ligaturer

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier | modifier le wikicode]

Étymologie[modifier | modifier le wikicode]

Composé de ligature et -er.

Verbe[modifier | modifier le wikicode]

ligaturer /li.ɡa.ty.ʁe/ transitif 1er groupe (conjugaison)

  1. (Chirurgie) Serrer avec une ligature.
    • (Par analogie)Il plante des greffes, enrobées dans une feuille de plomb et ligaturées au raphia sulfaté, en pleine terre, […]. (M. A. Bouchard, Une Mission viticole, imprimerie Lachèse & Dolbeau, Angers, 1891, p.31)
  2. (Génie génétique) Action de former une liaison phosphodiester entre deux polynucléotides.
  3. (Typographie) Substituer un groupe d’œils ou glyphes par une ligature ou par des glyphes formant une ligature.
    • Oeil n’est pas ligaturé à l’entrée du mot, mail il l’est à l’entrée clin (d’œil). Problème technique sans aucun doute. Dans la version électronique du Hanse, absolument rien n’est ligaturé. (Jacques Derosiers, « Préséance & ligatures », L’actualité langagière, volume 10/1, printemps 2013, pp. 8‒10)
    • Des ve-vie siècles jusqu’au xiie siècle, pour les textes documentaires relatifs à la vie quotidienne (sur ostraca, papyrus ou papier), les écritures les plus répandues dans les documents sahidiques sont bien caractéristiques : elles sont penchées à droite et d’une grande souplesse dans le tracé, comme le sont beaucoup d’écritures cursives utilisées dans ce genre de textes ; bon nombre d’entre elles ne sont que peu ligaturées, ce en quoi elles se distingues nettement des cursives grecques (ligaturées à partir du ixe siècle). (Laurent Bourcellier, Création d’une typographie numérique copte adaptée aux usages éditoriaux, 2006, p. 75)
  4. Fixer ou serrer avec une ficelle.

Dérivés[modifier | modifier le wikicode]

Traductions[modifier | modifier le wikicode]

Références[modifier | modifier le wikicode]