pousser

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier | modifier le wikitexte]

Étymologie[modifier | modifier le wikitexte]

Du latin pulsare (→ voir pouls, pulser et pulsion), fréquentatif de pellere (« battre, frapper, heurter. »).

Verbe[modifier | modifier le wikitexte]

pousser /pu.se/ transitif 1er groupe (conjugaison)

  1. Faire pression contre quelqu’un ou contre quelque chose, pour le déplacer ou l’ôter de sa place.
    • Comment Fagerolle était-il entré ? Il se souvint plus tard que Tacherot l’avait poussé en avant d’une bourrade. (Victor Méric, Les compagnons de l’Escopette, 1930, p.51)
    • Il poussa la porte si fort que le fer à cheval suspendu au linteau de chêne tinta faiblement. (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, 1958)
    • Un petit levier, qui jusqu’ici s’obstinait à ne pas fonctionner, était devenu mobile. Il le poussa doucement vers la droite : l’aile gauche modifia mystérieusement sa bordure extrême, […]. (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908 - Traduit par Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, page 376, Mercure de France, 1921)
  2. Toucher doucement pour avertir quelqu’un de quelque chose ou pour lui faire prendre garde à quelque chose.
    • Pousser quelqu’un du coude, du genou.
    • Il me poussa pour m’avertir que j’allais dire quelque chose de trop.
  3. Imprimer quelque mouvement à un corps, soit en le lançant, soit en le frappant.
  4. (Escrime) Porter un coup.
    • Pousser un coup de fleuret, un coup d’épée, une botte à quelqu’un.
  5. (Reliure) Imprimer sur le cuir des ornements, par le moyen de roulettes ou de fers à dorer.
    • Pousser des filets, des nervures, etc.,
  6. Sortir avec force en parlant des paroles, des sons.
    • […] et sa mère, tout en cardant à gestes secs et comme rageurs un paquet de laine, poussait de temps à autre une virulente malédiction. (Louis Pergaud, Joséphine est enceinte, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
    • Durant la même nuit, Feempje qui n'avait jamais de cauchemar s'était débattu, en grognant et en poussant des plaintes, contre il n'aurait pu dire quelles terrifiantes figures. (Francis Carco, Brumes, Albin Michel, 1935, p.55)
    • Le buraliste, plutôt lève-tard et de mauvaise humeur, montait à peine son rideau de fer récalcitrant en poussant quelques jurons. (Jean-Pierre Serreau, La Souris en caramel, Éditions Publibook, 2008, p.95)
  7. Porter plus loin ; reculer.
    • La pièce de terre qu’il vient d’acheter le force à pousser son mur de clôture plus loin.
    • Le traité de paix a poussé nos frontières jusqu’à tel fleuve.
  8. Prolonger ; étendre.
    • Un reporter qui ne précise pas, c’est un géomètre qui néglige de pousser ses calculs jusqu’à la dixième décimale. (Jules Verne, Claudius Bombarnac, Hetzel, 1892, chap.2)
    • Il faudrait pousser ce parterre plus loin.
    • Il faut pousser cette allée jusqu’à tel endroit.
    • Alexandre a poussé ses conquêtes jusqu’à l’Indus.
  9. (Figuré) Presser, attaquer, choquer quelqu’un.
    • Vous me poussez trop.
    • Si vous le poussez davantage, il sera obligé de se défendre.
    • Il l’a poussé vivement dans la dispute.
  10. Engager fortement, inciter quelqu’un.
    • Il était question dans la complainte d’un assassin qui expose aux juges les raisons qui l’ont poussé à tuer sa maîtresse. (Francis Carco, L’Homme de Minuit, 1938)
    • On n'avait pas besoin de la pousser à parler. Quand il n'y avait personne dans la maison, elle devait parler toute seule ! (Georges Simenon, Le Blanc à lunettes, Gallimard, 1937. Ch. VIII)
    • Je ne voulais pas faire cette acquisition, c’est lui qui m’y a poussé.
  11. (Figuré) Porter en avant quelqu’un, le faire avancer.
    • C’est un tel qui l’a poussé.
    • Pour réussir dans cette carrière, il faut être poussé par des gens influents.
    • Se pousser dans l’industrie, dans les finances.
    • Pousser quelqu’un dans le monde, Lui faciliter les moyens d’y faire sa fortune, d’accéder à une situation supérieure.
  12. Faire faire des progrès, en parlant d’un écolier, d’un élève.
    • Ce maître ne pousse pas assez ses élèves.
    • Il l’a poussé assez loin dans les mathématiques.
    • Il ne s’occupe guère de sa classe, mais il pousse les premiers.
  13. Faire donner tout l’effort dont il est capable, en parlant de choses ou d’animaux.
    • Pousser un cheval. Pousser son automobile.
    • Il ne faut pas pousser à fond le moteur.
  14. (Figuré) Porter, étendre, en parlant des choses.
    • Le cabo­tinage était poussé par Murat jusqu’au grotesque, et les historiens n’ont pas assez remarqué quelle responsabilité incombe à Napoléon dans cette dégénérescence du véritable esprit guerrier. (Georges Sorel, Réflexions sur la violence, Chap. VII, La morale des producteurs, 1908, p. 359)
    • Pousser la raillerie trop loin.
    • Pousser l’impudence, l’effronterie, la fourberie à l’extrême.
    • Pousser bien loin la patience.
    • Pousser un raisonnement jusqu’au bout.
    • Il pousse la valeur jusqu’à la témérité, la libéralité jusqu’à la profusion.
    • Il a poussé loin sa fortune.
    • Pousser les choses à l’extrême.
    • Pousser un raisonnement jusqu’au bout.
    • Pousser ses succès, Les augmenter, les continuer.
    • Pousser son avantage.
    • Pousser sa pointe.
    • Pousser son travail, Le faire avancer.
    • Pousser des travaux, les pousser avec activité.
    • Pousser une affaire, La poursuivre avec activité.
    • Pousser le siège d’une place, etc.
    • Pousser jusqu’au bout l’aventure, Suivre jusqu’à son dénouement, jusqu’à sa conclusion une aventure dans laquelle on s’est engagé.
    • Pousser une chose aux enchères, Porter l’enchère jusqu’à un certain prix.
    • Il a poussé ce tableau jusqu’à cent mille francs.
  15. Faire croître, faire se développer, en parlant des arbres, des plantes, des racines, des branches, des fleurs, etc.
    • L’asperge des boutiques est de deux sortes, savoir la semable, & la sauvage; l’asperge semable pousse quantité de racines […]. (Joseph Pitton de Tournefort, Traite de la matière médicale, ou l’histoire et l’usage des médicaments, et leur analyse chymique, tome 1, 1717, p. 289)
    • Les arbres commencent à pousser des boutons, des feuilles.
    • Cet arbre pousse ses racines entre deux terres.
    • Cet arbre ne pousse que du bois.
    • (Par extension) Un Paradis pousse ses palmiers et fait chanter ses sources dans la mémoire de tous les peuples. (Maurice Bedel, Traité du plaisir, 1945)

