transporter

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier | modifier le wikicode]

Étymologie[modifier | modifier le wikicode]

(Siècle à préciser) Du latin transportare.

Verbe[modifier | modifier le wikicode]

transporter /tʁɑ̃s.pɔʁ.te/ transitif 1er groupe (conjugaison)

  1. Porter d’un lieu dans un autre.
    • Le lendemain, à l'aube, nous nous mettons en marche — en marche est ici une façon de parler — car nous nous faisons tout bourgeoisement transporter en chemin de fer jusqu’à La Neuveville, où nous redeviendrons piétons. (Gustave Fraipont; Les Vosges, 1895)
    • La malheureuse était grise et il allait falloir bientôt la transporter dans une salle du premier pour l’y laisser cuver son vin. (Francis Carco, Messieurs les vrais de vrai, 1927)
    • Ce sont d’abord les saints ayant foi en la révélation qui, prochainement et du jour au lendemain, disparaîtront tous de ce monde pour être transportés au ciel, sans laisser ici-bas aucune dépouille mortelle. (Une station sur les côtes d’Amérique — II. New-York et la société américaine, dans La revue des deux mondes, 1862, p.197)
    • On écrivit au maire d’Allemant qui répondit qu'en effet le capitaine Bordes-Pagès avait été transporté le 9 Septembre à Allemant et que de là on l'avait dirigé sur Linthes. (Joseph Ageorges, Une famille française au XIXe siècle (les Pagès et les Bordes-Pagès), J. Duvivier, 1920, p.442)
    • Il saisit Héloïse, l’enlève entre ses bras comme une balle de fougère, une sachée de linaigrettes floconneuses, et la transporte doucement, parmi les couvertures qu’il rabat sur elle. (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, 1958)
  2. (Figuré) Implanter dans un endroit ce qui vient d’un autre lieu.
    • La véritable foi transporte les montagnes, mais, à cause de cela, elle ne saurait être transportée elle-même, par simple décret administratif, dans l’âme de l’incroyant... (Ludovic Naudeau, La France se regarde. Le problème de la natalité, 1931)
  3. (Figuré) Déplacer.
    • Et les deux hommes, s’étant enquis cordialement de leur santé respective, parlèrent de la pluie et du beau temps, puis transportèrent la conversation sur divers autres sujets d’un intérêt tout aussi palpitant ; […]. (Louis Pergaud, Un renseignement précis, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
    • Constantin transporta le siège de l’empire romain à Constantinople.
    • Transporter la guerre dans un autre pays.Transporter un événement, une action sur la scène.
  4. (Spécialement) (Histoire) (France) Déporter hors du pays, en parlant de personnes.
    • L’assemblée avait décrété, avant la fin de la lutte, que tous ceux qui seraient pris les armes à la main seraient transportés sans jugement ; les autres, traduits devant les conseils de guerre. (Alfred Barbou, Les trois Républiques françaises, 1879)
    • La réhabilitation mémorielle concerne en premier lieu les victimes d'une politique coloniale de peuplement, par laquelle des condamnés de droit commun ont été transportés en Nouvelle-Calédonie pour des faits parfois mineurs. (Benoît Carteron, Identités culturelles et sentiment d'appartenance en Nouvelle-Calédonie, L'Harmattan, 2008, p.67)
  5. (Droit) Céder, transférer à quelqu’un le droit qu’on a sur quelque chose.
    • Il m’a transporté tous les droits qu’il avait sur cette terre, sur ce domaine.
    • Transporter une rente, une dette, une créance.
  6. Mettre hors de soi, agiter violemment.
    • La fureur le transporte à un tel point qu’il ne se connaît plus.
    • La joie l’a tout transporté.


se transporter transitif 1er groupe (conjugaison)

  1. Se rendre en un lieu; spécialement en parlant de ceux qui vont en un endroit par autorité de justice.
    • Nous eûmes à nous transporter par équipes, jusqu’à des villages habitables où l’on nous apprit à tendre des fils sur des perches et à faire des épissures, ce que nous savions très bien. (Alain, Souvenirs de guerre, p.94, Hartmann, 1937)
    • Les juges, les experts se sont transportés en tel endroit pour informer, pour faire leur procès-verbal de l’état des choses.
  2. (Figuré) Se porter par la pensée.
    • Pour bien juger certains faits éloignés, il faut se transporter chez le peuple, à l’époque, au milieu des circonstances où ils sont arrivés.
    • Transportez-vous par la pensée au milieu de ces peuples sauvages.

Apparentés étymologiques[modifier | modifier le wikicode]

Traductions[modifier | modifier le wikicode]

Prononciation[modifier | modifier le wikicode]

Homophones[modifier | modifier le wikicode]

Références[modifier | modifier le wikicode]