à

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher
Voir aussi Voir aussi : А, a, Α, A, a, Á, á, À, Â, â, Ä, ä, Å, å, Ā, ā, Ă, ă, , , , Ą, ą, Ą́, ą́, , , Ⱥ, , a', , aꞌ, ’a, ’ā, ʻa, ʻā, ª, , , @, a-, a+, -a, , , , , , , 𝐀, 𝐚, 𝐴, 𝑎, 𝑨, 𝒂, 𝒜, 𝒶, 𝓐, 𝓪, 𝔄, 𝔞, 𝕬, 𝖆, 𝔸, 𝕒, 𝖠, 𝖺, 𝗔, 𝗮, 𝘈, 𝘢, 𝘼, 𝙖

Caractère[modifier | modifier le wikicode]

Minuscule Majuscule
à À

à

  1. Première lettre de l’alphabet latin (minuscule) avec un accent grave.

Français[modifier | modifier le wikicode]

Étymologie[modifier | modifier le wikicode]

(Préposition) (x) Du latin ad (« dans la direction de, vers ») et du latin ab (« de, du côté de, loin de, depuis, par, contre »).[1]

Lettre[modifier | modifier le wikicode]

Minuscule Majuscule
à À
/a ak.sɑ̃ ɡʁav/
(a accent grave)

à /a ak.sɑ̃ ɡʁav/ masculin invariable

  1. A accent grave (minuscule).
Note[modifier | modifier le wikicode]
Cette lettre s’écrit avec un accent grave pour la distinguer de son homophone a. On l’utilise pour à, çà, , deçà, delà, déjà, holà, voilà.
Selon les codes typographiques ou les contraintes techniques, l’accent peut être présent ou non lorsque la lettre est en majuscule. D’après l’Académie française, l’accent a « pleine valeur orthographique » et par conséquent, il convient, « en bonne typographie, [d’]utiliser systématiquement les capitales accentuées. »[2]

Préposition[modifier | modifier le wikicode]

