porter

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier | modifier le wikicode]

Étymologie[modifier | modifier le wikicode]

Du latin portare.

Verbe 1[modifier | modifier le wikicode]

Femme portant des seaux. (1)
Dingo en train de porter Minnie. (1)

porter /pɔʁ.te/ transitif 1er groupe (conjugaison)

  1. Soutenir quelque chose ou quelqu’un.
    • Porter un sac de blé, un ballot de livres. — Le cheval qui le portait. — Ce vaisseau porte cinq cents hommes d’équipage et des vivres pour six mois.
  2. (Figuré) Être accablé d’un malheur, d’une souffrance, etc. ; supporter, souffrir, endurer.
    • Il porte patiemment sa disgrâce.
  3. (En particulier) Être chargé de travail.
    • Avoir plus de travail, plus d’affaires qu’on n’en peut porter. — Il porte tout le poids de ses affaires.
  4. (Figuré) Soutenir, choisir, élire.
  5. (En particulier) Mettre en avant quelqu’un comme candidat, dans une élection.
    • Il sera porté par la majorité de l’assemblée.
  6. (Figuré) Tenir son rang, sa dignité, son honneur, etc.
    • Il porte bien sa nouvelle dignité.
  7. Avoir sur soi ou tenir à la main.
    • Il ne porte jamais d’argent sur lui.
  8. Mettre sur soi, en parlant de l’habillement, de la parure, etc.
    • Pourquoi porter des chapeaux et des vêtements, quand la pigmentation de la peau est la meilleure défense contre le soleil des tropiques […]. (Alain Gerbault, À la poursuite du soleil; tome 1 : De New-York à Tahiti, 1929)
  9. Asséner, donner.
    • C’est ainsi que, le 21 adar 4996 (1236), un pêcheur chrétien étant mort des coups que lui avait portés un juif au cours d’une rixe, la foule envahit la juiverie vicomtale, avec l’intention de la mettre à sac. (Léon Berman, Histoire des Juifs de France des origines à nos jours, 1937)
  10. Tenir son corps, sa tête, ses bras, etc., et de tout ce qui regarde la contenance et le geste.
    • Il m’a salué à sa manière, en portant deux doigts à sa tête et en souriant d’un air bonasse. (Émile Thirion, La Politique au village, p. 133, Fischbacher, 1896)
    • Porter la tête haute.
    • Porter le bras en écharpe.
  11. Transporter.
    • Le ministère anglais déclara que ses flottes avaient l'ordre de courir sus à tout vaisseau français qui porterait des renforts dans l’Amérique. (Théophile Lavallée, Histoire des Français, vol.3, chap.3 (1748-1763), Paris, Charpentier, 12e éd., 1858, p.503)
    • On voit passer quantité de petites carrioles qui portent un jeune homme et une jeune fille ; […]. (Hippolyte Taine, Voyage en Italie, vol.2, 1866)
    • Une autre voiture à deux roues, […], était là aussi un peu à l’écart. Cette voiture était destinée, […], à recevoir le corps après le supplice et à le porter au cimetière. (Ivan Tourgueniev, L'Exécution de Troppmann, avril 1870, traduction française de Isaac Pavlovsky, publiée dans ses Souvenirs sur Tourguéneff, Savine, 1887)
    • Des tuyaux qui portent l’eau dans un jardin.
  12. Pousser, étendre, élever, faire aller, conduire.
    • Il faut porter cette haie encore plus loin.
    • La tempête porta le navire contre un écueil.
  13. (Figuré) Transporter, transmettre, pousser, étendre, élever.
    • Il a porté dans ces contrées quelques-uns des arts de l’Europe.
    • Il porta la guerre dans l’Asie.
    • Il a porté le fer et la flamme dans cette province.
  14. Inscrire, enregistrer.
    • Porter un article sur un registre, sur un livre de comptes.
  15. Indiquer.
    • Deux bois, l’un à son amorce, l’autre au mitan, chevauchent la longue articulation crayeuse qui porte le nom de plateau de Lorette. (Charles Le Goffic, Bourguignottes et pompons rouges, 1915, p.205)
