conseiller

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier]

Étymologie[modifier]

(Nom) Du latin consiliarius (« conseiller, juge, assesseur »).
(Verbe) Du latin consiliari (« tenir conseil, délibérer, donner un conseil ») devenu consiliare en latin vulgaire.

Nom commun[modifier]

Singulier Pluriel
Masculin conseiller
\kɔ̃.sɛ.je\
ou \kɔ̃.se.je\
conseillers
\kɔ̃.sɛ.je\
ou \kɔ̃.se.je\
Féminin conseillère
\kɔ̃.sɛ.jɛʁ\
ou \kɔ̃.se.jɛʁ\
conseillères
\kɔ̃.sɛ.jɛʁ\
ou \kɔ̃.se.jɛʁ\

conseiller \kɔ̃.sɛ.je\ masculin

  1. Personne qui conseille quelqu’un, qui donne des avis.
    • C’est ma confidente, ma conseillère.
    • (Figuré) La colère est mauvaise conseillère.
  2. Personne dont le métier est de servir de guide ou d’assister une ou plusieurs autres personnes dans certains domaines.
    • On entrevit cette chute le lendemain de Froeschwiller, […]. Pour l’empêcher, Napoléon III devait rentrer dans Paris, s'y entourer de conseillers éclairés et de baïonnettes dévouées. (Général Ambert, Récits militaires : L'invasion (1870), p. 123, Bloud & Barral, 1883)
    • Ne faut-il que délibérer,
      La cour en conseillers foisonne ;
      Est-il besoin d’exécuter
      L’on ne rencontre plus personne.
      (Jean de la Fontaine, Fables, Conseil tenu par les Rats)
    • La liste des membres du cabinet décline pas moins de six sortes de conseillers : conseiller spécial, conseiller « auprès » du Président, conseiller « du » Président, conseiller « à » la Présidence, conseiller, conseiller technique. La différence est savamment entretenue, et rejouée à tous les niveaux du Palais, qui vibre de la passion politique en ses moindres recoins. (Marie de Gandt, Sous la plume. Petite exploration du pouvoir politique, Paris, Éditions Robert Laffont, 2013, p. 112)
  3. Personne faisant partie d’un conseil institué.
    • Il est conseiller municipal.

Synonymes[modifier]

Dérivés[modifier]

Hyponymes[modifier]

Traductions[modifier]

Verbe[modifier]

conseiller \kɔ̃.sɛ.je\ transitif 1er groupe (conjugaison) (pronominal : se conseiller)

  1. Indiquer à quelqu’un ce qu’il doit faire ou ne doit pas faire.
    • Le père Cotton craignait si peu que ses pénitentes le quittassent, qu'au contraire il leur conseillait d'aller parfois aux autres confesseurs : […]. (Jules Michelet, Du prêtre, de la femme, de la famille, 3e éd., Hachette & Paulin, 1845, p.83)
    • (Impersonnel)Il est donc conseillé de pratiquer immédiatement un nettoyage rigoureux de la plaie avec un virucide puissant (eau de Javel diluée au 1/10ème par exemple). (Pharmacologie clinique, p.45, Éditions INSERM, 1989)
    • Conseiller la paix, un arrangement, un accommodement.
  2. Renseigner quelqu’un sur ce qu’il doit faire.
    • Les capitaines de goélettes m’avaient tous conseillé d’entrer à l’étale de basse mer quand le courant est nul. (Alain Gerbault, À la poursuite du soleil, tome 1 : De New-York à Tahiti, 1929)
    • Si vous voulez commencer avec un fer à souder à température fixe, je vous conseille d'en choisir un de 25 W. Il coûte environ 10 euros. (John Nussey, Arduino : Pour les Nuls, traduit par Denis Duplan et Stéphane Bontemps, Éditions First, 2014)
    • (Absolument) Bien conseiller, Mal conseiller.
  3. (Pronominal) Prendre les conseils de, suivre les conseils de. [1]
    • Dom Juan — Je vous assure que cela ne se peut, j’en avais pour moi toutes les envies du monde, et je me suis même encore aujourd’hui conseillé au Ciel pour cela. (Molière, Dom Juan, acte V, scène III)

Antonymes[modifier]

Dérivés[modifier]

Traductions[modifier]

Prononciation[modifier]

Voir aussi[modifier]

Références[modifier]

  1. Dictionnaire de l’Académie française, quatrième édition, 1762 → consulter cet ouvrage

Ancien occitan[modifier]

Nom commun[modifier]

conseiller masculin

  1. Variante de cosseliers.

Références[modifier]

  • François RaynouardLexique roman ou Dictionnaire de la langue des troubadours, comparée avec les autres langues de l’Europe latine, 1838–1844