pousser intransitif 1er groupe (conjugaison)

  1. Croître, se développer, en parlant des végétaux, mais aussi des parties du corps.
    • Au Mexique, où il pousse librement, on assure que le bégonia est charmant. Que ne l’a-t-on laissé là-bas ! (Octave Mirbeau, Le Concombre fugitif, édition 1921)
    • Et pourtant les figuiers s’obstinent à pousser spontanément parmi les gravats et je me gorge, sans rien payer, de leurs fruits cramoisis. (Ludovic Naudeau, La France se regarde. Le problème de la natalité -1931)
    • C’est avec de telles calembredaines que le prêtres s’imaginent piper la confiance des enfants à l’âge où, précisément, ils commencent à discerner qu’ils n’ont pas poussé dans les choux. (Victor Méric, Les compagnons de l’Escopette, 1930, p. 247)
    • […] ; des multitudes éperdues grimpèrent par d’effrayants sentiers jusqu’à ces régions si élevées que les arbres ne poussaient plus. (Joris-Karl Huysmans, La Cathédrale, Plon-Nourrit, 1915)
    • Le poil des chevaux pousse pendant l’hiver.
    • Il a poussé une nouvelle dent à cet enfant.
  2. (Architecture) Exercer une poussée, une pression, en parlant des terres, des voûtes, etc., par leur poids, s’appuient contre les constructions destinées à les soutenir.
    • Les terres ont poussé contre le mur du quai, de la terrasse.
    • L’arche a poussé contre les culées du pont.
    • Ce mur pousse en dehors, Une pression le porte en dehors, il subit une déformation et menace ruine.
  3. Se porter en avant, s’avancer.
    • La vieille et solide baleinière, construite pour l’Antarctique, ainsi qu’un bon canot poussèrent du bord. (Jean-Baptiste Charcot, Dans la mer du Groenland, 1928)
  4. (Familier) Continuer sa route, sa marche.
    • Pousser jusqu’à tel endroit, jusqu’à tel endroit.
    • Nous poussâmes jusqu’à la ville.
    • Poussons jusqu’à ce village, et là nous ferons une halte.
    • Ce tableau pousse au noir, Ses couleurs noircissent.
  5. (Élevage) Avoir la respiration difficile, en parlant des chevaux.
    • Un cheval qui pousse.
    • Ce cheval pousse beaucoup.
  6. (Familier) Exagérer, abuser.
    • Tu pousses un peu, là.

Dérivés[modifier | modifier le wikitexte]

Expressions[modifier | modifier le wikitexte]

Traductions[modifier | modifier le wikitexte]

Prononciation[modifier | modifier le wikitexte]

Références[modifier | modifier le wikitexte]