  16. (Droit) Soumettre à une juridiction, à un examen, à un jugement.
    • La cause sera portée à l’audience.
    • Je porte à votre connaissance qu’une vacance s’est produite dans cette administration.
    • Tous les jours, elle sort à la même heure, disant qu'elle se rend au Louvre pour porter sa plainte au roi et implorer sa pitié. (Michel Zévaco, Le Capitan, 1906)
  17. Induire ; exciter à quelque chose.
    • Les heures du soir portent à la mélancolie.
  18. Être en grossesse, en parlant des femmes ; être gravide en parlant des femelles des animaux.
    • Elles s’enfuient ensuite vers leur demeure inexpugnable, portant dans leurs seins les fruits d’unions brutales et sans volupté. (Renée Dunan, Ces Dames de Lesbos, 1928)
  19. Produire, en parlant de la terre, des arbres, etc.
    • Un arbre qui porte de beaux fruits.
    • Cette somme porte intérêt.
  20. Causer, produire, amener.
    • Toute bonne action porte avec soi sa récompense.
  21. Manifester, montrer, en parlant de l’esprit, du caractère.
    • Il porte en toutes choses un grand esprit de justice.
  22. Avoir, présenter, offrir.
    • Il porte la tristesse peinte sur son visage.
    • Il porte en lui le germe des plus heureuses qualités.
    • Ce monument porte telle inscription.
  23. (Héraldique) Afficher.
    • Il porte d’azur au lion d’argent.
  24. Déclarer, dire, exprimer, en parlant d’actes publics, de lettres et d’autres écrits.
    • L’ordonnance porte que…. — L’arrêt porte condamnation.
    • Il est porté par le contrat que… — Les peines portées par la loi.
    • Comme le portent vos ordres.
  25. Poser, être soutenu.
    • Une poutre qui porte sur la muraille.
    • Tout l’édifice porte sur ces colonnes.
  26. (Figuré) Peser.
    • La perte dans ce combat a porté principalement sur ce corps d’armée, c’est lui qui a principalement souffert, et qui a perdu le plus de soldats.
  27. (Figuré) Concerner, avoir pour objet.
    • Cette observation, cette critique, cette objection porte sur telle chose, etc.
    • Cet examen porte sur la géographie.
  28. (Marine) Se diriger vers.
    • Porter au sud. — Porter au large, porter à terre.
  29. Atteindre ; en parlant des armes à feu et des armes de jet, ainsi que de leurs projectiles.
    • Les gros obusiers allemands portaient à douze kilomètres ; ainsi ils se tenaient à peu près hors d’atteinte ; il fallait une très bonne oreille pour entendre leur coup de départ. (Alain, Souvenirs de guerre, p.95, Hartmann, 1937)
  30. (Figuré) Faire impression ; être décisif, atteindre son but.
    • Son discours a porté. — Cette objection ne porte pas.
  31. Parcourir une distance, en parlant du son, du regard, du vent, etc.
    • Sa vue porte loin.
    • Le bruit de la fusillade portait à deux kilomètres.
    • Quand le vent porte, le bruit des cloches du village voisin vient jusqu’ici.
  32. (Pétanque) Lancer très haut de sorte qu’elle s’immobilise rapidement après sa retombée au sol, en parlant d’une boule.
    • Porter une boule demande une grande maitrise.
  33. (Informatique) Faire fonctionner un logiciel, ou une fonctionnalité d’un logiciel, dans un autre contexte que le contexte initial (par exemple, sur un autre type de machine).
    • Cette fonctionnalité devra être portée sur notre SAAS, qui devra à terme remplacer l’application de bureau existante.
    • Ce programme n’a pas encore été porté pour Windows 64 bits.
    • Une petite équipe est en train de porter cette application sur linux.

