congédier

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier]

Étymologie[modifier]

(1409) En ancien français congeer, congier (« donner congé »)[1], avec, pour le \d\, l’influence de l’italien congedo (« congé »)[2].

Verbe [modifier]

congédier \kɔ̃.ʒe.dje\ transitif 1er groupe (conjugaison)

  1. Autoriser ou inviter quelqu’un à se retirer.
    • Suis-moi donc dans ce passage, dit Front-de-Bœuf, afin que je puisse te congédier par la poterne. — (Walter Scott, Ivanhoé, traduit de l’anglais par Alexandre Dumas, 1820)
    • Il vit que son notaire était bien décidément un imbécile qu'il fallait tout uniment congédier, et il l'arrêta résolument par un geste. — (Honoré de Balzac, La Femme de trente ans, Paris, 1832)
    • A la même occasion je fus témoin de la réception d'une délégation de la communauté israélite de Settat. Arrivée à une distance respectueuse des tentes de Si Ahmed, elle se prosterna très bas et déposa son offrande de soieries, après quoi elle fut congédiée d'un geste hautain, sans une parole. — (Frédéric Weisgerber, Trois mois de campagne au Maroc : étude géographique de la région parcourue, Paris : Ernest Leroux, 1904, p. 136)
  2. Déclarer ou faire connaître à un employé qu’il doit se retirer pour ne plus revenir.

Synonymes[modifier]

Dérivés[modifier]

Traductions[modifier]

Traductions à trier[modifier]

Prononciation[modifier]

Homophones[modifier]

Paronymes[modifier]

Références[modifier]

  1. Frédéric GodefroyDictionnaire de l’ancienne langue française et de tous ses dialectes du IXe au XVe siècle, édition de F. Vieweg, Paris, 1881-1902 → consulter cet ouvrage (congeer)
  2. « congédier », dans TLFi, Le Trésor de la langue française informatisé, 1971-1994 → consulter cet ouvrage