protêt

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

(Date à préciser) Dérivé de protester.

Nom commun [modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
protêt protêts
\pʁɔ.tɛ\

protêt \pʁɔ.tɛ\ masculin

  1. (Banque et de Commerce) Acte par lequel le porteur d’un effet de commerce fait constater le défaut d’acceptation ou de paiement à l’époque déterminée, de la part de ceux sur qui le billet a été tiré ou par qui il a été souscrit.
    • Les protêts doivent être faits par deux notaires, ou par un notaire et deux témoins, ou par un huissier et deux témoins.
    • Ce jour-là commence par une pluie de mémoires, de quittances, de billets, et se termine par une grêle de protêts, Dies irae ! — (Henry Murger, Scènes de la vie de bohème, 1848)
    • […] le coup de sonnette insolent des huissiers, le concierge qui sourit quand on passe, et puis les emprunts, et puis les protêts, et puis… et puis… — (Alphonse Daudet, Le petit chose, 1868, réédition Le Livre de Poche, page 33)
    • Enfin, en moins de dix-huit mois, les choses en arrivèrent au point qu’il devint évident que la Sainte-Barbe n’avait plus devant elle que quelques jours de grâce : les créanciers exaspérés s’étaient fait remplacer par les huissiers, les protêts pleuvaient, les saisies menaçaient, la Sainte-Barbe allait sauter. — (Hector Malot, Un mariage sous le Second Empire, 1873)
    • (Figuré)En entendant tout le monde rendre justice à ses talents postiches, le marquis d’Aiglemont finit par se persuader à lui-même qu’il était un des hommes les plus remarquables de la cour où, grâce à ses dehors, il sut plaire, et où ses différentes valeurs furent acceptées sans protêt. — (Honoré de Balzac, La Femme de trente ans, Paris, 1832)

Traductions[modifier le wikicode]

Références[modifier le wikicode]