congédier

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier | modifier le wikicode]

Étymologie[modifier | modifier le wikicode]

(1409) En ancien français congeer, congier (« donner congé »)[1], avec, pour le \d\, l’influence de l’italien congedo (« congé »)[2].

Verbe[modifier | modifier le wikicode]

congédier \kɔ̃.ʒe.dje\ transitif 1er groupe (conjugaison)

  1. Autoriser ou inviter quelqu’un à se retirer.
    • Suis-moi donc dans ce passage, dit Front-de-Bœuf, afin que je puisse te congédier par la poterne. (Walter Scott, Ivanhoé, traduit de l’anglais par Alexandre Dumas, 1820)
    • Il vit que son notaire était bien décidément un imbécile qu'il fallait tout uniment congédier, et il l'arrêta résolument par un geste. (Honoré de Balzac, La Femme de trente ans, Paris, 1832)
    • A la même occasion je fus témoin de la réception d'une délégation de la communauté israélite de Settat. Arrivée à une distance respectueuse des tentes de Si Ahmed, elle se prosterna très bas et déposa son offrande de soieries, après quoi elle fut congédiée d'un geste hautain, sans une parole. (Frédéric Weisgerber, Trois mois de campagne au Maroc : étude géographique de la région parcourue, Paris : Ernest Leroux, 1904, p. 136)
  2. Licencier ; mettre à la porte.

Synonymes[modifier | modifier le wikicode]

Dérivés[modifier | modifier le wikicode]

Traductions[modifier | modifier le wikicode]

Traductions à trier[modifier | modifier le wikicode]

Prononciation[modifier | modifier le wikicode]

Homophones[modifier | modifier le wikicode]

Paronymes[modifier | modifier le wikicode]

Références[modifier | modifier le wikicode]

  1. Frédéric GodefroyDictionnaire de l’ancienne langue française et de tous ses dialectes du IXe au XVe siècle, édition de F. Vieweg, Paris, 1881-1902 → consulter cet ouvrage (congeer)
  2. « congédier », dans TLFi, Le Trésor de la langue française informatisé, 1971-1994 → consulter cet ouvrage