haut

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher
Voir aussi : Haut

Français[modifier | modifier le wikitexte]

Étymologie[modifier | modifier le wikitexte]

Du latin altus avec un ajout de « h » initial aspiré sous l’influence du francique *hauh, *hoh (cf. allemand hoch).

Adjectif[modifier | modifier le wikitexte]

Singulier Pluriel
Masculin haut
(h aspiré)/o/
hauts
(h aspiré)/o/
Féminin haute
(h aspiré)/ot/
hautes
(h aspiré)/ot/

haut (h aspiré)/o/

  1. Qui est élevé. — Note : Par opposition à bas et à petit, en parlant d’un objet considéré par rapport à tous les autres objets du même genre, ou seulement par comparaison à un ou à plusieurs autres.
    • Elle était demeurée longtemps debout devant ces hautes coques dont les hublots laissaient voir l'intérieur des cabines éclairées. (Francis Carco, Brumes, Albin Michel, 1935, p.52)
    • Être de haute stature, de haute taille. — Le chameau est haut de jambes. — L’aigle a le vol très haut.
  2. Qualifie également certaines choses qui sont situées au-dessus d’autres.
    • Le plus haut étage d’une maison. — Les hautes voiles d’un vaisseau. — À la plus haute marche de l’escalier.
    • Loger dans une chambre haute. — La ville haute. — Les hautes régions de l’air.
  3. (En particulier) Qualifie le temps qu'il fait, lorsque les nuages sont élevés, il n’y a pas à craindre la pluie.
    • Le temps est haut depuis ce matin.
  4. Qualifie certains pays qui sont plus éloignés de la mer, ou plus proches de la source de quelque grande rivière, ou aussi plus montagneux.
    • Le haut pays. — La haute Égypte. — Le haut Languedoc. — La haute Bretagne. — La haute Alsace.
  5. Qualifie qui est éloigné dans le temps, qui est des époques lointaines.
    • Dans la haute antiquité. — Dès la plus haute antiquité.
  6. Qui est est levé, qui est relevé.
    • Le connétable portait l’épée haute et nue devant le roi. — Marcher, courir sur son adversaire l’épée haute, la lance haute, etc.
    • Marcher la tête haute. — Ce cheval porte la tête haute.
    • Il a juré, la main haute, qu’il ne vous avait fait aucun tort.
  7. (Quelquefois) Qui est profond.
    • L’eau est fort haute en tel endroit.
  8. (Marine) Qualifie une marée à son point le plus élevé.
    • On ne peut entrer dans ce port qu’à haute marée, qu’à la mer haute, etc.
  9. (Marine) Qualifie une mer qui est agitée.
    • Le vent forcit, la mer est haute.
  10. (Musique) Qualifie des sons élevés, aigus, que l'on parle de la musique ou des instruments.
    • Une fois castré, l'enfant ne connaissait plus la mue, c'est à dire que sa voix ne baissait pas d'une octave comme chez les autres garçons. Elle restait « haute », pour employer le terme très général, à mi-chemin entre celle de l'enfant et celle de la femme […]. (Patrick Barbier, Histoire des Castrats, Grasset , 1989, p.23)
  11. (Par extension) Qualifie la voix, lorsqu’elle est sonore, éclatante, et qu’elle se fait entendre de loin.
    • Cet homme a la parole trop haute. — Parlez d’un ton plus haut, d’un ton moins haut.
    • Réciter, lire à haute voix, à haute et intelligible voix. — Crier à haute voix.
  12. (Figuré) (Familier) Qualifie une manière de parler, un ton fier, menaçant, arrogant.
    • Prendre le haut ton; le prendre d’un ton haut, sur un ton haut, sur le haut ton, etc.
    • Être haut en parole, avoir le verbe haut.
  13. (Figuré) Qui est supérieur, excellent, éminent, distingué dans son genre, en parlant des personnes et des choses.
    • J'ai rencontré, parmi mes camarades de réserve, de hauts fonctionnaires, des chefs de grandes entreprises privées. (Marc Bloch, L'étrange défaite, chap. 3 : La déposition d'un vaincu, 1940)
    • La haute administration. — De hauts emplois. — De hautes fonctions. — Hauts fonctionnaires. — La haute magistrature. — Le haut commerce.
    • Parvenir aux plus hautes dignités. — Une personne de haut rang, ou de haute volée.
  14. (Jeu de cartes) Qualifie les cartes qui ont le plus de valeur.
    • Au piquet, l’as est la plus haute carte. — Il a toutes les hautes cartes.
  15. (Commerce) Qui est d'une valeur considérable, extraordinaire.
    • Les denrées sont à très haut prix. — La grandeur n’est pas d’un si haut prix.
  16. (Par extension) (Commerce) Qualifie des denrées dont le prix est élevé.
    • Les cafés, les blés, les vins, etc., sont hauts.
    • Le change est haut, les fonds sont hauts, etc.
  17. (Péjoratif) Qui est excessif dans son genre.
    • Haute insolence. — Haute effronterie. — Haute injustice. — Il a fait une haute sottise.
  18. (En particulier) (Quelquefois) Qui est fier, orgueilleux, impérieux ; hautain.
    • C’est un homme haut. — C’est une femme haute. — Avoir un air haut.

