distinction

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier]

Étymologie[modifier]

(Siècle à préciser) Du latin distinctio.

Nom commun [modifier]

Singulier Pluriel
distinction distinctions
\dis.tɛ̃k.sjɔ̃\

distinction \dis.tɛ̃k.sjɔ̃\ féminin

  1. Action de séparer nettement une chose d’une autre.
    • Que le nombre important de naissances illégitimes soit une marque d'immoralité, je le veux bien ; encore est-il qu'il faut faire des distinctions et examiner si ce n'est pas plutôt un signe d'irrégularité que d'immoralité. — (Ludovic Naudeau, La France se regarde : Le problème de la natalité, Librairie Hachette, Paris, 1931)
    • La distinction que l'on fait entre un astéroïde et une planète est purement arbitraire puisque fondée uniquement sur la dimension. — (Barry Williams (traduit par Claude Lafleur), L'astrologie confrontée aux progrès de l'astronomie, dans Le Québec sceptique, n°24, p.41, décembre 1992)
  2. (En particulier) Indication, séparation des divers sens qu’une proposition peut recevoir.
    • La casuistique dont Pascal s'est tant moqué n'était pas plus subtile et plus absurde que celle que l'on retrouve dans les polémiques entre ce qu'on nomme les écoles socialistes : Escobar aurait eu quelque peine à se reconnaître au milieu des distinctions de Jaurès ; […]. — (Georges Sorel, Réflexions sur la violence Chap.II, La décadence bourgeoise et la violence, 1908)
    • Il y a ici une distinction importante à faire.
    • Il se tira d’affaire par une distinction subtile.
  3. Opération de l’esprit par laquelle on distingue une chose d'une autre.
    • La distinction des pensées ou connoissances, en médiates & immédiates prouve encore moins la prétendue imperceptibilité des pensées. — (Règles du Bon Sens, dans les Œuvres de Messire Antoine Arnauld, tome 40, p.175, 1780)
    • En outre, la distinction opérable / inopérable se complique, certains cancers inopérables peuvent devenir accessibles à l’exérèse si celle-ci est couplée à la radiothérapie. — (Patrice Pinell, Naissance d'un fléau: histoire de la lutte contre le cancer en France (1890-1940), Éditions Métailié, 1992, p.321)
  4. Action de mettre une différence entre des personnes ou des choses, ou d’avoir égard à la différence qui est entre elles.
    • Supprimé en 1870, rétabli par l'Assemblée nationale, le cautionnement est de nouveau supprimé pour tous les journaux sans distinction, par la loi de 1881. — (Alexandre Zévaès, Histoire de la Troisième République 1870 à 1926, Éditions Georges-Anquetil, 1926, p.198, note de bas de page)
    • Faire distinction de l’ami et de l’ennemi.
    • Je fais grande distinction entre l’un et l’autre.
  5. Ce qui établit ou indique une différence entre des personnes ou des choses.
    • La distinction des rangs.
    • Les distinctions sociales.
    • Toutes ces distinctions disparurent.
  6. Prérogative, honneur ou marque de préférence, d’estime ou d’égard.
    • Il aime les distinctions très flatteuses.
    • Traiter quelqu’un avec distinction.
  7. Bon ton, élégance ou dignité des manières.
    • Un air de distinction.
    • Il a beaucoup de distinction.
    • Il manque de distinction.

Dérivés[modifier]

Apparentés étymologiques[modifier]

Traductions[modifier]

Prononciation[modifier]

Voir aussi[modifier]

Références[modifier]

Anglais[modifier]

Étymologie[modifier]

(Siècle à préciser) Du latin distinctio.

Nom commun [modifier]

Singulier Pluriel
distinction
\dɪˈst.ɪŋk.ʃən\
distinctions
\dɪˈst.ɪŋk.ʃənz\

distinction

  1. Distinction, élégance.

Prononciation[modifier]