à /a/

  1. Introduit un complément circonstanciel de lieu.
    1. avec déplacement vers l’endroit cité
      • Je vais à la plage.
      • Arriver à bord.
      • Il vient à nous.
      • Tournez à droite, puis à gauche.
      • J’irai jusqu’à tel endroit.
      • La route de Paris à Versailles.
    2. sans déplacement
      • Il commence avec l'installation au pouvoir, tant à Ottawa qu’à Québec, du parti libéral de Wilfrid Laurier. (Jacques Lacoursière, Histoire populaire du Québec: 1896 à 1960, tome 4, Septentrion, 1995)
      • Mettre pied à terre.
      • Conseiller à la Cour de cassation.
      • Avocat à la Cour d’appel de Paris.
      • Travailler à la mairie.
  2. Introduit un complément circonstanciel indiquant la provenance.
    • Puiser de l’eau à une fontaine.
    • Prendre à un tas.
    • La poésie grecque commence à Homère.
  3. Introduit un complément circonstanciel de temps.
    • À la nuit, on apprit que la division de Forton avait eu un engagement sérieux, du côté de Mars-la-Tour. (Paul et Victor Margueritte, Le Désastre, p.184, 86e éd., Plon-Nourrit & Cie)
    • Il se termine avec la mort de Maurice Duplessis, à l'aube de ce qu'on appelle la Révolution tranquille. (Jacques Lacoursière, Histoire populaire du Québec: 1896 à 1960, tome 4, Septentrion, 1995)
    • Les cloches sonnent à midi.
    • À ma mort, il héritera de cette maison.
    • À la troisième sommation, ils se retirèrent.
    • Louer à l’année.
    • À bientôt.
  4. Introduit un complément circonstanciel de manière.
    • Ils sont partis à l’anglaise.
    • Aller à la débandade.
    • À la hâte.
    • À l’improviste.
    • À merveille.
    • À la légère.
    • À la diable.
  5. Introduit un complément circonstanciel de moyen, et peut se remplacer par « au moyen de ».
    • Pêcher à la ligne.
    • Jouer à la paume.
    • Se battre à l’épée, au pistolet.
    • Mesurer à l’aune, au mètre.
    • Dessiner à la plume.
    • Tracer au crayon, au compas.
    • Travailler à l’aiguille. On dit de même par ellipse Des bas à l’aiguille, au métier, etc.
  6. Introduit un complément circonstanciel d’agent. Dans ce cas, à équivaut à par ou de.
    • Et vous me dites que votre mère - une vraie musicienne, elle, j’en suis sûre - a fait acheter à votre père un piano exprès pour vous ? (Assia Djebar, Nulle part dans la maison de mon père, Babel, p. 140)
  7. Introduit un complément d’attribution.
    • Ce livre est à moi.
    • Cette ferme appartient à mon père.
    • Rendez à César ce qui est à César.
    • Il a un style, une manière bien à lui.
    • Donner une bague à quelqu’un.
    • J’ai prêté ce livre à mon frère.
    • Enseigner la géographie à un enfant.
  8. Introduit un complément d’objet indirect.
    • Écrire à son ami.
    • Obéir à la loi.
    • Il demande à sortir.
  9. Suivi d’un nombre, indique une action faite conjointement par plusieurs personnes.
    • Louer une maison à trois.
    • Être à deux de jeu.
  10. Introduit un complément du nom,
    1. indiquant la destination ou l’usage.
      • Moulin à farine.
      • Pot à eau.
      • Maison à vendre.
      • Chambre à coucher.
      • Vache à lait.
      • Prendre quelqu’un à témoin.
    2. indiquant l’accompagnement, et peut se remplacer par « avec ».
      • Table à tiroir.
      • Canne à épée.
      • Voiture à deux roues.
      • Clou à crochet.
    3. indiquant la possession
      1. devant un pronom.
        • C’est un ami à moi.
      2. familièrement, devant un nom. En langage plus soutenu, on utilise la préposition de.
        • Ça, c’est la maison à mon père.
        • Tu vois qui c’est, la sœur à Marion ?
        • La femme au cordonnier, elle m’a acheté dix litres de lait aujourd’hui.
  11. Introduit une locution adverbiale
    1. comme synonyme de selon, suivant.
      • À mon gré.
      • À sa fantaisie.
      • À sa manière.
      • À mon choix.
      • À votre avis.
      • À ma gauche.
      • À leur jugement.
      • Chapeau à la mode.
      • Habit à ma taille.
      • Parler à son tour.
      • Marcher à son rang.
      • À la rigueur, on pourrait admettre cette opinion.
      • À votre compte, je serais votre débiteur.
      • À ce que je crois, vous voulez partir.
      • Boire à sa soif.
      • Manger à sa faim.
      • Dieu fit l’homme à son image.
      • Il voulut, à l’exemple de son père… à la vérité, à plus forte raison, etc.
    2. pour indiquer un prix.
      • Dîner à trente francs par tête.
      • Emprunter à gros intérêts.
      • Placer ses fonds à cinq pour cent.
      • Les places sont à dix francs.
      • Acheter du drap à vingt francs le mètre.
      • Vendre à bon compte.
      • Donner une marchandise à vil prix, à bon marché, etc.
      • Vivre à peu de frais.
    3. pour introduire un infinitif.
      • À le voir, on juge de son état. → En le voyant, on juge de son état.
      • À le bien prendre.
      • À tout prendre.
      • À voir les choses de sang-froid.
      • À compter de ce jour.
      • À partir de telle époque.
      • À dire la vérité, à vrai dire, à parler franc, à ne rien dissimuler → pour dire la vérité
      • À l’en croire, à l’entendre → S’il faut l’en croire.
      • À ne considérer que telle chose → En ne considérant que telle chose ou Si on ne considère que telle chose.
    4. pour compléter un adjectif.
      • Facile à dire. → que l’on dit facilement
      • Bon à manger. → que l’on mange avec plaisir
    5. pour compléter un nom avec le sens de capable de, qu’il faut, que l’on peut.
      • Vin à boire → vin bon à boire.
      • C’est un ouvrage à recommencer → qu’il faut recommencer.
      • C’est un avis à suivre → qu’il faut suivre.
      • C’est un homme à récompenser.
      • C’est un livre non seulement à lire, mais à relire souvent.
      • C’est une affaire à vous perdre → qui pourra vous perdre.
      • C’est un procès à n’en plus finir.
      • C’est un conte à dormir debout → que l’on ne peut pas croire.
      • Il est homme à se fâcher → capable de se fâcher.
      • Cette place est à prendre.
      • C’est un homme à pendre.
  12. Devant le pronom relatif qui, sert à former des locutions elliptiques qui expriment une sorte de rivalité, de concurrence.
    • Ils dansaient à qui mieux mieux.
    • C’est à qui ne partira point.
    • Tirons à qui fera, à qui jouera le premier.
    • Ils s’empressaient à qui lui plairait davantage.
    • Disputer à qui obtiendra une faveur.
  13. Dans certaines phrases elliptiques, marque la consécration ou le renvoi à une personne.
    • À Dieu très bon et très grand.
    • Hymne à Vénus.
    • À Monsieur le Ministre des finances…
    • À moi! À l’assassin! Au secours!
  14. S’emploie dans quelques locutions elliptiques servant à désigner par son enseigne un hôtel ou un magasin.
    • Au Cheval blanc.
    • À la Boule d’or.
  15. Dans l’expression avoir à, signifie devoir.
    • Le temps que j’ai à vivre → pendant lequel je dois vivre.
    • L’argent que j’ai à dépenser → que je peux ou que je dois dépenser.
  16. Avec certains verbes, forme une ellipse de quelque chose à.
    • Verser à boire.
    • Il n’a pas à manger.
    • Il ne trouve pas à s’occuper.
    • Il y aurait à craindre.
    • Trouver à redire.
    • Il n’y a pas à balancer.
    • N’avoir rien à répliquer, ne trouver rien à répondre, ne trouver rien à redire.
  17. Placé entre deux noms répétés,
    1. indique l’opposition, et prend le sens de « contre ».
      • Dos à dos.
      • Corps à corps.
      • Face à face.
    2. indique la succession ou la progression, et prend le sens de « après ».
      • Goutte à goutte → l’une après l’autre.
      • Démonter une pendule pièce à pièce.
      • Pas à pas.
      • Mot à mot.
      • Sou à sou.
      • Peu à peu.
      • Deux à deux.
  18. Entre deux nombres ou deux grandeurs, exprime une approximation ou un intervalle.
    • Cinq à six lieues.
    • Vingt à trente personnes.
    • Quinze à vingt francs.
  19. Jusqu’à.
    • Il est amoureux à la folie.
    • Je suis malade à garder le lit.
    • Souffrir à crier.
  20. Introduit des locutions diverses.
    • Il en est plus à craindre.
    • Il n’en est que plus à estimer.
    • Vous n’avez qu’à parler, qu’à vouloir, etc.
    • Cela n’est pas à dédaigner → on doit en tenir compte.
    • Je suis encore à savoir comment… → J’ignore comment…
    • Je suis ici à l’attendre.
Note[modifier | modifier le wikicode]
Lorsque à précède l’article défini le ou les, il se contracte respectivement en au ou aux.