Dérivés[modifier | modifier le wikicode]

Traductions[modifier | modifier le wikicode]

Verbe 2[modifier | modifier le wikicode]

se porter /sə pɔʁ.te/ pronominal

  1. Aller, se transporter.
    • En effet, à l’appel du gong, Habib se porta rapidement à la rencontre du Suédois et le bombarda sans arrêt de swings si vigoureux à la poitrine que l’autre s’écroula. (Francis Carco, Messieurs les vrais de vrai, 1927)
    • Le roi, le général se porta, se porta de sa personne au fort de la mêlée.
    • Se porter sur la ligne de bataille.
    • La foule se porte à tel endroit.
    • Cette pièce réussit, la foule s’y porte, on s’y porte en foule.
  2. (Familier) Affluer, se diriger, en parlant de diverses choses.
    • Le sang s’est porté à la tête. — Tout le poids se porte de ce côté.
    • La curiosité, l’intérêt se portait principalement sur lui.
  3. (Vieilli) En parlant de la disposition de l’esprit, de l’inclination, de la pente qu’on a à faire quelque chose.
    • C’est un jeune homme qui se porte au bien.
    • Il s’est porté à cela de lui-même.
    • Il se porte avec ardeur à tout ce qu’il fait.
    • Il se porte au mal.
  4. (Vieilli) Se présenter comme candidat à un poste électif.
    • Il se porte dans le premier arrondissement.
  5. (Droit) Se présenter en justice.
    • Se porter partie civile contre quelqu’un.
    • Se porter héritier, pour héritier.
  6. (Médecine) Être dans quelque état de santé.
    • […]; elle est bien frêle et sèche, mais à peine nerveuse et, en dépit du laconisme de ses repas, elle se porte très bien, n’est même jamais souffrante ; […]. (Joris-Karl Huysmans, La Cathédrale, Plon-Nourrit, 1915)
    • L'état physique du malade était des plus piteux : […]. Le malade vint en septembre 1915, sur le conseil d'un de mes clients. À partir de ce moment, les progrès ont été très rapides et actuellement (1925), ce monsieur se porte parfaitement bien. C'est une vraie résurrection. (Émile Coué, La Maîtrise de Soi-même par l'autosuggestion consciente, 1922, éd. 1935, p.40)
    • Vrai, il y a des gens qui ont de la veine, et ce T.S.F. là, tout malade qu'il est, m'a l'air de se porter un peu mieux que nous. (Paul Chack, Sur les bancs de Flandre, 1927, p.97)
    • (Figuré)Ses affaires ne s’en portent pas plus mal.
  7. Être objet de mode, comme vêtement ou comme parure.
    • Cette étoffe ne se porte plus.
    • Les pendants d’oreille se portent moins aujourd’hui qu’autrefois.

Dérivés[modifier | modifier le wikicode]

Nom commun[modifier | modifier le wikicode]

porter /Prononciation ?/ féminin

  1. Type de bière anglaise.
    • Mais la mode pour les “pale ales” (bières blondes légères) de Burton-upon-Trent mit fin à la popularité de la porter au milieu du 19è. (site www.visitbritain.fr)

Prononciation[modifier | modifier le wikicode]

Anagrammes[modifier | modifier le wikicode]

Voir aussi[modifier | modifier le wikicode]

Ancien français[modifier | modifier le wikicode]

Étymologie[modifier | modifier le wikicode]

Étymologie manquante ou incomplète. Si vous la connaissez, vous pouvez l’ajouter en cliquant ici.

Verbe[modifier | modifier le wikicode]

porter /Prononciation ?/

  1. Porter.

Dérivés dans d’autres langues[modifier | modifier le wikicode]

Anglais[modifier | modifier le wikicode]

Étymologie[modifier | modifier le wikicode]

Du moyen français porteour (« porteur »).

Nom commun[modifier | modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
porter
/ˈpɔɹ.tɚ/
ou /ˈpɔː.tə/
porters
/ˈpɔɹ.tɚz/
ou /ˈpɔː.təz/

porter /ˈpɔɹ.tɚ/ (Royaume-Uni), /ˈpɔː.tə/ (Royaume-Uni)

  1. Porteur, bagagiste (métier).
    • Oh, Mr Porter! What shall I do?
      I want to go to Birmingham, and they're taking me on to Crewe.
      Take me back to London, as quickly as you can,
      Oh, Mr Porter! What a silly girl I am!
      (George Le Brunn, Oh Mr Porter, chanson de 1893 (chanté par Marie Lloyd).)
  2. Un type d’ale, ainsi appelé parce qu’il était bu par les porteurs.

Vocabulaire apparenté par le sens[modifier | modifier le wikicode]

Catalan[modifier | modifier le wikicode]

Étymologie[modifier | modifier le wikicode]

Étymologie manquante ou incomplète. Si vous la connaissez, vous pouvez l’ajouter en cliquant ici.

Nom commun[modifier | modifier le wikicode]

porter /Prononciation ?/ masculin

  1. Portier.
    • El porter ha aturat el penalty.
      La traduction en français de l’exemple manque. (Ajouter)