthage, de renards et de chacals. — (Frédéric Weisgerber, Trois mois de campagne au Maroc : étude géographique de la région parcourue, Paris : Ernest Leroux, 1904, p. 123)
    • La bartavelle, c'est la perdrix royale, et plus royale que perdrix, car elle est énorme et rutilante. En réalité, c'est presque un coq de bruyère. — (Marcel Pagnol, La gloire de mon père, 1957, collection Le Livre de Poche, page 222.)
  2. (Par extension) Nom donné à diverses autres espèces d’oiseaux pouvant rappeler les perdrix proprement dites.
    1. (Acadie)(Québec)(Régionalisme)(Courant) (Populaire) (Absolument)[1] Nom donné familièrement à la gélinotte huppée (Bonasa umbellus) au Canada français, et dont l'origine remonte aux débuts de la Nouvelle-France.
    • Maintenant, laisse-moi partir seule... Il ne faut pas qu'on nous voie ensemble... » Puis, sans rien ajouter, comme une perdrix qui se lève sous le pied du chasseur, elle s'échappa et disparut dans le détour des chenaux, vers le grand chemin. — (Félix-Antoine Savard, Menaud maître-draveur, Montréal : Bibliothèque Québécoise, 1992, p. 151)

Notes[modifier le wikicode]

  • Le mâle de la perdrix s’appelle aussi le garbon.

Hyponymes[modifier le wikicode]

Dérivés[modifier le wikicode]

Traductions[modifier le wikicode]

Prononciation[modifier le wikicode]

Voir aussi[modifier le wikicode]

  • Perdrix sur l’encyclopédie Wikipédia Wikipedia-logo-v2.svg

Références[modifier le wikicode]

  • Lorsqu'utilisé seul, au Canada, le mot perdrix réfère généralement à la gélinotte huppée. Un autre nom vernaculaire fréquent est perdrix des savanes, qui désigne populairement le tétras du Canada (Falcipennis canadensis).
  • Toutes les perdrix percheuses du genre Arborophila portent aujourd'hui le nom normalisé de torquéoles
  • Toutes les perdrix percheuses du genre Arborophila portent aujourd'hui le nom normalisé de torquéoles