reculer

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier | modifier le wikitexte]

Étymologie[modifier | modifier le wikitexte]

Mot formé du préfixe re-, de cul et de la désinence verbale -er.

Verbe 1[modifier | modifier le wikitexte]

reculer /ʁə.ky.le/ ou /ʁky.le/ transitif 1er groupe (conjugaison)

  1. Tirer ou pousser un objet en arrière.
    • Reculez un peu votre chaise.
    • Reculez la table.
    • Reculez-vous de là.
    • Il se recula bien loin d’eux.
    • Reculer une muraille, une haie, un fossé Les reporter plus loin.
    • Il faut reculer de deux mètres cette muraille.
  2. (Figuré) Porter plus loin, déplacer les limites, les frontières.
    • (Pronominal)Mais nous sommes déjà dans les faubourgs. Les maisons s'espacent, se reculent, s'adossent à la rivière ou à la montagne. (Jean Giraudoux, Retour d'Alsace - Août 1914, 1916)
  3. (Figuré) Éloigner quelqu’un du but qu’il se propose, retarder, ajourner une affaire.
    • Cet événement a fort reculé ses projets, a reculé ses affaires, l’a fort reculé.
    • Ce succès recula sa perte.
    • Il a reculé ses paiements de six mois.

reculer intransitif 1er groupe (conjugaison)

  1. Aller en arrière.
    • Pour arrêter le cheval étant au pas, au trot ou au galop, […], et même pour reculer, la tension des rênes, la pression des jambes, la position des mains et des jambes sont les mêmes, c’est-à-dire que les mains doivent être à la même hauteur et les jambes également en arrière. (Félix van der Meer, Connaissances complètes du cavalier, de l'écuyer et de l'homme de cheval, p.242, Lebègue & Cie à Bruxelles & Dumaine à Paris, 1865)
    • Aussitôt l’intrus recula, baissa les yeux et, relevant les pans de sa pèlerine, affecta de se chauffer. (Francis Carco, Brumes, Albin Michel, 1935, p.87)
    • Recule vite, cherche le dur, le sec, ou tu es perdu. Tu croira t'échapper en avançant […]. Tu t'enfonce davantage […]. (Jean Rogissart, Passantes d'Octobre, 1958)
  2. (Figuré) Régresser, en parlant des affaires et des personnes.
    • Vos affaires reculent au lieu d’avancer.
    • Il n’avance point, il recule tous les jours.
    • Souvent c’est reculer que de ne point avancer.
    • Il est trop avancé pour reculer.
  3. (Figuré) Ne pas soutenir avec fermeté ses droits, ses opinions.
    • Il aimerait mieux se faire tuer que de reculer.
  4. Différer, éviter de faire quelque chose qu’on exige ou qu’on désire de nous.
    • Eh! bien, ne reculant devant aucune tâche si fastidieuse fût-elle, ils pourvoiront, d'eux-mêmes, à la diffusion de ces ouvrages, en s'en faisant les traducteurs. (Léon Berman, Histoire des Juifs de France des origines à nos jours, 1937)
    • Je voudrais qu’il me rendît ses comptes, mais il recule toujours.
    • Il n’y a plus moyen de reculer.
    • Je l’ai tellement pressé, qu’il ne peut plus reculer.
    • Quelque proposition que vous lui fassiez, il est homme à ne pas reculer.

Antonymes[modifier | modifier le wikitexte]

Aller en arrière 

Dérivés[modifier | modifier le wikitexte]

Expressions[modifier | modifier le wikitexte]

Traductions[modifier | modifier le wikitexte]

Verbe 2[modifier | modifier le wikitexte]

reculer transitif 1er groupe (conjugaison)

  1. (Rare) Sodomiser de nouveau.
    • Jamais ils n’ont rien enculé, reculé, basculé, masculé, rien du tout. (Louis-Ferdinand Céline, L’École des cadavres, Denoël, 1938, partie I)

Prononciation[modifier | modifier le wikitexte]

Anagrammes[modifier | modifier le wikitexte]

Voir aussi[modifier | modifier le wikitexte]

Références[modifier | modifier le wikitexte]