abegiñ

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Breton[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

Emprunté à l’ancien français abéquer : « s’abéquer » à quelqu’un, c’est se mettre bec à bec avec lui, pour mimer par dérision toutes les contorsions de son bec. Note : La différence inconciliable de sens empêche de rattacher ce mot à abeg, ou réciproquement. D’autre part, s’il était un composé breton de a- et beg, il ne pourrait avoir en breton que la forme *avegiñ.[1]

Verbe [modifier le wikicode]

abegiñ \a.ˈbeː.ɡĩ\ transitif direct (conjugaison)

  1. Blâmer, critiquer.
    • Tresañ a rae brav-tre, met evel ne gare na bezañ meulet, na bezañ abeget, ne veze ket gwelet e oberoù alies ! — (Aimée Nemo, Va breur, p'edomp yaouank, ha koshoc'h, traduit par Ivona Martin, Al Liamm, niv. 190, Gwengolo-Here 1978, p. 324)
      Il dessinait très bien, mais comme il n’aimait ni être louangé, ni être critiqué, on ne voyait pas souvent ses œuvres !
    • Abegiñ a ra boaziadur re ledan an termen “entroadur” pa zegouezh gantañ Jung da gennotañ ar psikoz evel “neuroz entroadur”. — (Guy Étienne, Geriadur ar Bredelfennerezh e peder yezh : galleg, alamaneg, saozneg, brezhoneg - Dictionnaire de Psychanalyse en quatre langues : français, allemand, anglais, breton, Preder, 1983, p. 182)
      Il critique l’usage trop large du terme d’introversion qui conduit Jung à connoter la psychose comme “névrose d’introversion”.
  2. Contrefaire.
  3. (Intransitif) Critiquer, trouver à redire.
    • Diwar o fenn, o deus mercʼhed Landremel kavet da abegiñ. — (Jakez Riou, Geotenn ar Wercʼhez, Éditions Al Liamm, 1957, p. 51)
      Les femmes de Landremel o trouvé à redire à leur sujet.

Variantes[modifier le wikicode]

Dérivés[modifier le wikicode]

Références[modifier le wikicode]