mettre

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher
Voir aussi Voir aussi : méttre

Français[modifier | modifier le wikicode]

Étymologie[modifier | modifier le wikicode]

Du moyen français, lui-même de l’ancien français metre, du latin mittere (« envoyer »).

Verbe[modifier | modifier le wikicode]

mettre /mɛtʁ/ transitif 3e groupe (conjugaison)

  1. Placer une personne, ou un animal, ou une chose dans un lieu déterminé.
    • Mettre un malade dans une baignoire.
    • Mettre un cheval dans l’écurie, à l’écurie; un oiseau dans une cage, en cage.
    • Mettre du foin dans le grenier, au grenier.
    • Mettre du bois dans la cheminée.
  2. Placer, dans un certain rapport de position, un être animé avec un autre, ou une chose avec une autre, ou un être animé avec une chose.
    • On m’a mis à côté de lui à table.
    • Mettre' un gigot à la broche.
    • Mettre des marchandises à bord d’un navire.
    • Mettre la main à la plume.
  3. Envoyer, conduire en un lieu, y faire entrer, y établir, en parlant des personnes.
    • La dame Labache ne pouvait indiquer le moment. En raison du changement d’heure, survenu la même nuit, la déposante hésitait : elle avait, en se mettant au lit, retardé sa pendule pour s’épargner la peine d’y penser le lendemain, […]. (Francis Carco, L’Homme de Minuit, 1938)
    • Mettre un enfant dans un collège, au collège ; dans une pension, en pension; dans une école, à l’école.
    • (Par extension)
    • Mettre quelqu’un dans les affaires, dans le commerce, dans l’industrie.
    • (Par extension)
      'Mettre' un enfant en nourrice, en apprentissage.
  4. (Figuré) Établir, conférer un emploi.
    • Mettre un prince sur le trône.
    • Mettre quelqu’un dans un poste.
  5. Condamner à ; en parlant de certaines peines qu’on inflige, qu’on fait subir.
    • Mettre un homme en prison, au cachot, aux arrêts, à l’amende.
    • Mettre un enfant en pénitence.
  6. Réduire, en parlant d'une personne.
    • Mettre un homme à la mendicité, en chemise, à sec.
    • Mettre quelqu’un aux abois, à quia, à bout.
    • Mettre un homme à la retraite, en réforme.
  7. Revêtir, enfiler sur soi, en parlant de ce qui sert à l’habillement, à la parure.
    • Mettre sa chemise, son habit, ses souliers, ses gants, son chapeau, etc.
  8. (Quelquefois) Porter habituellement sur soi.
    • Il ne met pas de manchettes.
  9. (Cuisine) Accommoder, apprêter d’une certaine façon, en parlant des choses qui se mangent.
    • Mettre une carpe à l’étuvée, au bleu, en matelote; un poulet en fricassée; un lièvre en pâté; des épinards au jus; des œufs à la poulette; des fruits en compote.
  10. Placer, employer d’une certaine manière, en parlant de l’argent qu’on possède.
    • Mettre son argent, ses fonds dans une entreprise industrielle.
    • Mettre son argent en rentes, en viager, à fonds perdu.
      Il 'a mis' beaucoup d’argent au jeu.
  11. (Agriculture) Ensemencer, planter, employer d’une certaine manière, en parlant des terres.
    • Mettre une terre en blé, en orge, en seigle, en avoine.
    • Il a mis son terrain en vigne, en bois, en jachère.
  12. Écrire sur le papier, dans un livre.
    • Il a mis cette remarque en marge.
    • Il a mis son nom au bas de la lettre.
    • Il fut mis sur la liste.
    • Il mit ses raisons par écrit.
    • Mettre un mot en italiques.
  13. (Au sens physique ou moral) Faire passer d’un état à un autre, en parlant des personnes et des choses — Note : Dans cette acception, le complément est souvent précédé de la préposition en.
    • Mettre une chose en morceaux, en pièces, en poudre, en poussière, en cendre.
    • Mettre une vigne en espalier.
    • Mettre une armée en bataille, en ligne.
    • Mettre du latin en français.
    • Mettre des paroles en musique.
  14. (Quelquefois) Ajouter à quelque chose une partie qui y manque.
    • Mettre un manche à un balai, un pied à une table, une corde à un violon, un bouton à un habit, une roue à une voiture, un fer à un cheval.
  15. Employer ses qualités et ses dispositions morales, les manifester dans ses actions, dans ses discours, dans ses ouvrages.
    • Mettre de la bonne foi, de l’adresse, de la réserve, de la modération, du mystère, de la discrétion dans sa conduite.
    • Mettre de la passion, de la haine, du ressentiment, de la colère, de l’injustice dans une action.
    • Mettre de la douceur, de la sévérité, de l’aigreur, de la dureté dans ses discours, dans ses réprimandes.
    • Mettre de la chaleur, de la vivacité dans ses paroles.
    • Mettre de l’esprit, du jugement, du goût, de l’imagination, de l’art, du sentiment dans ses écrits.
    • Mettre de l’âme, de l’expression dans son chant, de l’accent dans son langage.
  16. (Absolument) Miser.
    • Mettre au jeu.
      'Mettre' à la loterie.
  17. (Familier) Admettre, supposer. — Note : Il est alors suivi de que et d'un verbe conjugué à l’indicatif ou au subjonctif.
    • Mettez que je n’ai rien dit.
    • Mettons que ce soit vrai.
  18. Faire consister. — Note : Il est alors suivi de la préposition à et d’un verbe à l’infinitif.
    • Mettre sa gloire, son plaisir, son bonheur à faire quelque chose.
    • Je mets mon orgueil à vous imiter.
  19. Faire participer. — Note : Il est alors suivi de la préposition de.
    • On le met de toutes les fêtes, de toutes les corvées.
  20. Faire parler. — Note : Il est alors suivi de la préposition sur.
    • On le mit sur ce chapitre.
  21. Temps nécessaire.
    • Nous avons mis deux heures pour venir
  22. Commencer.
    • Il se met à pleuvoir.
Note[modifier | modifier le wikicode]
  • Tout comme les verbes de mouvement, mettre gouvernant un verbe à l'infinitif prend un sens final (cette tournure, littéraire, est le plus souvent remplacée aujourd'hui par mettre à régissant un verbe à infinitif, ce que les puristes désapprouvent) :
  • Quelques bouteilles de vin de Jérès que nous mettions rafraîchir dans la fontaine. (Théophile Gautier, Voyage en Espagne, chapitre XI ; Éditions Julliard, collection Littérature, Paris, 1964, page 272.)
  • Notre nourriture est mise chauffer sur des feux allumés d'avance. (Roger Peyrefitte, Les juifs, quatrième partie, chapitre VI ; Éditions Flammarion, Paris, 1965, page 432.)

Synonymes[modifier | modifier le wikicode]

  1. placer, poser

Dérivés[modifier | modifier le wikicode]

Traductions[modifier | modifier le wikicode]

Traductions à trier[modifier | modifier le wikicode]

 (information à préciser ou à vérifier)

Prononciation[modifier | modifier le wikicode]

Homophones[modifier | modifier le wikicode]

Références[modifier | modifier le wikicode]

Moyen français[modifier | modifier le wikicode]

Étymologie[modifier | modifier le wikicode]

Étymologie manquante ou incomplète. Si vous la connaissez, vous pouvez l’ajouter en cliquant ici.

Verbe[modifier | modifier le wikicode]

mettre /Prononciation ?/

  1. Mettre.

Variantes[modifier | modifier le wikicode]

Apparentés étymologiques[modifier | modifier le wikicode]