Dérivés[modifier | modifier le wikicode]

Traductions[modifier | modifier le wikicode]

Traductions à trier[modifier | modifier le wikicode]

Prononciation[modifier | modifier le wikicode]

  • France : écouter « à [a] »

Homophones[modifier | modifier le wikicode]

Paronymes[modifier | modifier le wikicode]

Références[modifier | modifier le wikicode]

  1. Emmanuèle Baumgartner et Philippe Ménard, Dictionnaire étymologique et historique de la langue française, 1996
  2. Site web de l’Académie française, page « Questions de langue », paragraphe « Accentuation des majuscules ».

Allemand[modifier | modifier le wikicode]

Étymologie[modifier | modifier le wikicode]

Du français à.

Préposition[modifier | modifier le wikicode]

à /a/

  1. Par, à raison de, à.
    • 3 Kisten à 20 Stück.

Picard[modifier | modifier le wikicode]

Wiki letter w.svg

Étymologie[modifier | modifier le wikicode]

Du latin ad et ab.

Préposition[modifier | modifier le wikicode]

à /a/

  1. À.

Références[modifier | modifier le wikicode]

  • Jean-Baptiste Jouancoux, Études pour servir à un glossaire étymologique du patois picard, 1880, vol. I

Suédois[modifier | modifier le wikicode]

Étymologie[modifier | modifier le wikicode]

Étymologie manquante ou incomplète. Si vous la connaissez, vous pouvez l’ajouter en cliquant ici.

Préposition[modifier | modifier le wikicode]

à /Prononciation ?/

  1. À — Pour indiquer un prix.
    • Han köpte tre äpplen à 2 kronor.
      Il a acheté trois pommes à 2 couronnes.
  2. À — Entre deux nombres ou deux grandeurs, exprime une approximation ou un intervalle.
    • Kvinnor på 25 à 26 år.
      Femme de 25 à 26 ans.

Références[modifier | modifier le wikicode]

  • Cet article est adapté ou copié (en partie ou en totalité) de l’article du Wiktionnaire en suédois, sous licence CC-BY-SA-3.0 : à, mais a pu être modifié depuis.

Vietnamien[modifier | modifier le wikicode]

Étymologie[modifier | modifier le wikicode]

Étymologie manquante ou incomplète. Si vous la connaissez, vous pouvez l’ajouter en cliquant ici.

Interjection[modifier | modifier le wikicode]

à /a˧˨/

  1. (Rare) Se précipiter.
    • Lũ trẻ à vào vườn.
      Les gosses se précipitent dans le jardin.
  2. (Marquant la joie ou l’étonnement) Ah !, Oh !
    • À! Vui quá!
      Oh ! Que c’est gai !
  3. (Marquant une subite réminiscence) Tiens !, tenez !
    • À! Tôi quên báo cho anh một tin.
      Tiens ! J’ai oublié de t’annoncer une nouvelle.
  4. (Particule interrogative, utilisée en fin de phrase) N’est-ce pas ?, Hein ?.
    • Mày không muốn nói à?
      Tu ne veux pas parler, n’est-ce pas ?

Prononciation[modifier | modifier le wikicode]

Paronymes[modifier | modifier le wikicode]

Références[modifier | modifier le wikicode]