Synonymes[modifier | modifier le wikitexte]

Antonymes[modifier | modifier le wikitexte]

Dérivés[modifier | modifier le wikitexte]

Apparentés étymologiques[modifier | modifier le wikitexte]

Expressions[modifier | modifier le wikitexte]

Traductions[modifier | modifier le wikitexte]

Traductions à trier[modifier | modifier le wikitexte]

Adverbe[modifier | modifier le wikitexte]

Invariable
haut
(h aspiré)/o/

haut (h aspiré)/o/ invariable

  1. Dans la partie supérieure, à la partie supérieure, en un point élevé.
    • Monter haut, bien haut, plus haut. — Des oiseaux qui volent haut.
    • Être haut perché, haut monté. — La rivière monta très haut en peu de temps.
    • Vous avez placé ce tableau trop haut. — Élever une muraille assez haut pour qu’on ne puisse l’escalader.
  2. À haute voix, fort, d’un ton intelligible.
    • Vous ne parlez pas assez haut.
    • Parlez plus haut. — Il a dit cela tout haut. — Crier très haut.
  3. (Figuré) Sans ménagement, arrogamment.
    • Parler haut, le prendre haut, très haut.
    • Je saurai bien l’empêcher de parler si haut. — Vous le prenez bien haut, de bien haut.
  4. (Musique) Dans un ton élevé ou aigu.
    • Vous l’avez pris trop haut en commençant. — Sa voix ne peut pas monter plus haut. — Ce violon n’est pas monté assez haut.
  5. À un prix considérable, à un montant considérable.
    • Elles vont du putanat prolétarien à l'émerveillement de l’hétaïre haut cotée, jouant des fesses dans le velours et dans la soie. (Victor Méric, Les compagnons de l'Escopette, 1930, p.31)
    • Faire monter bien haut des meubles, des livres en les enchérissant.

Expressions[modifier | modifier le wikitexte]

Traductions[modifier | modifier le wikitexte]

Nom commun[modifier | modifier le wikitexte]

Singulier Pluriel
haut hauts
(h aspiré)/o/

haut (h aspiré)/o/ masculin

  1. Élévation, hauteur.
    • Cette maison a tant de mètres de haut. — Ce tableau a trois mètres de haut sur deux mètres de large.
  2. Point culminant.
    • Le haut de la montagne.
  3. Faîte, sommet, partie supérieure d'une chose ou d'un ensemble.
    • Elle a achevé de s’habiller. Elle a mis une jaquette de la couleur de sa jupe, laissant voir largement son corsage de lingerie dont le haut est transparent et rosé, […]. (Henri Barbusse, L’Enfer, 1908)
    • J'avais été beaucoup plus rarement bombardé du haut des airs, et je me trouvai, devant ce danger-là, presque aussi béjaune que mes conscrits. (Marc Bloch, L'étrange défaite : La déposition d'un vaincu, 1940, FolioHistoire Gallimard, 1990, p.86)
  4. (En particulier) Partie du vêtement des femmes qui couvre le buste.
    • Je suis en train de farfouiller dans la boutique pour trouver un haut assorti à ma jupe.
  5. (Musique) (Au singulier) Les sons aigus, les notes élevées.
    • La voix de ce chanteur est belle dans le haut.

Synonymes[modifier | modifier le wikitexte]

Antonymes[modifier | modifier le wikitexte]

Expressions[modifier | modifier le wikitexte]

Traductions[modifier | modifier le wikitexte]

Prononciation[modifier | modifier le wikitexte]

Homophones[modifier | modifier le wikitexte]