affaire

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher
Voir aussi Voir aussi : affairé

Français[modifier | modifier le wikicode]

Étymologie[modifier | modifier le wikicode]

De à et faire, une affaire est avant tout une chose à faire, puis une activité (le fait de le faire) pour enfin décrire le résultat.

Nom commun[modifier | modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
affaire affaires
/a.fɛʁ/

affaire /a.fɛʁ/ féminin

  1. Chose dont on doit s’occuper, à faire
    • C’est mon affaire : Se dit à une personne qui s’immisce, et signifie « cela ne regarde que moi, je m’en occupe ».
    • J’en fais mon affaire : Je m’en charge, je réponds du succès.
    • Dites-moi la place que vous désirez, j’en fais mon affaire.
  2. Ce qui est le sujet de quelque occupation.
    • Le repas était, comme toujours en Polynésie, une affaire très sérieuse et tout le monde mangeait en silence. (Alain Gerbault, À la poursuite du soleil; tome 1 : De New-York à Tahiti, 1929)
    • Affaire agréable. — Affaire importante. — Il n’a d’autre affaire que de se divertir. — Il est fort occupé, il a bien des affaires. — Je suis accablé d’affaires.
    • Toutes affaires cessantes.
    • C’est une affaire faite : Il n’y a plus à y revenir.
  3. Ce qui est sujet de quelques préoccupations.
    • […] ; l’affaire Dreyfus nous a montré que l’immense majorité des officiers et des prêtres concevait toujours la justice à la manière de l’Ancien Régime […]. (Georges Sorel, Réflexions sur la violence, Chap.III, Les préjugés contre la violence, 1908, p.143)
    • Le Carcan rentrait des champs ; il fut mis au courant de l’affaire et bientôt mêla son organe tonitruant aux glapissements de sa conjointe. (Louis Pergaud, Joséphine est enceinte, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
    • Je rentre de Craonne. Nous avons perdu trop d’hommes irremplaçables dans cette affaire. Et celle-ci fut la plus meurtrière que je sache. (Pierre Audibert, Les Comédies de la Guerre, 1928, p.82)
    • Camille-Eugène-Marie Dieudonné. Il a vingt six ans, quand éclate l’affaire Bonnot. De métier, il est ouvrier ébéniste ; d’idées : anarchiste. (Albert Londres, L’homme qui s’évada, Les Éditions de France, 1928, p.9)
    • Il ne veut point d’affaire.
    • Il se fait une affaire de la moindre chose.
    • Si vous vous brouillez avec cet homme-là, vous vous ferez des affaires.
    • Assoupir, étouffer, arranger une affaire.
    • Que d’affaires pour si peu de chose !
    • C’est toute une affaire : Chose qu’on regarde comme malaisée, et
    • Ce n’est pas une affaire : Chose facile.
    • Il s’est tiré d’affaire ; se bien tirer d’une affaire.
    • Voilà le nœud de l’affaire.
    • S’entremettre d’une affaire.
    • Ce malade est hors d’affaire : Il ne court plus aucun danger.
  4. …bref, toutes les choses qu’on a à discuter, à démêler avec quelqu’un dans le commerce de la vie.
    • C’est une affaire d’intérêt.
    • C’est une affaire d’honneur.
    • C'est une affaire de cœur.
    • Sortir d’une affaire avec honneur.
    • Se charger d’une affaire.
    • Je vous rendrai compte de votre affaire.
    • Entendre bien une affaire ; comprendre, concevoir une affaire.
    • Il débrouille bien, il démêle bien une affaire.
    • Affaire d’honneur : Signifie quelque fois « duel, combat singulier ». Dans ce sens on dit de même simplement Une affaire.
  5. (En particulier) Convention ; marché ; traité ; transaction commerciale ; entreprise d’industrie ; spéculation financière.
    • Eh bien, maître René ! dit-il, comment vont les affaires commerciales ? (Alexandre Dumas , La Reine Margot, C. Lévy, 1886)
    • Dans toutes les Bourses de la terre, ce fut une avalanche de titres que les porteurs voulaient vendre ; les banques suspendirent leurs paiements, les affaires furent paralysées et cessèrent ; […]. (H.G. Wells, La Guerre dans les Airs, 1908 - Traduit par Henry-D. Davray & B. Kozakiewicz, page 288, Mercure de France, 1921)
    • Il se plongeait dans l’aridité des études financières, le jargon des affaires, la jonglerie des chiffres et, lentement, ces choses, hier hermétiques, lui devenaient familières. (Victor Méric, Les compagnons de l’Escopette, 1930, p.116)
    • J’ai fait affaire avec lui ; nous avons fait affaire ensemble.
    • Nous avons fait beaucoup d’affaires ensemble.
    • L’affaire est conclue ; l’affaire est manquée.
  6. (Droit) Cas traité par la justice.
    • L'affaire O. J. Simpson fut une des plus médiatisées.
    • Il y a une grande affaire au Conseil d’état, à la Cour d’appel.
    • Cet avocat est chargé d’une belle affaire, d’une affaire qui fera du bruit.
    • C’est une affaire de grande discussion, de longue discussion.
    • Une affaire embrouillée, épineuse, embarrassée.
    • Les affaires criminelles.
    • Ce juge entend mal mon affaire.
    • Le point, le secret, le fin de l’affaire.
  7. Est aussi un terme général que l’on substitue souvent dans le langage ordinaire à des termes propres et particuliers. Il s’emploie ainsi dans des significations très diverses et quelquefois dans des sens opposés qu’il est impossible d’indiquer tous.
    • J’ai affaire au ministre : J’ai une question à traiter avec lui.
    • Vous aurez affaire à moi : Je vous châtierai.
    • Qu’ai-je affaire de toutes ces querelles ? : Ai-je à m’en occuper ?
    • Cette maison fera mon affaire : Elle me convient, elle m’accommode.
    • (Ironique), C’est une autre affaire.
    • Le bon de l’affaire c’est que…
    • La belle affaire !
  8. Effets personnels.
    • Prends tes affaires et fiche le camp !
Note[modifier | modifier le wikicode]
Voir aussi affaires : au pluriel, a quelques acceptions qui diffèrent du singulier.

Synonymes[modifier | modifier le wikicode]

Dérivés[modifier | modifier le wikicode]

Traductions[modifier | modifier le wikicode]

Traductions à trier[modifier | modifier le wikicode]

Forme de verbe[modifier | modifier le wikicode]

Conjugaison du verbe affairer
Indicatif Présent je m’affaire
il/elle/on s’affaire
Imparfait
Passé simple
Futur simple
Subjonctif Présent que je m’affaire
qu’il/elle/on s’affaire
Imparfait
Impératif Présent (2e personne du singulier)
affaire-toi

affaire /a.fɛʁ/

  1. Première personne du singulier de l’indicatif présent d’affairer.
  2. Troisième personne du singulier de l’indicatif présent d’affairer.
  3. Première personne du singulier du subjonctif présent d’affairer.
  4. Troisième personne du singulier du subjonctif présent d’affairer.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif d’affairer.

Prononciation[modifier | modifier le wikicode]

Voir aussi[modifier | modifier le wikicode]

Références[modifier | modifier le wikicode]

Néerlandais[modifier | modifier le wikicode]

Étymologie[modifier | modifier le wikicode]

Du français affaire.

Nom commun[modifier | modifier le wikicode]

affaire /ɑ.ˈfɛ.rə/

  1. Affaire, chose, cause.

Synonymes[modifier | modifier le wikicode]

Prononciation[modifier | modifier le wikicode]