crisser

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

(Verbe 1) De l’ancien français crisner[1], à rattacher au vieux-francique *kriskjan → voir grincer et grincher.
(Verbe 2) Dénominal de crisse.

Verbe 1 [modifier le wikicode]

crisser \kʁi.se\ intransitif 1er groupe (conjugaison)

  1. Produire, en se contractant, une sorte de grincement, surtout en parlant de dents ou de pneus.
    • Faire crisser les pneus d’une voiture.
    • Un piétinement de souliers, puis des chaises dérangées qui crissèrent sur les dalles l’interrompirent. — (Joris-Karl Huysmans, En route, 1895)
    • Des pas légers firent crisser le gravier du jardin. — (Joseph Kessel, L’équipage, Gallimard, 1969, page 178)
  2. Produire un cricri, en parlant du grillon.
    • Le grillon crisse.

Dérivés[modifier le wikicode]

Traductions[modifier le wikicode]

Verbe 2[modifier le wikicode]

crisser \kʁi.se\ intransitif 1er groupe (conjugaison) (pronominal : se crisser)

  1. (Québec) Envoyer, jeter, rejeter.
    • Elle a crissé l’assiette par terre.
    • Je vais lui crisser une claque dans face.
  2. (Québec) Mettre, donner, envoyer, jeter, rejeter, d'une façon hostile et violente.
    • Crisser une claque dans la face à quelqu'un.

s'en crisser \sə kʁi.se\ pronominal

  1. (Québec) Se foutre, se ficher de quelque chose.
    • Pourtant, n'importe quelle personne qui prend le métro régulièrement ne peut se dire qu'une seule chose : « on s'en crisse de vos petits bonhommes qui nous disent comment vivre, on veut juste un système qui marche ben! » — (Montréal, ville dépressionniste, Moult Éditions, Montréal, 2017, p. 173)

Dérivés[modifier le wikicode]

Voir aussi[modifier le wikicode]

Références[modifier le wikicode]