cimarrón

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Voir aussi : cimarron, Cimarron, Cimarrón
Gthumb.svg Cette page a été listée dans les pages à formater.
Merci de retirer ce bandeau si le format vous semble correspondre au standard du Wiktionnaire.


Espagnol[modifier le wikicode]

Attestations historiques[modifier le wikicode]

1503, Hispaniola, « cimarron », 1603, « cymarron », « symerron ».[1]

Étymologie[modifier le wikicode]

Controversée [2] La thèse actuelle est que ce mot provent de l'Arawak.

→ voir marra [3]
→ voir mahrâm (arabe), chose religieusement défendue=> Xe siècle marrano + suffixe sea ( mer) transformé en « ci- » car les marrons s'enfuyaient souvent par la mer. [4] « L'esp. marrano est empr. à l'ar. mahram (ar. d'Espagne mahran) « ce qui est (religieusement) défendu, illicite » comme manger du cochon [5] : interdiction de la fuite, ou refuge dans un « lieu sacré » (montagne, forêt)? [6]
(Péjoratif)→ voir marrano (cochon en liberté, porc sauvage)
→ voir cimarra fourré, donc, cimarrón, caché, « réfugié dans un fourré . » [7]
→ voir marron fuite, évasion : vocabluaire de la flibuste, anglais « to marron » , déserter.
→ voir ecibearra Cimarron , indomito, silvestre viene del « bascuence ecibearra », de donde anadida la nota de aumentativo se dijo ecibearron y luego cimarron. Ecibearra significa indómito, que necesita domarse, de eci, ecitu, domar, y bearra necesidad. Basatiar ecicaitza, ecibearra. Lat. Silvaticus, a, um = Cimarron, indomptable, sauvage vient de « ecibearra bascuence » . Ecibearra signifie « sauvage », non apprivoisé, eci, ecitu, docile, et bearra nécessité. Lat. silvaticus, a, um [8]:→ voir cismarron Selon Esteban Pichardo cimarrón provient de cismarron, « falto, faltón, marrón de la parte de acá » [9]
→ voir simaron singe. « En ce qui concerne cette dernière hypothèse, bâtie sur le latin « simia » (singe), elle est signalée dans l' Encyclopédie de Diderot sous l'orthographe simaran [10]
→ voir cyma=> « Il dériverait du mot d'origine grecque, « cyma », passé au latin et à l'espagnol, signifiant pointe, gonflement, et par extension montagne. Sur ce radical, la langue espagnole aurait fixé le suffixe -arrón, fréquemment utilisé pour former le nom de personnes avec une valeur péjorative ou affective. » [11][12] « Le terme de « marron » vient de l'espagnol cimarrón : « vivant sur les cimes » ; (cima = cime) qui apparaît dès la conquête d'Hispaniola » [13]
→ voir simalo Autre étymologie, (interprétation de Lucien Peytraud, dans L'Esclavage aux Antilles Françaises avant 1789) proviendrait de Symaron, peuple sauvage des Caraïbes (Panama).
→ voir simara Hypothèse contemporaine, cimarron viendrait de « Simalô-ni-li » = peuple (sauvage) de la Floride et donne « séminole » en passant par l'arawak simara, puis le creek simaro-ni . [14]

Le mot arawak signifiant flèche (símarabo, símara-habo), aurait donné, le fugitif rapide comme la flèche [15]

Nom commun [modifier le wikicode]

