nénuphar

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher
Voir aussi : nenuphar

Français[modifier]

Étymologie[modifier]

(XIIIe siècle) Du persan نیلوفر, nīlūfar ou de l’arabe نینوفر, nīnūfar ; plus avant, du sanskrit नीलोत्पल, nīlotpala (« lotus bleu »), composé de नील, nīla (« bleu-noir ») et उत्पल, utpala (« lotus »).
Les anciens dictionnaires donnaient les deux orthographes (nénufar et nénuphar). L’Académie française qui admettait seulement la première forme avait abandonné nénufar[1][2] pour adopter exclusivement nénuphar dans son édition de 1935[3]. Le Rapport de 1990 sur les rectifications orthographiques est revenu[4] à la graphie initiale de nénufar et préconise, du fait de l’origine arabo-persane du mot, laissant au graphème ‹ ph › la fonction de transcrire la lettre φ, phi du grec ancien, le retour à cette orthographe.

Nom commun [modifier]

Singulier Pluriel
nénuphar nénuphars
\ne.ny.faʁ\
Fleur de nénuphar jaune.

nénuphar \ne.ny.faʁ\ masculin (orthographe traditionnelle)

  1. (Botanique) Nymphéacée qui a de larges feuilles rondes et de grandes fleurs en forme de roses simples.
    • Tandis que le courant du milieu entraîne vers la mer les cadavres des pins et des chênes, on voit sur les deux courants latéraux remonter le long des rivages, des îles flottantes de pistia et de nénuphar, dont les roses jaunes s’élèvent comme de petits pavillons. — (François-René de Chateaubriand, Atala, ou Les Amours de deux sauvages dans le désert)
    • On coupa des baguettes et l’on chercha des perches légères, mais aucune ne se trouva être assez grande pour atteindre la grenouille, qui bâillait toujours, la gueule ouverte, sur sa feuille de nénuphar. — (Louis Pergaud, Un sauvetage, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
    • Ils étaient parvenus sur le bord d’une immense pièce d’eau. Vers leur droite elle fuyait à perte de vue, de place en place ornée de nénuphars et de nymphéas, parmi lesquels s’élevaient des oiseaux gris et lumineux dans les premières lueurs du jour. — (André Dhôtel, Le Pays où l’on n’arrive jamais, 1955)
    • La Thève bruissait à notre gauche, laissant à ses coudes des remous d’eau stagnante où s’épanouissaient les nénuphars jaunes et blancs […]. — (Gérard de Nerval, Les Filles du feu, Sylvie, 1854)
  2. (Pharmacologie) (Par métonymie) Rhizome du nénuphar.
    • Un cataplasme de nénuphar et de concombre. — (Honoré de Balzac, Annette et le Criminel, tome 2, page 205, 1824)
  3. (Pharmacologie) (Par métonymie) Fleur du nénuphar.

Traductions[modifier]

→ voir nénufar

Voir aussi[modifier]

Références[modifier]