hôtel

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher
Voir aussi Voir aussi : hotèl, hotel, Hotel

Français[modifier | modifier le wikitexte]

Étymologie[modifier | modifier le wikitexte]

(Siècle à préciser) Comme hôte qui dérive du latin hospes, hospitis (« celui qui donne l’hospitalité ») Du latin hospitale [cubiculum] (« [chambre] hospitalière (pour recevoir les hôtes) »). Au Moyen Âge, il a encore le sens de « lieu d’accueil pour les hôtes, hôpital » (voyez Hôtel-Dieu) avant de le perdre au profit de auberge sauf dans le monde monastique et désigne presque uniquement une « demeure noble ». Il s’écrit alors souvent ostel d’une part parce que le h latin est muet et sans doute par contamination avec ost (la noblesse est alors guerrière). Il perd son s, qui n’est plus prononcé depuis la fin du xiie siècle, en faveur d’un accent circonflexe en 1740. Il reprend son sens initial au xixe siècle et écarte progressivement le sens de « demeure noble ».

Nom commun[modifier | modifier le wikitexte]

Singulier Pluriel
hôtel hôtels
/o.tɛl/
ou /ɔ.tɛl/

hôtel /o.tɛl/ ou /ɔ.tɛl/ masculin

  1. Grande maison, demeure d’un riche particulier.
    • Le duc de Guise reconduisit sa belle-sœur, la duchesse de Nevers, en son hôtel qui était situé rue du Chaume, en face de la rue de Brac, […]. (Alexandre Dumas , La Reine Margot, C. Lévy, 1886)
    • L’hôtel Mortemart, l’hôtel du président de la chambre des députés.
  2. (Par extension) maison où n’habite qu’une seule famille.
    • Un petit hôtel.
    • Un hôtel particulier.
  3. (Vieilli) La maison du roi.
    • Grand prévôt de l’hôtel.
    • Maître des requêtes de l’hôtel.
  4. Grands édifices destinés à des établissements publics.
    • L’hôtel de la Monnaie.
    • L’hôtel de ville.
  5. (Vieilli) Établissement hospitalier. Il n’a plus cette ancienne acception que dans :
    • Hôtel des invalides.
    • Hôtel-Dieu.
  6. Établissement où l’on loue pour une courte durée, qui se compte en nuits (ou en heures) une chambre pour y vivre et surtout y dormir.
    • J'ai vu, dans ma longue carrière d'ingénieur acousticien, bien des matières excellentes conductrices du son, mais jamais je n'en rencontrerai une seule comparable, même de loin, à celle dont sont pétris les murs de l’hôtel Terminus à Marseille. (Alphonse Allais, Le petit loup et le gros canard, dans Deux et deux font cinq, Paris, Paul Ollendorff, 1895,)
    • Bert fut désigné comme brancardier, et il aida à transporter les blessés dans le plus proche des vastes hôtels qui faisaient face à la rive canadienne, […]. (H.G. Wells, La Guerre dans les Airs, 1908 - Traduit par Henry-D. Davray & B. Kozakiewicz, page 304, Mercure de France, 1921)
    • À Saint-Georges, un hôtel possédait une magnifique piscine, où je vis plusieurs fêtes nautiques. (Alain Gerbault, À la poursuite du soleil; tome 1 : De New-York à Tahiti, 1929)
    • Mon hôtel, en façade sur l'une des principales voies, a vraiment noble allure : des portiers corrects gardent son huis. (Ludovic Naudeau, La France se regarde. Le problème de la natalité, 1931)
    • Peu à peu, il agrandit son établissement, lui adjoignit un hôtel borgne où de savantes « passes » lui assurèrent de larges profits. (Victor Méric, Les compagnons de l'Escopette, 1930)

Synonymes[modifier | modifier le wikitexte]

Apparentés étymologiques[modifier | modifier le wikitexte]

Dérivés[modifier | modifier le wikitexte]

Traductions[modifier | modifier le wikitexte]

Hyponymes[modifier | modifier le wikitexte]

Méronymes[modifier | modifier le wikitexte]

Prononciation[modifier | modifier le wikitexte]

Homophones[modifier | modifier le wikitexte]

Voir aussi[modifier | modifier le wikitexte]

Références[modifier | modifier le wikitexte]