préau

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

(XIe siècle) De l’ancien français prael (« petit pré »)[1][2].

Nom commun [modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
préau préaux
\pʁe.o\

préau \pʁe.o\ masculin

  1. (Désuet) (Poétique) Petit pré.
    • Le vent remuait ainsi les feuillages au fond d'un préau d'herbes. — (Pourrat, Gaspard, 1930)
  2. Partie couverte de la cour (cour de récréation) d’une école.
    • Le surveillant a tenté de ramener le calme parmi les élèves regroupés sous le préau.
  3. (Moins courant) Cour intérieure et découverte d'une prison, d'un hôpital ou au milieu du cloître d'un monastère.
    • Les jansénistes.... remplirent Paris de convulsions et attirèrent le monde à leur préau. — (Voltaire)
    • Les marchés d’esclaves les plus importants étaient ceux de Fez et de Marrakech. Je n’ai vu que ce dernier. C'était un préau carré entouré d'un cloître. — (Frédéric Weisgerber, Au seuil du Maroc Moderne, Institut des Hautes Études Marocaines, Rabat, Les éditions de la porte, 1947, p. 33)
    • Ils vont ensuite fouiller le détenu, l'escorter jusqu'à la porte menant au préau extérieur. — (Marie-Renée Côté, Mémoires d'une gardienne de prison, Guy Saint-Jean éditeur, Montréal, 2016, p. 30)

Dérivés[modifier le wikicode]

Traductions[modifier le wikicode]

Prononciation[modifier le wikicode]

  • France : écouter « préau [pʁe.o] »

Références[modifier le wikicode]

  1. Frédéric GodefroyDictionnaire de l’ancienne langue française et de tous ses dialectes du IXe au XVe siècle, édition de F. Vieweg, Paris, 1881-1902 → consulter cet ouvrage (prael)
  2. « préau », dans TLFi, Le Trésor de la langue française informatisé, 1971-1994 → consulter cet ouvrage