piéton

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher
Voir aussi : Piéton

Français[modifier]

Étymologie[modifier]

Du radical de piéter avec le suffixe -on [1].

Adjectif [modifier]

Singulier Pluriel
Masculin piéton
\pje.tɔ̃\
piétons
\pje.tɔ̃\
Féminin piétonne
\pje.tɔn\
piétonnes
\pje.tɔn\

piéton \pje.tɔ̃\

  1. Piétonnier ; qui est fait pour les gens à pied.
    • Repérage et aménagement éventuel des principaux itinéraires piétons intra ou interquartiers ou d'accès aux stations de transport collectif, avec un objectif de continuité et de sécurité de ces itinéraires. — (Lourdes Diaz-Olvera & Cissé Kane, « M comme Marche ou ... crève », dans Les transports et la ville en Afrique au sud du Sahara: le temps de la débrouille et du désordre inventif, sous la direction de Xavier Godard, éd. Karthala, 2002, p. 201)
    • Mais quand ils voient une vieille femme avec des cannes arrêtée au passage piéton, ils accélèrent. Plus de temps pour la politesse, ce sera pour le suivant. — (Fred Bocquet, « La femme aux cannes », dans La porte: Un roman sur la fragilité de nos existences, Éditions Cousu Mouche, 2015)
    • Lanabellia est son pseudonyme. Vendeuse dans un magasin de la zone piétonne à Charleville-Mézières, elle écrit la nuit. Depuis quelques jours, son activité d’écriture est devenue pour l’administration fiscale, sa première activité. — (Une Carolo, auteure à succès grâce au web, dans L'Ardennais (www.lardennais.fr/), publié le 12/12/2017)

Synonymes[modifier]

Dérivés[modifier]

Nom commun [modifier]

Singulier Pluriel
piéton piétons
\pje.tɔ̃\
Des piétons (1).

piéton \pje.tɔ̃\ masculin (pour une femme, on peut aussi dire piétonne)

  1. Personne qui se déplace à pied.
    • Vers les dix heures environ, toute la plaine fut couverte de chevaliers, de dames à cheval et de piétons, s’avançant en toute hâte vers le champ clos ; […]. — (Walter Scott, Ivanhoé, traduit de l’anglais par Alexandre Dumas, 1820)
    • Ce qui m’émerveillait le plus dans les premiers temps, c'était l’étonnante habileté de nos poneys à se tirer d'affaire au milieu d'un chaos de débris volcaniques où un piéton aurait pu difficilement trouver son chemin. — (Jules Leclercq, La Terre de glace, Féroë, Islande, les geysers, le mont Hékla, Paris : E. Plon & Cie, 1883, p.82)
    • Le lendemain, à l'aube, nous nous mettons en marche — en marche est ici une façon de parler — car nous nous faisons tout bourgeoisement transporter en chemin de fer jusqu'à La Neuveville, où nous redeviendrons piétons. — (Gustave Fraipont, Les Vosges, 1895, 1923)
    • Autrefois, rue de la Charbonnière, les mêmes et misérables prostituées appelaient - de derrière les carreaux des échoppes ou du fond des sous-sols - les rares piétons qui se hasardaient en ces lieux. — (Francis Carco, L’Amour vénal, Éditions Albin Michel, Paris, 1927, p. 11)
  2. (Vieilli) (Désuet) Facteur rural, messager qui faisait à pied le service de la poste dans les campagnes.
    • La vieille route est une fondrière que sauf le « piéton », porteur de la gazette ou de lettres, nul étranger n'emprunte plus... — (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1958)
Note[modifier]
Pour le marcheur, le Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition, 1932-1935 (.) indique : Il s’emploie surtout au pluriel et s’applique aux personnes des deux sexes.

Dérivés[modifier]

Traductions[modifier]

Prononciation[modifier]

Anagrammes[modifier]

Voir aussi[modifier]

Références[modifier]