franc du collier

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier | modifier le wikitexte]

Étymologie[modifier | modifier le wikitexte]

Étymologie manquante ou incomplète. Si vous la connaissez, vous pouvez l’ajouter en cliquant ici.

Locution adjectivale[modifier | modifier le wikitexte]

Singulier Pluriel
Masculin franc du collier
/fʁɑ̃ dy kɔ.lje/
francs du collier
/fʁɑ̃ dy kɔ.lje/
Féminin franche du collier
/fʁɑ̃ ʃ dy kɔ.lje/
franches du collier
/fʁɑ̃ ʃ dy kɔ.lje/

franc du collier /fʁɑ̃ dy kɔ.lje/

  1. (Propre) (Vieilli) Qualifie un cheval qui tire de lui-même, sans qu’il soit besoin de lui donner des coups de fouet.
    • On attelle souvent à un obstacle immobile (borne, boule scellée à un mur, arbre, etc.) le cheval à essayer pour juger s'il est franc du collier. S'il refuse au bout de q.q. coups de collier, c'est un mauvais signe, il est maufranc (vieux mot conservé dans beauc. de localit.) (Raige-Delorme & al., Nouveau dictionnaire lexicographique et descrptif des sciences médicales et vétérinaires Paris, P. Asselin, 1863, p.457)
  2. (Figuré) Qui est franc, hardi, indépendant, en parlant d’une personne.
    • Élevées au contact des animaux, initiées dès leur plus jeune âge aux « mystères du sexe », elles n'étaient pas paralysées par la pudeur : elles étaient franches du collier. (Alain Derville, Quarante générations de Français face au sacré : essai d’histoire religieuse de la France (500-1500), p.245, Presses Universitaires du Septentrion, 2006)
  3. (Figuré) Qui agit avec sincérité ; qui est sincère.
    • Bagambiki, je l’apprendrai plus tard, est un personnage influent venant du MRND, le parti du président assassiné, dont il est l’un des durs. Nous réalisons vite qu’il n’est pas franc du collier et qu'il tente de nous doubler en manipulant ses réseaux extrémistes. (Jacques Morel, La France au cœur du génocide des Tutsi, p.937, 2010)
    • Si l’on ne peut pas dire que les réponses soient tout à fait franches du collier, on ne peut pas non plus estimer que les prisonniers se refusent à des confidences. (Thaddée Piotrowski, Le Mur et les barreaux : Mémoire de guerre 1939-1943, p. 295, 1999)

Traductions[modifier | modifier le wikitexte]