marchand

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier | modifier le wikitexte]

Étymologie[modifier | modifier le wikitexte]

De l’ancien français marceant, venant du latin populaire *mercatans, *mercantis, participe présent de *mercatare, de mercatus « marché ».

Adjectif[modifier | modifier le wikitexte]

Singulier Pluriel
Masculin marchand
/maʁ.ʃɑ̃/
marchands
/maʁ.ʃɑ̃/
Féminin marchande
/maʁ.ʃɑ̃d/
marchandes
/maʁ.ʃɑ̃d/

marchand /maʁ.ʃɑ̃/ masculin

  1. Propre au commerce, qui a rapport au commerce.
  2. Qualifie un quartier, une ville, où il y a une grande activité commerciale.
    • En d'autres termes, Weber nous donne à voir combien la ville marchande est la scène où s'est opérée la structuration de nouvelles activités économiques, lesquelles déborderont très vite le seul milieu urbain pour asseoir leur monopole sur les campagnes, […]. (Jean-Marc Stébé & Hervé Marchal, Sociologie urbaine, Armand Colin, 2010)
  3. Qualifie les emplacements commodes pour vendre de la marchandise.
  4. (Commerce) Qui est de bon débit, de bonne qualité, qui a les qualités requises pour être vendu.
    • Où trouvera-t-il, dans le pays, deux pièces de vin bon , loyal & marchand, si tout le raisin qui y a été recueilli n'a fourni que du vin qui ne peut être d'aucun usage ? (Nicolas-Toussaint Le Moyne des Essarts, Causes célèbres, curieuses et intéressantes, de toutes les cours souveraines du royaume, t.115, Paris, 1784, p.140)
  5. (Par extension) Qualifie la partie de l'économie dans laquelle se produit et se vend des biens ou des services.
    • Les évaluations montrent aussi que l'insertion après un contrat aidé est globalement plus favorable pour les salariés passés par un contrat du secteur marchand que par un contrat du secteur non marchand. (Des emplois pour les jeunes - France, OCDE, 2009, p.197)
  6. (Par extension) Qui est relatif à ce secteur de l'activité économique.
    • D'après l'Insee, le chômage devrait continuer à progresser et atteindre 11% d'ici l'été, avec 75000 destructions supplémentaires d'emplois marchands. (Christophe Alix, La croissance en berne, dans Libération (journal) du 22 mars 2013, p.16)

Dérivés[modifier | modifier le wikitexte]

Traductions[modifier | modifier le wikitexte]

Nom commun[modifier | modifier le wikitexte]

Singulier Pluriel
Masculin marchand
/maʁ.ʃɑ̃/
marchands
/maʁ.ʃɑ̃/
Féminin marchande
/maʁ.ʃɑ̃d/
marchandes
/maʁ.ʃɑ̃d/

marchand /maʁ.ʃɑ̃/ masculin

  1. (Commerce) Celui, celle qui fait profession d’acheter et de vendre.
    • Mais les collecteurs ne sont que marchands : ils fournissent leur clientèle, s'engraissent du travail des uns, de la gourmandise des autres. (Jean Rogissart, Passantes d'Octobre, 1958)
    • Un jour dans Fez, le Capitaine de Latte s'arrête à l'éventaire d'un marchand de sucreries arabes. (Michel Droit, De Lattre, maréchal de France, Pierre Horay, éditions de Flore, 1952, p.21)
    • Ça me rappelle le vieux port marseillais, les marchandes de coquillages, les pieds-paquets et le vin de Cassis, doré comme du soleil. (Victor Méric, Les compagnons de l'Escopette, 1930, p.187-188)
    • Les marchands nomades, notamment, cherchent à circonvenir par tous les moyens, tous ceux faisant métier de vérifier les animaux. (Gabriel Maury, Des ruses employées dans le commerce des solipèdes, Jules Pailhès, 1877)
  2. (Figuré) Partie d'un échange ou d'un pacte.
    • Être mauvais marchand, se trouver mauvais marchand, n’être pas bon marchand d’une chose, S’en trouver mal.
    • Vous avez eu tort de vous brouiller avec lui, vous en serez, vous vous en trouverez mauvais marchand.
    • Être le mauvais marchand dans une affaire, être celui qui y perd.

Dérivés[modifier | modifier le wikitexte]

Hyponymes[modifier | modifier le wikitexte]

Traductions[modifier | modifier le wikitexte]

Prononciation[modifier | modifier le wikitexte]

Voir aussi[modifier | modifier le wikitexte]

Références[modifier | modifier le wikitexte]