piéton

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher
Voir aussi : Piéton

Français[modifier]

Étymologie[modifier]

Du radical de piéter avec le suffixe -on [1].

Adjectif[modifier]

Singulier Pluriel
Masculin piéton
\pje.tɔ̃\
piétons
\pje.tɔ̃\
Féminin piétonne
\pje.tɔn\
piétonnes
\pje.tɔn\

piéton \pje.tɔ̃\

  1. Piétonnier, fait pour les gens à pied.
    • Pour traverser les routes, il vaut mieux passer sur les passages piétons.

Synonymes[modifier]

Dérivés[modifier]

Nom commun[modifier]

Singulier Pluriel
piéton piétons
\pje.tɔ̃\

piéton \pje.tɔ̃\ masculin (pour une femme, on peut aussi dire piétonne)

  1. Personne qui se déplace à pied.
    • Vers les dix heures environ, toute la plaine fut couverte de chevaliers, de dames à cheval et de piétons, s’avançant en toute hâte vers le champ clos ; […]. (Walter Scott, Ivanhoé, traduit de l’anglais par Alexandre Dumas, 1820)
    • Ce qui m’émerveillait le plus dans les premiers temps, c'était l’étonnante habileté de nos poneys à se tirer d'affaire au milieu d'un chaos de débris volcaniques où un piéton aurait pu difficilement trouver son chemin. (Jules Leclercq, La Terre de glace, Féroë, Islande, les geysers, le mont Hékla, Paris : E. Plon & Cie, 1883, p.82)
    • Le lendemain, à l'aube, nous nous mettons en marche — en marche est ici une façon de parler — car nous nous faisons tout bourgeoisement transporter en chemin de fer jusqu'à La Neuveville, où nous redeviendrons piétons. (Gustave Fraipont, Les Vosges, 1895, 1923)
    • Autrefois, rue de la Charbonnière, les mêmes et misérables prostituées appelaient - de derrière les carreaux des échoppes ou du fond des sous-sols - les rares piétons qui se hasardaient en ces lieux. (Francis Carco, L’Amour vénal, Éditions Albin Michel, Paris, 1927, p. 11)
  2. (Vieilli) (Désuet) Facteur rural, messager qui faisait à pied le service de la poste dans les campagnes.
    • La vieille route est une fondrière que sauf le « piéton », porteur de la gazette ou de lettres, nul étranger n'emprunte plus... (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1958)
Note[modifier]
Pour le marcheur, le Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition, 1932-1935 (.) indique : Il s’emploie surtout au pluriel et s’applique aux personnes des deux sexes.

Dérivés[modifier]

Traductions[modifier]

Prononciation[modifier]

Anagrammes[modifier]

Voir aussi[modifier]

Références[modifier]