littérature

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier | modifier le wikitexte]

Étymologie[modifier | modifier le wikitexte]

(Vers 1120)  [1] Du latin litteratura (« écriture, grammaire, philologie, érudition »). [2]

Nom commun[modifier | modifier le wikitexte]

Singulier Pluriel
littérature littératures
/li.te.ʁa.tyʁ/
Jean Racine (Savart, 1772)

littérature /li.te.ʁa.tyʁ/ féminin

  1. Ensemble des productions littéraires d’une nation, d’un pays, d’une époque.
    • Malgré la critique amère des bouffons ignorants, nous osons assurer que les lettres peuvent seules polir l'esprit, perfectionner le goût, et prêter des grâces aux sciences. Il faut même pour être profond dans la Littérature, abandonner les auteurs qui n'ont fait que l'effleurer et puiser dans les sources de l'antiquité, la connaissance de la religion, de la politique, du gouvernement, des lois, des mœurs, des coutumes, des cérémonies, des jeux, des fêtes, des sacrifices et des spectacles de la Grèce et de Rome. (Diderot, Encyclopédie, art. Littérature (Jaucourt), 1772)
    • […] c’était l’époque où, toute froissée de nos malheurs, si grands et si récents, la littérature semblait n’avoir d’autre occupation que de consoler notre vanité malheureuse. (Stendhal, De l’Amour, 1822, 3e préface du 15 mars 1843)
    • On affirme trop souvent qu’après la première génération félibréenne et les œuvres de Roumanille, d’Aubanel et de Mistral, la littérature de langue d’oc n’a point soutenu sa valeur, et que, Mistral disparu, le Félibrige a reçu un coup mortel. (Émile Ripert, Le Félibrige, 1924, p. 129)
    • La plus belle époque de la littérature arabe est celle qui précède le siècle des croisades. Nos premiers chevaliers sont entrés en Orient au milieu de la splendeur dont elle témoignait, car la littérature est le miroir des temps. (Pierre Louÿs, La Femme dans la poésie arabe, dans Archipel, 1932)
    • L’anglais paie le prix fort de son hégémonie. Car le « globish » disgracieux que l’on ânonne d’un bout à l’autre de notre monde globalisé n’a rien à voir avec la langue abondante, élégante et infiniment plastique qui a fait les riches heures de la littérature d’expression anglaise […] (Élie Barnavie, « L’Anglais, langue en péril », dans Marianne (magazine), nº 689, 3 juillet 2010)
  2. Histoire littéraire, critique littéraire (portant sur des œuvres littéraires contemporaines)
    • J'ai bien retrouvé sur sa figure, surtout quand il parle de M. Mairobert, l'âcreté qui fait la seule vie des articles de littérature compris dans le pamphlet rouge. (Stendhal, Lucien Leuwen,1835)
  3. (Par extension) Domaine particulier de production éditoriale.
    • La lecture de la littérature gynécologique et, en particulier, celle des articles consacrés à la lutte contre la stérilité, renforce l’impression d’une grande monotonie et surtout d’une grande brièveté dans l’acte. (Alain Corbin, Les Filles de noce, 1978)
    • Parmi la maigre littérature, en particulier francophone, concernant la malherbologie, il manquait une synthèse taxonomique sur la flore des champs cultivés. (Philippe Jauzein, Flore des champs cultivés, Éditions Quae, 2011, p. 7)
  4. (Par extension) Ensemble d'ouvrages ou de simples écrits typiques, produits par un groupe social particulier, ou pour un public ciblé.
    • La littérature municipale, syndicale, ésotérique ; littérature de bricolage, de conseils pour la santé et le bien-être.
    • Les écrivains anarchistes qui demeurèrent fidèles à leur ancienne littérature révolutionnaire, ne semblent pas avoir vu de très bon œil le passage de leurs amis dans les syndicats […] (Georges Sorel, Lettre à Daniel Halévy, 15 juillet 1907, dans Réflexions sur la violence, 1908)
    • Certains articles sentent la pression, tantôt légère, tantôt brutale. Il y a un mot pour ce genre de littérature.
      — Je sais : chantage. […] Mais le chantage est un délit, Monsieur le juge. Il faut l’établir.
      (Victor Méric, Les Compagnons de l’Escopette, 1930)
  5. (En particulier) (Péjoratif) Développement bavard, spécieux, peu sérieux et souvent amphigourique.
    • Que ton vers soit la bonne aventure
      Éparse au vent crispé du matin
      Qui va fleurant la menthe et le thym…
      Et tout le reste est littérature.
      (Verlaine, Art Poétique, in Jadis et Naguère - Poésies, 1884)
  6. (Spécialement) Bibliographie sur un sujet. Liste des ouvrages spécialisés consacrés à un sujet précis.
    • Ajoutez que dès les premiers pas, on risque de perdre pied dans la littérature myrmécophile. Elle est aussi abondante que la littérature apicole […]. (Maurice Maeterlinck, La Vie des Fourmis, Paris : bibliothèque Charpentier - Fasquelle Editeurs, 1930, p.11)
  7. (Désuet) Connaissance des classiques, de l'art littéraire, des principes des belles lettres, des procédés de style, etc.. . Emploi vieilli ou comique ; remplacé par le mot culture en français moderne.
    • N’avoir point de littérature. - Avoir beaucoup de littérature.

Traductions[modifier | modifier le wikitexte]

Forme de verbe[modifier | modifier le wikitexte]

Conjugaison du verbe littératurer
Indicatif Présent je littérature
il/elle/on littérature
Imparfait
Passé simple
Futur simple
Subjonctif Présent que je littérature
qu’il/elle/on littérature
Imparfait
Impératif Présent (2e personne du singulier)
littérature

littérature /li.te.ʁa.tyʁ/

  1. Première personne du singulier de l’indicatif présent de littératurer.
  2. Troisième personne du singulier de l’indicatif présent de littératurer.
  3. Première personne du singulier du subjonctif présent de littératurer.
  4. Troisième personne du singulier du subjonctif présent de littératurer.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif présent de littératurer.

Prononciation[modifier | modifier le wikitexte]

Voir aussi[modifier | modifier le wikitexte]

Références[modifier | modifier le wikitexte]