coup

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier | modifier le wikitexte]

Étymologie[modifier | modifier le wikitexte]

De colp en ancien français, du bas latin colpus, forme syncopée du latin impérial cŏlăphus (« coup de poing, soufflet »), du grec ancien κόλαφος, kolaphos.

Nom commun[modifier | modifier le wikitexte]

Singulier Pluriel
coup coups
/ku/

coup /ku/ masculin

  1. Impression que fait un corps sur un autre en le frappant.
    • Le docteur Paul était ensuite venu, brillamment expliquer à la barre comment les coups avaient occasionné, en effet, seize blessures […]. (Francis Carco, Messieurs les vrais de vrai, 1927)
    • C'est ainsi que, le 21 adar 4996 (1236), un pêcheur chrétien étant mort des coups que lui avait portés un juif au cours d'une rixe, la foule envahit la juiverie vicomtale, avec l'intention de la mettre à sac. (Léon Berman, Histoire des Juifs de France des origines à nos jours, 1937)
    • J'ai vu des prisonniers jetés à coups de matraque d'un étage à l'autre et qui, hébétés par la torture et les coups, ne savaient plus que murmurer en arabe les premières paroles d'une ancienne prière. (Henri Alleg, La Question, 1957)
    • Et crescendo, la querelle s'envenime en injures, bien sûr, et non en coups, car les deux gondoliers savent pratiquer l'art de « rompre le fer » :[…]. (Annarosa Poli, L'Italie dans la vie et dans l'œuvre de George Sand, Centre interuniversitaire de recherche sur le voyage en Italie, 1960, p.116)
    • Instinctivement Éric esquive le coup, bascule en arrière en entraînant l’homme dans sa chute et l’envoie bouler à quelques mètres. (Michel Remoissenet, Ondes et catastrophes: Du soliton au tsunami, p.111, Books on Demand, 2008)
    • Frapper un coup ou deux coups à une porte avec le marteau.
    • Faire tomber une grêle de coups sur les épaules de quelqu’un.
  2. (Figuré) Se dit en parlant des choses qui nuisent, qui causent un sentiment pénible, etc.
    • On affirme trop souvent qu'après la première génération félibréenne et les œuvres de Roumanille, d'Aubanel et de Mistral, la littérature de langue d’oc n'a point soutenu sa valeur, et que, Mistral disparu, le Félibrige a reçu un coup mortel. (Émile Ripert, Le Félibrige, Armand Collin, 1924, p.129)
    • Il supporte les coups du sort, du destin, de la fortune avec une noble résignation.
    • Cette défaite porta un coup funeste à la gloire de ce prince.
    • Son autorité chancelante allait recevoir un dernier coup.
    • Cette entreprise a porté un coup à sa fortune.
    • Ce chagrin porta un coup à sa santé.
  3. Charge d’une arme à feu.
    • J'avais oublié le cran d’arrêt : […]. Pour un peu, je pressais la gâchette sans que le coup partît. (Gaston Cherpillod, Les Changelins, L'Âge d'Homme, 1981, p.147)
  4. Décharge et bruit que font les armes à feu lorsqu’on les tire.
    • On chantait presque tous les mois des Te Deum pour quelque nouvelle victoire, et le canon de l’arsenal tirait ses vingt et un coups, qui vous faisaient trembler le cœur. (Erckmann-Chatrian, Histoire d’un conscrit de 1813, J. Hetzel, 1864)
    • Mais, saperlotte ! tâchons donc que tout ça se passe tranquillement; ça vaudrait beaucoup mieux. Puisque nous avons le suffrage universel, il n'y a plus besoin de coups de fusil. (Émile Thirion, La Politique au village, p. 248, Fischbacher, 1896)
    • Tirer des coups de canon, de fusil.
  5. Évènement imprévu qui a frappé quelqu’un tout à coup.
    • Ce fut un coup de massue, un coup de foudre, un coup de tonnerre pour lui,
    • Coup de fortune, coup de bonheur, coup de malheur, coup de hasard.
    • Coup du ciel, coup d’en haut, coup de la Providence, coup de la grâce.
  6. Son que rendent certains corps lorsqu’ils viennent à être frappés.
    • Un coup de cloche, de tambour, de tam-tam.
    • Au coup de minuit, de midi, de trois heures, etc. : au moment où minuit, où midi, où trois heures, etc., sonnent.
    • Je suis arrivé au Monte-Carlo sur le coup de onze heures. (Jo Barnais, Mort aux ténors, Série noire, Gallimard, 1956. Ch. IX, p. 75)
  7. Action rapide et momentanée.
    • D’un coup de rasoir, je lui coupai la tête, et le tronc, d’où un flot de sang s’échappait, gigota quelques secondes sur le parquet. (Octave Mirbeau, La tête coupée,)
    • Les portières sont refermées, après la visite du contrôleur. Un dernier coup de sifflet annonce que le train va se mettre en marche… (Jules Verne, Claudius Bombarnac, Hetzel, 1892, chap.1)
    • Lier plusieurs notes d’un coup d’archet. — Un coup de gosier. — Un coup de ciseau.
  8. (Par extension) Ce qu’on fait rapidement, légèrement, ou sans y apporter le même soin que de coutume.
    • Je suis trop pressé pour me faire coiffer, un coup de peigne suffira.
    • J’ai tiré mon coup.
    • Donnez un coup de balai à cette chambre.
  9. (Par métonymie) Petite quantité de quelque chose.
    • Mettre un coup de peinture, de Tipex, d’engrais.
  10. Mouvement impétueux, comme du vent qui souffle sur la mer, d’une tempête.
    • Coup de vent, de mistral.
    • Un coup de mer écarta leurs vaisseaux, les jeta, les poussa sur les côtes.
  11. Manière de jouer, chance au jeu.
    • Il a fait un beau coup.
  12. Action humaine inattendue.
    • Heureux coup.
    • C’est un coup de génie.
    • C’est un coup de désespoir.
  13. Fois.
    • Il a réussi du premier coup.
    • Il a encore trois coups à jouer.
  14. Quantité que l’on boit en une fois.
    • Boire un coup, deux coups, etc.
    • Un coup de vin, d’eau-de-vie.

Synonymes[modifier | modifier le wikitexte]

Antonymes[modifier | modifier le wikitexte]

Apparentés étymologiques[modifier | modifier le wikitexte]

Dérivés[modifier | modifier le wikitexte]

Expressions[modifier | modifier le wikitexte]

Traductions[modifier | modifier le wikitexte]

Traductions à trier[modifier | modifier le wikitexte]

Prononciation[modifier | modifier le wikitexte]

  • France  : écouter « coup [ku] »

Homophones[modifier | modifier le wikitexte]

Références[modifier | modifier le wikitexte]

Voir aussi[modifier | modifier le wikitexte]

  • coup sur Wikipédia Article sur Wikipédia

Anglais[modifier | modifier le wikitexte]

Étymologie[modifier | modifier le wikitexte]

Ellipse de l'expression française coup d’état.

Nom commun[modifier | modifier le wikitexte]

coup /kuː/

  1. (Courant) Coup d’état.

Synonymes[modifier | modifier le wikitexte]