hypocrite

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier | modifier le wikicode]

Étymologie[modifier | modifier le wikicode]

(1175) (ipocrite) Du latin hypocrita, issu du grec ὑποκριτής (hypokritès) « acteur » (Bailly).

Nom commun[modifier | modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
Masculin
et féminin
hypocrite hypocrites
/i.pɔ.kʁit/

hypocrite /i.pɔ.kʁit/ masculin et féminin identiques

  1. Personne faisant preuve d’hypocrisie, qui affecte un air de vertu, de bonté, de soumission ou de piété.
    • N’est-il pas raisonnable de penser que les gens qui ne boivent jamais de vin, naïfs ou systématiques, sont des imbéciles ou des hypocrites […] — des hypocrites, c’est-à-dire des gourmands honteux, des fanfarons de sobriété, buvant en cachette et ayant quelque vice occulte ? Un homme qui ne boit que de l’eau a un secret à cacher à ses semblables. (Baudelaire, Du vin et du haschisch, 1851)
    • - Tu ne saurais croire, reprenait-elle, combien ils m'ont rendue mauvaise. Ils ont fait de moi une hypocrite et une menteuse... Ils m'ont étouffée dans leur douceur bourgeoise, et je ne m'explique pas comment il y a encore du sang dans mes veines... J'ai baissé les yeux, j'ai eu comme eux un visage morne et imbécile, j'ai mené leur vie morte. Quand tu m'as vue, n'est-ce pas ? j'avais l'air d'une bête. J'étais grave, écrasée, abrutie. Je n'espérais plus en rien, je songeais à me jeter un jour dans la Seine... Mais, avant cet affaissement, que de nuits de colère ! Là-bas, à Vernon, dans ma chambre froide, je mordais mon oreiller pour étouffer mes cris, je me battais, je me traitais de lâche. (Zola, Thérèse Raquin, 1867)
    • […] la pratique assidue de la religion produit généralement sur les âmes des résultats intenses. […] — Elle façonne des hypocrites ou de franches et saintes gens ; il n’y a guère de milieu, en somme. (Huysmans, La Cathédrale, 1915)
    • C'est une gang d’hypocrites ! Menteurs un jour, menteurs toujours ! Ils changeront jamais. Tout le temps des cachettes, des belles explications pour se justifier, du blabla, du blabla... pas autre chose que du blabla. [sic] (Robert Maltais, Le Curé du Mile End, Québec Amérique, 2009, p.251)

Apparentés étymologiques[modifier | modifier le wikicode]

Traductions[modifier | modifier le wikicode]

Adjectif[modifier | modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
Masculin
et féminin
hypocrite hypocrites
/i.pɔ.kʁit/

hypocrite /i.pɔ.kʁit/ masculin et féminin identiques

  1. Se dit d’une personne ou d’une chose qui fait preuve d’hypocrisie. Relatif à l’hypocrisie.
    • Une personne, un homme hypocrite.
    • Avoir l’air hypocrite, la contenance, la mine hypocrite, une gravité hypocrite, un ton hypocrite.
    • Une déférence, un zèle hypocrite.
    • Sa sœur ? Malgré l’hypocrite tendresse de ses dédicaces, il ne l’aimait pas, et elle non plus, au fond, ne l’aimait pas… (Octave Mirbeau La Mort de Balzac, 1907)
    • L’immoralité du siècle était hypocrite et se répandait lentement comme une tache d’huile, souillant son village. (Louis Pergaud, Le Sermon difficile, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
  2. (Québec) (Familier) Farceur, cachottier.
    • Elle a l’air hypocrite, la p’tite coquine !

Traductions[modifier | modifier le wikicode]

Prononciation[modifier | modifier le wikicode]

Références[modifier | modifier le wikicode]

Anglais[modifier | modifier le wikicode]

Étymologie[modifier | modifier le wikicode]

Du latin "hypocrita" qui désignait un mime qui accompagnait l'acteur avec des gestes.

Nom commun[modifier | modifier le wikicode]

hypocrite /ˈhɪ.pə.kɹɪt/ (pluriel : hypocrites)

  1. Hypocrite.

Dérivés[modifier | modifier le wikicode]