prélat

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher
Voir aussi Voir aussi : prelát, prêlât, prélât, prèlât

Français[modifier | modifier le wikicode]

Étymologie[modifier | modifier le wikicode]

Du latin praelatus (« préféré, choisi »).

Nom commun[modifier | modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
prélat prélats
/pʁe.la/

prélat /pʁe.la/ masculin

  1. Celui qui a une dignité considérable dans l’Église, avec juridiction spirituelle ou, jadis, temporelle.
    • Tout ce monde achète, vend, brocante. Des prélats spéculent sur les terrains et les construction, des lazaristes sur les agences de recrutement militaire, etc., etc. (Jules Michelet, Du prêtre, de la femme, de la famille, 3e éd., Hachette & Paulin, 1845, note bas de page 256)
    • Cette chapelle renferme le tombeau de l’évêque Radulphe, dont l’inscription donne la date de 1266, comme étant celle de la mort du prélat. (Eugène Viollet-le-Duc, La Cité de Carcassonne, 1888)
    • Nous n’en finirions pas si nous voulions citer tous les démêlés des habitants d’Épinal avec les prélats de Metz. (Gustave Fraipont, Les Vosges, 1923)
    • Hector fit un geste d’absolution, onctueux comme un prélat, plus dissimulé qu’un Tartuffe et soulagea Arsène André de sa présence. (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, 1958)
  2. (En particulier) Ecclésiastique qui a droit de porter le violet, à la cour de Rome.
    • Tous les prélats du palais.
    • Les prélats qui accompagnaient le légat.

Apparentés étymologiques[modifier | modifier le wikicode]

Voir aussi[modifier | modifier le wikicode]

Références[modifier | modifier le wikicode]