Nom propre
cimarrón

cimarrón ou çimarrón \Prononciation ?\ masculin pluriel cimarrones

  1. Terme générique signifiant « sauvage » englobant les hommes, les animaux et les plantes sylvestres :
    • […] hombres y animales indómitos, plantas silvestres registra las variantes cimarrón, simarron, zimarron, symeron[…] — (Uruguay,Revista nacional, 1958, page 385.)
    1. Féral, animal domestique échappé et retourné à l'état sauvage (âne, cheval, chèvre, dromadaire, chat, chien, etc…).
      • Y entonces comprendí que así como el caballo americano, lo mismo que el toro, que corre libre por montes y llanos, no es el caballo salvaje, sino el caballo cimarrón, el caballo doméstico vuelto a la vida bravía y salvaje, […]
    2. Personne rude.
    3. Esclave « marron » en fuite.
      •  : […], así también el gaucho no era hasta cierto punto más que el español cimarrón, que al volver a encontrarse en condiciones de vida análogas a aquéllas en que se encontraron sus antepasados en los tiempos en que luchaban con el moro, […] — (Miguel de Unamuno, Nelson R. Orringer, Americanidad, Fundacion Biblioteca Ayacuch, 2002, page 50)
      • Les Espagnols disent cimarron, en parlant des Noirs (ou des Indiens) esclaves échappés des plantations et retournés à la vie sauvage dans les forêts ou les montagnes. — (Le Clézio, Sirandanes, « les devinettes de l'île Maurice » (lexique), Seghers, 1990)
      1. Catégorie ethnique, en fonction de la couleur de la peau (blanche, métissée, marron, brune, noire) et des origines éthniques (Africa thesis). [16]
        • Blanco; Afromestizo; Cimarron; Moreno; Negro
    4. Plante sauvage, arbre, fleur, plante cultivable poussant à l’état sauvage.
      • café marron, café cimarrón

Synonymes[modifier le wikicode]

Au sens de « marrons » : à partir de noms toponymes [17]:

Apparentés étymologiques[modifier le wikicode]

Variantes[modifier le wikicode]

Adjectif [modifier le wikicode]

  • pl=cimarrones
  • f=cimarrona
  • fpl=cimarronas
  1. Esclave «marron », en fuite.

Dérivés dans d’autres langues[modifier le wikicode]

Voir aussi[modifier le wikicode]

Références[modifier le wikicode]

  1. Lire : ARROM, José, 1983 «Cimarrón: apuntes sobre sus primeras documentaciones y su probable origen», Revista Española de Antropología Americana, Madrid, 13, 47-57 ( [lire en ligne] )
  2. Tardieu Jean-Pierre. Cimarrôn-Maroon-Marron, note épistémologique. In: Outre-mers, tome 93, n°350-351, 1er semestre 2006. Sites et moments de mémoire. pp. 237-247. [lire en ligne]
  3. http://que-significa.com/significado.php?termino=marra
  4. Tardieu Jean-Pierre. Cimarrôn-Maroon-Marron, note épistémologique. In: Outre-mers, tome 93, n°350-351, 1er semestre 2006. Sites et moments de mémoire. pp. 237-247. [lire en ligne]
  5. Trésor de la langue française, 1971
  6. Les toponymes de terrains réservés aux marrons, en Amérique du Sud , ont ensuite donné les noms synonymes de « marrons » : comme les mots divisia, devesia sont une latinisation de la forme occitane deveza « terrain réservé » qui vient du latin defensum « interdiction » http://www.etymologie-occitane.fr/2011/08/espeisses/
  7. Larousse étymologique, 1971
  8. Padre M. de Larramendi, Diccionario trilingue castellano, bascuence y latin, Tome 1 , page 251.
  9. Diccionario Provincial de Voces Cubanas, Habana 1836, s.v.
  10. Armelle Détang, Claude Lucas, Ô fugitif: anthologie autour de la figure du marron, Centre antillais de recherche et d'édition de textes (CARET), 1999, page 7.
  11. Armelle Détang, Claude Lucas, Ô fugitif: anthologie autour de la figure du marron, Centre antillais de recherche et d'édition de textes (CARET), 1999, page 7.
  12. Mr. Jefferson's Lojavascript:void()st Cause : Land, Farmers, Slavery, and the Louisiana par Smithsonian Institute (Emeritus) et Roger G. Kennedy, Director of the National Museum of American History, page 256.
  13. La Compagnie des Indes Galantes , p. 86
  14. « Texas, Afro Seminole, Creole » par World Englishes - « The British Isles », Vol II, p. 70 ; publié par Tometro Hopkins, Kendall Decker, John McKenny
  15. ARROM, José, 1983 «Cimarrón: apuntes sobre sus primeras documentaciones y su probable origen», Revista Española de Antropología Americana, Madrid, 13, 47-57
  16. John Holmes McDowell, Poetry and Violence: The Ballad Tradition of Mexico’s Costa Chica, University of Illinois Press, 2000
  17. Rafael Lucas, « Marronnage et marronnages », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 89 | 2002, mis en ligne le 16 septembre 2009, consulté le 03 janvier 2015. URL : http://chrhc.revues.org/1527
  18. http://www.etymonline.com/index.php?term=Seminole