avo

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Voir aussi : avö, avó, avô, avo-

Conventions internationales[modifier le wikicode]

Symbole [modifier le wikicode]

avo

  1. (Linguistique) Code ISO 639-3 de l’agavotaguerra.

Références[modifier le wikicode]

Espéranto[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

Du latin avus (excl. : la).

Nom commun [modifier le wikicode]

Cas Singulier Pluriel
Nominatif avo
\ˈa.vo\
avoj
\ˈa.voj\
Accusatif avon
\ˈa.von\
avojn
\ˈa.vojn\
voir le modèle

avo \ˈa.vo\ mot-racine UV

  1. Grand-père.

Dérivés[modifier le wikicode]

Vocabulaire apparenté par le sens[modifier le wikicode]

Voir Annexe:Lexique de la famille en espéranto

Prononciation[modifier le wikicode]

  • (Région à préciser) : écouter « avo [ˈa.vo] »
  • Pays-Bas (partie continentale) (Wijchen) : écouter « avo »
  • France (Toulouse) : écouter « avo »

Voir aussi[modifier le wikicode]

  • avo sur l’encyclopédie Wikipédia (en espéranto) Wikipedia-logo-v2.svg

Références[modifier le wikicode]

Finnois[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

De plusieurs mot qui commencent avec le préfixe avo-.

Nom commun [modifier le wikicode]

avo \ˈɑ.vo\

  1. Cohabitation (de avoliitto).
    • Me elämme avossa. — Nous vivons en cohabitation./ Nous cohabitons.
  2. Traitement ambulatoire (de avohoito).
    • Hän on nyt avolla. — Il/elle est désormais en traitement ambulatoire.

Ido[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

De l’espéranto.

Nom commun [modifier le wikicode]

avo \ˈa.vɔ\

  1. Grand-parent.

Italien[modifier le wikicode]

Wiki letter w.svg

Étymologie[modifier le wikicode]

Étymologie manquante ou incomplète. Si vous la connaissez, vous pouvez l’ajouter en cliquant ici.

Nom commun [modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
avo
\Prononciation ?\
avi
\Prononciation ?\

avo \Prononciation ?\ masculin

  1. Aïeul.
    • Ma ciò che più irritava il Re e i suoi cortigiani era che il barone [Ricasoli] non perdeva occasione per ricordare che i suoi avi guidavano uomini mentre i Savoia non guidavano ancora che pecore. — (Indro Montanelli, Storia d'Italia, vol 9, L'Italia dei notabili, BUR Rizzoli, 1973, Milan)